Bloggu litterariu corsu

u 19 di Marzu 2018 - scrittu dà - lettu 540 volte

U ritrattu


Robert Delaunay - La Ville de Paris.
Robert Delaunay - La Ville de Paris.
Eccu chì riprincipia. A mio pensata s’infiara, mi brusgia, è sorge di mè cum’è un bracciu scemu chì si rivolta è chì mi chjappa à a gola, s’abboglia in giru à a mio cullaghja per piglià mi l’ultimu suspiru. L’ochji sburlati, mi ne morgu cusì, strangulata, sfiatata è ancu puru dissanguinata.
Apru l’ochju è ci sì tù, sempre quì, à sfidà mi à modu toiu. Incù u to sempiternu surrisu gattivu, mi dici ch’o mi sbagliu è chì nunda ùn mi pò più risannà. Lascia mi in pace o Caè. Lascia mi campà, chì hè sempre meia a mio vita ! Ma l’altra s’avvicina di mè, escendu da u so spechju incù u mio quaternu in manu, chì mi sussura d’una voce dolce è tarribile attempu :
 - Ùn hè ancu ghjunta l’ora di l’oliu santu, ma seraghju sempre daretu à tè.
Ti ringraziu o cara. Ti ringraziu d’esse u mio fastidiu cutidianu chì mi caccia fin’à a voglia di cuntinuà sta vita. Ma pocu imprema oramai. Mi discetu, m’arrizzu di u mio lettu à straziera per apre e ghjelusgie di a mio camera d’uspitale.
Cacciata a mio perfusa, mi ne stò una cria appughjata à l’orlu di a finestra, à fighjulà tutta a cità. Da levante à punante, ùn ci sò ch’è baraccò è casamenti, ficcati quì cum’un solcu lazzu per arruvinà l’avvene di sta terra. Anu starminatu l’antiche fureste per affirmà a so supranera. Chì si pò aghjustà di più per fà vi capì l’altura di a so albasgia ? Mi rivene a mio picundria. A mio tossa dinù, chì sò firmata ritta appena di troppu. Chjogu a finestra, rimettu a perfusa è mi ne voltu à stracquà mi. Ùn mi poi aiutà o Caè, per una volta, o ùn sai fà chè u male ? Innò, ùn vale micca a pena ch’è tù rispondi, chì tutte e to parolle e cunnoscu dighjà.
Chergu aiutu. Mughju à più pudè incù a mio voce strappata. Dopu à parechji minuti, per fine, si ne rientre un medicu, una parsona vera in a mio stanza.
 - Fate la finita avà chì ci sò i malati chì s’arriposanu !
Ma chè ne ? Si venutu solu à dì mi què ? Ùn a vedi micca chì sò compia ?
Lampate puru a medicina à manghjà per i cani chì mi pare propiu tutta a so piazza. Aiò, aiuta mi ò lambrascu chè tù sì ! Aghju francatu i ghjorni di i ghjorni è sò sempre quì. Quale hè chì pò tene a chjave di u mio destinu ?
S’inchjina u duttore nant’à e so macchine. Face a misura di a mio tinsione è di tutti l’altri parametri vitali, mi dà una pillula po, senza a minima parolla di troppu, si ne và à d’altri impegni. È l’anima o pulendò ? Ci serani duttori di l’anima ? Quantu vi pò custà di fà l’amicu cun l’uni o cun l’altri. Sò cusì sola eiu, è dapoi cusì longu. Una vera eternità.
 - Innò ùn sì micca sola o caruccia chì sò eiu a to amica.
Pianta o Caè chì m’aghj’à lampà per a finestra sè tù cuntinueghji.
 - Hè cusì fattu u mondu. Ci sò quelli chì collanu è ci sò tutti l’altri chì falanu. Chì voli ch’o ti dica di più ?
Nunda. Sò avà parechji anni ch’ùn aspettu più nunda è ancu menu un discorsu fracicu. Hè capita chì l’universu hè una tamanta cuncolta d’inghjustizia o piuttostu d’aghjustizia senza nisun vulintà altissima per cumandà a so sorte. Hè capita chì l’unica legge chì vale hè quella di u più forte o di u più stortu, chì hè cusì dapoi u principiu è chì serà sempre cusì fin’chì si sdruggi u Gran Tuttu. Ma tandu…
Mi ripiglia l’estru chì mi taglia u soffiu. S’abballuchja a mio visione è a mio mente si spenghje. Cumu pudè turnà à pensà in un corpu cusì magru chì tene assai più coste chè petti ? Di novu mi ne cascu in u mio sonniu di bughjura. È l’alba s’alluntana.
 
