Bloggu litterariu corsu

u 10 di Dicembre 2015 - scrittu dà - lettu 598 volte

U mondu aspetterà...


Si disceta u sole anant’à l’anticu paese d’Ostraghja, chì mi sveglia à l’appiattu. Stracquatu in u mio lettu, mi vene a malincùnia. Ci sò tant’affare à fà per quelle pianure anziane, è di travaglià, ùn aghju tantu laziu sta mane, per sfurtuna. Sempre un muru à rialzà, sempre un arburu à accudisce. Ùn ne possu più. Cappiu u suspiru. Aspettate mi chì vengu à voi, o sgiò Sisiffa ! Aspettate mi puru ! Oh i mei !
Poca scumessa ch’è di vultà mi ne chìvi, in stu vechju locu, per porghje una manu à u mio passatu, è salvà lu di a morte. Una lotta persa hè. Ùn simu più ch’è una quindecina à campà sempre custì à mezu à a furesta di l’abbandonu. Chì techja ! Mi vene l’anticòria. Tantu peghju. Forse mi passerà incù u spuntinu.
Sempre insunnachjitu, apru e ghjelusie. O chì sticchidardena ! Invece di sta machja ch’o cunoscu cusì bè, vecu passà un caminu di farru di fronte à a mio casa. Giru u capu, da a manca à a dritta, pensendu d’esse firmatu in un sonniu incòmpiu, ma ùn si svanisce a mio visione. Daretu à mè, a meità di e case sì sò trafalate mentre chì l’altre sò state ricustruite à novu. Tuttu mi sembra scunvoltu, è u celu hè più turchinu ch’è mai. Manc’ùn a possu crede ! Cosa averaghju betu l’altra sera, sangu’lla miseria ?
Azzizzatu quant’è mai, mettu u mio vestitu à stronca chjavetta è mi ne francu l’ùsciu. Facciu qualchi passu, à a cerca d’un segnu qualunqua per indettà mi una via. Ma ancu circhendu u pelu ind’è l’ovu, ùn ci vecu un acca. Solu davanti à i mio dùbbiti, fighjolgu stantaratu un bastimentu novu novu tremendu anant’à u pughjale. Saetta ! M’avvicingu pianu pianu, mossu da una curiosità più forte ch’è u spaventu. Mi pare di vede une pochi di ghjente più in là. Mi ci vole parlà li. Tandu sì chì mi puderianu spiegà.
U primu ch’o vecu hè un omu appena barbutu, u arcèfalu, vestutu cum’è un antìcu naziunàle di l’èpica paolina. Appinza u sguardu nant’à mè, guasgi più surpresu ch’è mè, l’ochju neru, è si ne scappa u mio spirdu. Appena intimuritu, li dumandu :
 - Bonghjornu o amì. Vi vurria… forse… per chere…  chì…
 - Ragalga ! Sanà alfarès ! Moyogon sgurag ! Sona, clinai !
Pò pò pò… cosa hè, ma cosa hè stu capatoghju ? D’induve venerà quessa lingua ? Ùn ricunoscu manc’una parola. Ùn s’assumiglia à nisun gruppu linguìsticu ch’o cunoscu. Ne francese, ne talianu, nunda ! Mi vene guasgi u timore, è l’altru mi feghja ochji sburlati, ancu più sbalditu ch’è mè. Mi si pare d’esse duvintatu schizòfrenu. Ùn esisterà più u mio carìnu mondu ?
Une pochi di rispiri in l’incertezza è s’avvicina una donna. Pròpiu bellissima. Quessa, ùn sì pò negà ! Vestuta cum’è in l’anni settanta, forse cum’è un attriccia americana o taliana, appena rock’n roll. Prima d’affundà in l’incuerenza, a vogliu stà à sente quessa custì. Di fattu, d’una voce dolce è tranquilla, ella mi dice :
 - Bonghjornu. Mi chjamu Catalina è campu in u Cunventu di Santa Restitudina quallà. A nome di l’Organisazione, vi dumandu d’ùn fà casu di a risposta di Glokar. Ellu hè sbarcatu da pocu, è ùn hà pussutu amparà a nostra lingua per avà. Ci tocca à lascià li qualchi stonda…
Infine qualchissia ch’o possu capisce. Era ora ! Mi ne rallegru ancu di più chì mi garba quessa fèmina. Ancu s’ella campa in u cunventu, mi stumacheria à bastanza ch’ella sia stata sora, sopra tuttu vestuta cum’è Marilyn. O allora, hè a mio memòria chì si svanisce, o allora, a mio raghjone. Ùn sò più chì pensà…
 - Mi pare chì site voi unu di l’anziani corsi. Tandu sì chì tamantu serà u vostru scumbùgliu.
 - Unu di l’anziani corsi, mi dite ?
Ùn aghju mancu più a forza d’esse surpresu. Solu mi ferma u stintu d’aspettà, di lascià la cuntinuà.
 