Tuttu hè diventatu neru in giru à mè. Ùn si sente nunda. Ne trostu ne muscu. Serà quessa a mio morte ? Fussi la puru o maè. Mi vene u laziu di ballà sola sola in l’immensità eterna in chì sò inciuffata. A fine di tuttu. Chì si pò sperà di megliu per festighjà ?
Ma subbitu mi rivene stu ritrattu maiò davanti à mè chì m’arreca un paghju di culori è di penseri, chì m’addisperanu d’ùn esse ancu morta è d’ùn pudè cappià a funa. Chì mi dici o Caè ? Lascia mi andà. Lascia mi smarisce. Basta !
Tuttu s’accende. Sò sempre in un lettu, ma micca u meiu. A camera ella stessa ùn hè più quessa. Ingallunata, s’assumiglia piuttostu à un decoru sinematografficu per un filmu dettu d’epica. Mi pare d’esse sempre insunnulita, ma prestu m’avvecu chì si n’hè svanita tutta a mio fatica è tutta a mio malatia. Cun a calma mi discetu è pigliu cuscenza ch’ùn portu mancu più u mio vistitu biancu d’uspitale. Ma induve sò ? Cum’è prima, mi mettu à a finestra chì mi palesa u mio mondu novu.
Invece d’un campu smortu è chjenu di casali senza mente, scopru una cità di milla culori è centu milla sapori chì m’assaltanu cun deliziu. Invece d’un esistenza chì vive senza campà, eccu un festivale di prumesse è di ghjochi chì m’hè porsa. Chì si pò sunnià di più ?
U core rallegratu, mi facciu qualchì passu à mezu à i giardini di u castellu fiuritu. Mi pare propiu d’esse ghjunta in un antica cità di dece milla anni fà. Un mischju suttile tra Venezia è Istambul, ma un mischju impulveratu d’un prufume d’Oriente Stremu. Un locu chì mai ùn fù chè in l’imaginazione d’un pugnu di scrittori nustalgichi d’una bugia. Ma pocu m’imprema chì eiu, ci stò bè. Quì, tuttu ùn hè chè ordine è bellezza cum’ellu dicia un pueta famosu. I bastimenti sò culore d’ocra cum’è in Egittu è i carrughji sò di petra rinaghja anzianetta. A ghjente di custì campa incù un surrisu in bocca, un surrisu appena dolce cum’è u mele, chì m’invita à seguità u chjassu cusì strettu chì si ne fala à u mare. Passa una banda di zitelli spenserati chì scappanu à corricorri fendu ribumbà e so rise in tuttu u circondu. Po s’affaccanu e parsone maiò chì cuntrastanu tra d’elle di tante cose di a cità. Mi pare cusì luntanu l’uspitale è po tutta a mio non-vita di tandu dinù. Sola sola, m’avvicingu di a marina sott’à una sciappittana d’infernu chì mi brusgia è mi riempie di piacè. Ghjunta nant’à a rena, facciu per caccià mi i scarpi quandu m’avvecu chì sò ghjà pedi scalzi. Mi mettu à pusà una cria per fighjulà l’orizonte lindu lindu è sguassà per u sempre u ricordu di i mio penseri. Infine ci sò ! A libertà !
Nant’à a linea turchina di l’oceanu, ci sò decine di vascelli chì scatuliscenu unu à unu. Quesse sò nave vareghe, ne aghju a certezza. Quesse e cunnoscu bè. Seranu custì per u cummerciu o per fà ci a guerra ?
 - Ma chì ti poni torna cum’è questione ? Ùn ai ancu capitu chì sì tù chì ammaestri stu mondu ?
Mi girgu per vede stu sempiternu ritrattu ch’ùn mi cappia più. U so sguardu pienu di niscentria s’infiara è mi palesa una volta di più ch’ùn hè micca solu un pezzu di carta chì mi face fronte.
 - U mondu serà cio chè tù ne voli fà. Aldilà di e spallere di l’incuerenza, a to voce hè un arma chì pò custruì è po lampà tutte e furtezze.
Tuttu m’hè pussibile. Iè. Tuttu fora di staccà mi di tè o Caè. Dapoi chì mi ne sò fughjita di sta prighjone d’Ugrün, t’aghju sempre vista appiccata à u mio caminu per indittà mi chì fà è ch’ùn fà. Dopu francatu l’ultime porte di u disertu, aghju scupertu una fabrica maiò chì pruponia regule per cuntrollà si sè stessu. Culà sò entrata, è culà aghju stantatu mentre seculi è seculi fin’ch’o sia dichjarata morta è mandata à l’uspitale per riceve i sacramenti civile d’una sucetà smarita. Ma a fine ùn mi vulia piglià. È per quessa, sò firmata milla anni chjosa in a mio camera, più prigiunera ch’è prima, fin’à oghje. Ma per chì fà ?
 - Ci vole ch’è tù apri a to strada. Ùn a possu micca fà per tè sè tù voli ritruvà a to umanità. Hè quessa chè voli ? Attenti chì ne cunnosci u prezzu.
Ritruvà a mio umanità ? Ùn sò mancu più cosa vogliu è ùn cercu più à capì. S’hè pisatu u nebbione chì m’ingira è face smarisce i cuntorni di a cità, i cuntorni di stu mondu novu. Ci serà una leia tra tuttu què ? Aspettà hè duvintatu a mio unica scelta ormai. Chì fà ? Chì circà ? Un altru corpu à spirità ? Un’altra vita à suchjà ? Ùn aghju mai dumandatu à nasce cusì, ma mancu ste scimie chì si facenu chjamà umani. Soca averai a raghjò o Caè ma ùn aghju più nisun forza à st’ora.
Sò troppu seculi. Troppu di troppu. Basta.
Vogliu chè tuttu si pianti !
 