È ella mi spiega. È ella mi conta chì cinquant’anni sò scorsi per a Corsica è per u mondu. Cun emuzione, mi discriva a ghjunta in Cervione in u 2019 di Kurt von Neuhoff, un pidochju rifattu tedescu chì s’hè rivindicatu di a sterpa di u nostru anticu rè. Qualchiduni l’anu suvitatu in u nostru pòpulu, per mette lu à u capu di a nostra nazione, ma micca tutti. Incù i ghjochi di u putere, è di a pulitichella, à chì cun ellu, è chì contr’à ellu, ci hè statu a guerra civile !
Mossu da a voce di fata di Catalina, mi ne paria di vugà nant’à un oceanu d’illusione. Felice, mi lasciu purtà. Pocu m’imprema ormai d’esse in u 2015 o in u 2065, è pocu m’imprema per avà di sapè s’e a Corsica hè sempre ùnica o tagliata in dui. Più ch’è tuttu, m’impippu oramai di capisce u perchè di u mio cusì longu sonnu. Solu mi vogliu primurà di i petti di Catalina, è d’amparà ne appena di più anant’à sta dea.
U mondu aspetterà.
 
Pintura da Vladimir Kush.
Pintura da Vladimir Kush.

Le monde peut attendre

Le jour se lève sur l’antique village d’Ostraghja et me réveille à petit pas. Allongé dans mon lit, la mélancolie m’étreint. Il y a tellement de choses à faire par ces vieilles terrasses, et par malheur, je n’ai aucune envie de travailler ce matin. Il y a toujours un mur à relever, toujours un arbre à tailler. Je n’en peux plus. Un soupir. Attendez-moi Sisyphe, j’arrive ! Attendez-moi ! Oh Seigneur !
Quelle gageure que ce retour aux sources ! Quelle idée que de vouloir tendre la main à mon passé pour le sauver de la mort ! C’est une lutte perdue. Nous ne sommes plus qu’une quinzaine à vivre ici en permanence, entre la forêt et l’abandon. J’en ai la nausée. Tant pis. Ça me passera peut-être quand j’aurais mangé.
Encore ensommeillé, j’ouvre les volets. Et là, quelle surprise ! Au lieu de voir ce maquis que je connais si bien, voici qu’un chemin de fer passe devant ma maison. Je tourne la tête, de gauche à droite, pensant être resté prisonnier d’un rêve, mais ma vision persiste. Derrière moi, la moitié des maisons se sont effondrées, et les autres ont été rénovées. Tout me semble bouleversé, et le ciel est d’un bleu que je ne lui connaissais pas. Je n’arrive pas à y croire ! Mais qu’est-ce que j’ai bien pu boire l’autre soir ?
Remonté comme jamais, je m’habille à toute vitesse et je sors de chez moi. Intrigué, je fais quelques pas à la recherche d’un signe quelconque pour m’aider à comprendre. Pour autant, mes efforts restent vains. Resté seul face à mes doutes, je contemple pétrifié l’étrange bâtiment flambant neuf qui trône à présent sur la colline. Je m’en rapproche tout doucement, motivé par une curiosité plus forte que ma peur. Il me semble apercevoir quelques personnes, un peu en contrebas. Il me faut leur parler. C’est le seul moyen pour espérer des explications.
Le premier que je vois est un hercule un peu barbu, vêtu comme un garde national de l’époque de Paoli qui me fixe des yeux, peut-être encore plus surpris que moi. Son regard noir m’angoisse, et j’en perds tout mon courage. Un peu intimidé, je lui demande :