U mio mare s’hè mutatu in un oceanu di focu è a mio terra s’hè annegata nentru. Custì, tuttu ùn hè più ch’è fiamma è affocu. Vogliu parte da quì ma ogni motu m’hè pruibitu. Serà quessa l’eterna punizione per l’essari malefichi cum’è mè ? O quant’ella mi spiace sta muralità umana chì si custruisce solu per ghjustificà i so estri. Hè troppu faciule per voi di pone e limite di u bene è di u male cum’è a vulete voi. Si n’impippa u mondu di e vostre regule è di e vostre brame. Ùn esistenu micca u bene è u male. Allora, una volta per u sempre, vi spuda in faccia à tutti quant’è vo site. À l’universu sanu sanu dinù. È cusì sia !
 - Voli abbandunà u to putere è a to natura di succubu contr’à un esistenza nurmale ?
 - Iè o Caè. Iè. Per piacè. Per pietà o prufessore.
 - Ma perchè ? Ùn ai chè à porghje a manu per cumandà à centu campà. Perchè vulè abbandunà a to putenza chì t’alza à u livellu divinu ?
 - Perchè ogni putenza hè maladetta. Perchè hè una schjavitù di manghjà si i cori. Allora per favore, lascia mi andà. Lascia mi parte.
Ùn risponde u ritrattu, ma sentu ch’ella hà capitu quessu colpu. Si spenghjenu e fiamme è s’abbughjanu i culori di l’infernu. Schjatta u mio capu è mi ne morgu. M’annientu per rinasce. Per l’ultima volta.
 
Riapru l’ochji nant’à un altru mondu novu. Quessu colpu, ùn ci sò per nunda. Tutte e voce chì mi parlavanu in mente si sò taciute è u ritrattu ellu stessu ùn esiste più, persu in l’imbule di l’immateriale. Per fine, aghju persu attempu a stampa di a maledizzione nant’à a mio anima è a mio immurtalità. Era ora ! Infine aghj’à esiste !
Senza mancu circà subbitu à capì u locu è l’epica induve sò, cercu un spechju per scopre mio faccia umana ch’ùn scambierà mai più. Dopu trovu nant’à un muru di a stanza un calendariu di l’annu sette milla quaranta è dui accant’à i piani cadastrali d’una stazione spaziale sesa nant’à una luna di Saturnu, scopru infine una pianura mettalica chì pò fà uffiziu di spechju.
Tandu vecu u mio visu.
Propiu quellu di u ritrattu.
Serà quessu u to rigalu per un addiu o Caè ?

Tableau

Voilà que ça recommence. Ma pensée s’enflamme, me brûle et jaillit de moi comme un bras fou qui se révolte et qui m’attrape à la gorge, s’enroule autour de mon cou pour me voler jusqu’à mon dernier soupir. Les yeux exorbités, j’agonise, étranglée, à bout de souffle et de sang.
J’ouvre l’œil et tu encore es là à me défier comme tu sais si bien le faire. Avec ton éternel sourire méchant, tu me répète que je me trompe et que rien ne peut plus me guérir. Laisse-moi en paix Khaé. Laisse-moi vivre cette vie qui m’appartient ! Mais elle se rapproche de moi, sortant de son miroir avec mon cahier en main et me susurre de sa voix douce et cruelle en même temps :
 - Tu n’es pas encore à ton dernier souffle, mais je serai toujours près de toi.
Je te remercie ma chérie. Je te remercie d’être mon fléau quotidien qui assèche jusqu’au désir de continuer à vivre. Mais peu importe, désormais. Je me lève, je quitte mon lit avec peine pour ouvrir les volets de ma chambre d’hôpital.
Une fois ma perfusion retirée, je reste un moment appuyée au rebord de la fenêtre, à contempler la ville. D’est en ouest, tout n’est qu’immeubles et blocs, plantés ici comme dans un sillon pour ruiner l’avenir de cette terre. Ils ont exterminé les antiques forêts pour affirmer leur supériorité. Là se trouve le niveau de leur orgueil. Que dire de plus ? Ma mélancolie me reprend. Ma toux également, car je suis restée trop longtemps debout. Je referme la fenêtre, je remets la perfusion et je retourne m’allonger. Pourquoi ne m’aides-tu pas Khaé, pour une fois. Ne sais-tu faire que le mal ? Non. Pas la peine de répondre, je connais déjà toutes tes paroles.
J’appelle à l’aide. Je crie comme une damnée de ma voix enrayée, et après plusieurs minutes, enfin, arrive une personne réelle dans ma chambre, un médecin.
 - Arrêtez ça maintenant ! Il y a des malades qui se reposent !
Quoi ? Tu n’es venu que pour me dire ça ? Tu ne vois donc pas dans quel état je suis ?
Jetez donc la médecine aux chiens, à sa place. Allons, aide-moi, empoté monumental ! J’ai franchi des jours et des jours et je suis toujours ici. Qui peut tenir les clés de mon destin ?
Le docteur se penche sur sa machine. Il mesure ma tension, tous les autres paramètres vitaux, me donne ma pilule puis, sans une seule parole de trop, s’en va vers d’autres malades. Et l’âme, espèce d’incapable ? Où sont-ils, les médecins de l’âme ? Est-ce si dur pour vous de devenir ami avec les uns ou avec les autres ? Je suis si seule depuis si longtemps. Depuis l’éternité.
 - Mais non, tu n’es pas seule, ma petite chérie, puisque je suis ton amie.
Arrête Khaé, ou je me jette par la fenêtre.
 - Le monde est ainsi fait. Il y a ceux qui gravissent la montagne, et il y a tous les autres qui basculent dans le gouffre. Qu’est-ce que tu veux que je te dise de plus ?
Rien ! Cela fait déjà trop d’années que je n’attends plus rien et sûrement pas un discours pourri. J’ai bien intégré que l’univers est un immense tas d’injustice, ou plutôt d’ajustice, sans aucune volonté suprême pour en commander la destinée. J’ai bien compris que la seule loi qui vaille est celle du plus fort ou du plus retord, que c’est ainsi depuis le commencement et que ce sera ainsi jusqu’à ce que soit détruit le Grand Tout. Mais alors…
L’humeur me reprend qui me coupe le souffle. Ma vision se brouille et mon esprit s’éteint. Comment pouvoir revenir penser dans ce corps si maigre qu’il a plus de côtes que de poitrine ? Une nouvelle fois, je tombe dans mon songe de ténèbres, et l’aube s’éloigne.
Tout est devenu noir autour de moi. Je n’entends plus rien. Pas un bruit, pas une odeur. Serai-je enfin morte ? Si seulement c’était vrai. J’ai soudain envie de danser toute seule dans l’immensité éternelle où je me trouve plongée. La fin de tout. Que puis-je espérer de mieux pour faire la fête ?