 - Bonjour. Je voudrais… peut-être… pour savoir… que…
 - Ragalga ! Sanà alfarès ! Moyogon sgurag ! Sona, clinai !
Oh la la… qu’est-ce que c’est que ce truc-là ? Qui sait d’où peut venir cette langue ? Je ne reconnais même pas un seul mot. Cela ne ressemble à aucun groupe linguistique de ma connaissance. En tout cas, ce n’est ni du français, ni de l’italien ! Je commence vraiment à avoir peur, et l’autre me dévisage avec les yeux écarquillés qui lui donne un air ahuri. J’ai l’impression d’être devenu schizophrène. Je commence à me demander si mon pauvre monde existe encore.
Nous nous regardons en chiens de faïence, en nous demandant comment sortir de cette impasse lorsque survient une très belle femme, à la mode des années soixante, un peu comme une actrice américaine ou italienne, très rock’n roll. Je tente de me ressaisir. Il me tarde de l’entendre avant de sombrer dans l’incohérence. Et de fait, d’une voix douce et tranquille, elle m’annonce :
 - Bonjour. Je m’appelle Catherine, et je vis au Couvent de Sainte Restitude, là-bas. Au nom de l’Organisation, je vous demande de ne pas vous formaliser de la réponse de Glokar. Il vient à peine de débarquer et n’a pas encore eu le temps d’apprendre notre langue. Il faut juste lui laisser le temps…
Enfin quelqu’un de compréhensible. Il était temps ! Je m’en réjouis d’autant plus que cette femme me plait beaucoup. Même si elle dit vivre dans un couvent, je serais extrêmement surpris qu’elle soit moniale, surtout habillée comme Marilyn. Ou alors, c’est ma mémoire qui s’effondre, ou alors, ma raison. Je ne sais plus quoi penser…
 - Vous m’avez tout l’air d’être un de ces anciens corses. J’imagine que vous devez être bouleversé.
 - Un des anciens corses, vous me dites ?
Je n’ai même plus la force d’être surpris. Je n’ai plus que l’instinct d’attendre, de la laisser continuer.
 
Et elle commence à m’expliquer. Et elle me raconte que cinquante années se sont écoulées pour la Corse comme pour le monde. Avec émotion, elle me dépeint l’arrivée à Cervione en 2019 de Kurt von Neuhoff, un parvenu allemand qui se prétendait héritier de notre unique roi. Quelques-uns de notre peuple l’ont alors suivi, et avec les habituels jeux de pouvoir saupoudrés de politique politicienne, a éclaté la guerre civile.
Transporté par la voix de fée de Catherine, j’ai l’impression de naviguer sur un océan d’illusion. Heureux, je me laisse porter. Désormais, peu m’importe d’être en 2015 ou en 2065, et peu m’importe, pour l’instant, de savoir si la Corse est encore unique ou coupée en deux. Plus que tout, je me moque désormais de comprendre pourquoi je suis resté endormi si longtemps. Seuls m’intéressent désormais les seins de Catherine, et d’apprendre à la connaître un peu plus.
Le monde peut attendre.

[Traduzzione fatta da l'autore].


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

La femme à barbe - 16/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...