C’est alors que me revient ce portrait gigantesque devant moi avec toutes ces couleurs et tous ces soucis qui me désespèrent de ne pas être morte et de ne pas pouvoir lâcher cette corde. Qu’est-ce que tu me dis, Khaé ? Laisse-moi partir. Laisse-moi disparaître. Arrête !
Tout se rallume et je suis toujours dans un lit, mais pas le mien et plus dans ma chambre. Allongé dans une pièce ornée de part en part, je me croirais dans un décor cinématographique pour un film dit d’époque. J’ai l’impression d’être encore endormie, mais je m’aperçois vite que ma fatigue et ma maladie se sont évanouies. Avec calme, je me lève et je prends conscience que je ne porte même plus mon pyjama blanc d’hôpital. Mais où suis-je ? Comme autrefois, je me pose à la fenêtre qui me dévoile mon nouveau monde.
Au lieu d’un champ mort et sinistre de baraquements sans âme, je découvre une ville de mille couleurs et cent mille saveurs qui m’assaillent avec délice. Au lieu d’une existence fade où vivre n’est pas vivre, je découvre un festival de promesses et de jeux que l’on m’offre. Que peut-on rêver de plus ?
Le cœur réjoui, je fais quelques pas au milieu des jardins du château en fleur. J’ai l’impression d’être arrivée dans une antique cité de plus de dix mille ans. Un mélange subtil entre Venise et Istanbul embaumé d’un parfum d’Orient Extrême. Un lieu qui n’a jamais existé que dans l’imagination d’une poignée d’écrivains nostalgiques d’un mensonge. Mais peu m’importe, puisque j’y suis bien. Ici, tout n’est qu’ordre et beauté, comme le disait le célèbre poète. Les bâtiments sont de couleur ocre, comme en Egypte et les rues sont pavées de gré déjà ancien. Ici, les gens vivent avec un sourire aux lèvres, un sourire un peu doux comme le miel, qui m’invite à suivre ce chemin très étroit qui descend jusqu’à la mer. Surgit alors une bande d’enfants insouciants qui s’enfuient à toute allure en faisant résonner leurs rires dans l’air chaud. Puis surviennent les grandes personnes qui discutent entre elles des affaires de la cité. Il me semble si loin, le temps de l’hôpital et de toute ma non-vie d’alors. Redevenue seule, je me rapproche de la mer sous une canicule infernale qui me brûle et me noie de plaisir. Parvenue au sable, je tente de retirer mes chaussures, quand je me rends compte que je suis déjà pieds nus. Là, je m’assois un instant pour contempler l’horizon d’une pureté incroyable et effacer à jamais le souvenir de mes soucis. Enfin, j’y suis ! La liberté !
Sur la ligne bleue de l’océan, se trouvent des dizaines de vaisseaux qui apparaissent un à un. Ce sont des navires Varègues, j’en ai la certitude car je les connais bien. Viennent-ils pour faire du commerce, ou pour nous faire la guerre ?
 - Mais pourquoi est-ce que tu te poses la question ? Tu n’as toujours pas compris que c’est toi qui décides, dans ce monde ?
Je me retourne et je découvre ce sempiternel tableau qui ne veut pas me lâcher. Son regard plein d’innocence s’enflamme et me révèle une nouvelle fois que ce n’est pas seulement un morceau de toile qui me fait face.
 - Le monde sera ce que tu veux en faire. Au-delà des collines de l’incohérence, ta voix est une arme qui peut construire et jeter à bas toutes les forteresses.
Tout m’est possible. Oui. Tout, sauf de me détacher de toi, Khaé. Depuis que je me suis enfuie de la prison d’Ugrün, je t’ai toujours trouvée accrochée à mes pas pour me dicter mes actes et mes interdits. A peine avais-je franchi les dernières portes du désert que je découvrais une usine géante qui proposait des règles pour se contrôler soi-même. Là je suis entrée, et là j’ai travaillé pendant des siècles interminables, jusqu’à ce que je sois déclarée morte et envoyée à l’hôpital pour y recevoir les sacrements civils d’une société disparue. Mais la fin n’a pas voulu de moi, et je suis restée pendant mille ans enfermée dans ma chambre, plus prisonnière que jamais, jusqu’à aujourd’hui. Mais dans quel but ?
 - Il faut que tu ouvres ta route. Je ne peux pas le faire pour toi si tu veux retrouver ton humanité. Est-ce cela que tu veux ? Attention, tu en connais le prix.
Retrouver mon humanité ? Je ne sais même plus ce que je veux et je ne cherche même plus à comprendre. Une brume épaisse s’est levée qui m’entoure et estompe les contours de la cité, les contours de ce nouveau monde. Est-ce que tout cela est bien sérieux ? Attendre est désormais devenue ma seule liberté. Que faire ? Que chercher ? Un autre corps à hanter ? Une autre vie à dévorer ? Je n’ai jamais demandé à naître comme ça, mais ce n’est pas davantage le cas de tous ces singes qui se font appeler humains. Peut-être que tu as raison Khaé, mais moi, je n’ai plus aucune force à cette heure-ci.
Cela fait trop de siècles. Trop de trop. Ça suffit.
Je veux que tout s’arrête !
 
Ma mer s’est changée en un océan de feu où ma terre s’est noyée dans un cosmos de flammes et de suffocation. Je veux partir d’ici, mais tout geste m’est interdit. Est-ce donc là la punition éternelle pour les êtres maléfiques tels que moi ? Comme je déteste cette moralité humaine qui ne se construit que pour justifier ses actes. C’est beaucoup trop facile pour vous de poser des limites au bien et au mal comme vous le concevez. Le monde n’en a rien à faire de vos règles et de vos désirs et le bien et le mal n’existent pas. Alors, une bonne fois pour toute, je vous crache au visage à tous autant que vous êtes. Et à l’univers entier aussi. Ainsi soit-il !
 - Tu veux abandonner ton pouvoir et ta nature de succube contre une existence normale ?
 - Oui Khaé. Oui. S’il te plait. Par pitié.
 - Mais pourquoi ? Tu n’as qu’à tendre la main pour commander à cent vies. Pourquoi vouloir abandonner cette puissance qui t’amène jusqu’au niveau divin ?
 - Parce que toute puissance est maudite. Parce que manger les cœurs est un esclavage. Alors, je t’en supplie, laisse-moi. Laisse-moi partir.
Le tableau ne répond mais, mais je pressens qu’elle a enfin compris. Les flammes s’éteignent et les couleurs de l’enfer s’assombrissent. Ma tête éclate et je meurs. Je retourne au néant pour renaître pour la dernière fois.
 
Mes yeux se rouvrent sur un autre nouveau monde. Cette fois, je n’y suis pour rien. Toutes les voix qui parlaient à mon esprit se sont tuent et le tableau lui-même n’existe même plus, comme s’il s’était égaré dans les limbes de l’immatériel. Quant à moi, j’ai perdu à la fois l’empreinte de la malédiction sur mon âme et mon immortalité. Il était temps. Je vais enfin exister !
Sans même chercher à comprendre où je suis ou quand je suis, je recherche un miroir pour découvrir mon visage humain désormais immuable. Après avoir trouvé sur un mur un calendrier de l’année sept mille quarante deux à côté d’un plan cadastral d’une station spatiale installée sur une lune de Saturne, je découvre enfin une surface métallique vaguement plane qui peut faire office de miroir.
Qui dévoile mon visage.
Exactement celui du tableau.
Serait-ce là ton cadeau pour me dire adieu, Khaé ?

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci].


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...