Bloggu litterariu corsu

u 29 d'Utrovi 2016 - scrittu dà - lettu 479 volte

Sagapo

À Stella Filippini.


Albert Bierstadt - Sierra Nevada.
Albert Bierstadt - Sierra Nevada.
Scrive un cosùcciu anant’à noi ? Cosa mi dici quì o tontu ? Hè cosa cusì cumuna sai. Da i vostri antìchi fin’à Spielberg, tutti a ci l’anu fatta a prova. S’ella ti casca, ne parlerai à u sgiò Flammarion, ma micca à mè. Eiu, aghju u mio da fà sta mane, à spazzà tutta a mio casa da u fondu à a cima chì a mi l’aghju da lascià per appruntà a Festa Maestra di u Spiritu Maiò di Sagapo. Tuttu hà da esse fiuritu, tuttu serà pulitu per a partenza è porca saetta s’ùn a facciu !
Costanu assai e nostre tradizzione. Quessa a ti possu accertà. A le volte, ne vecu qualchiduni, arruvinati, chì perdenu casa è tettu di fronte à i tempii. Tandu ùn li ferma più ch’è di corre à i sacerdoti per chere u s’aiutu per rialzà si à salutà u Spiritu. Hè cusì a nostra via, cusì a nostra vita.
Ùn ti dicu micca chì ghjè tralinta a nostra sucetà. Mancu pensà la, quessa quì. Si campa talvolta di misera è di magri filancii, hè capita, ma simu tutti fratelli nant’à a strada di u nostru mondu. Ùn c’hè ne cità ne paesi ind’è noi, solu e nostre case. U culore di u celu hè a nostra patria per chì ci tenimu tutti cari incù a stessa forza è u stessu curaghju. Simu da quì, simu di stu sole, sott’à l’ombra di u Spiritu Maiò di Sagapo chì ci cumanda di loda ci noi stessi è di rallegrà ci di l’esistenza è di a creazione universale. Ma forse l’averai capita quessa. Chì voli sapè di più nant’à noi ? A muneta, dici ? Què hà da andà prestu, chì muneta ùn c’hè ind’è noi. Si travaglia per un pezzu di pane o un lampu di vinu, ma micca per u danaru ch’ùn esiste micca per custindi. Soca seria un ghjenneru d’anarchìa sta civilisazione ? Quale a pò dì ? Forse ci seriamu persi in un sonniu cumunu. Umbeh.
Hè vultata a prima luna di ghjennaghju. Correnu prestu l’ore. Ci vole ch’o m’appronti, chì sò dighjà in ritardu. Hè colpa toia chì t’aghju troppu parlatu. Accendu a mio sigaretta, è focu à a ceppa.
I vitturoni ci sò. Una volta di più, m’anu da aspettà, ma ùn ci sò micca solu eiu à avè lasciatu passà l’ora, chì d’altri anu da vene dopu à mè. U tempu mi ferma per salutà à qualchi amicu, per basgià à tuttu u mondu, è ancu per cuntimplà a bellezza di stu locu d’appuntamentu.
Simu quì in a Bocca di i Trè Acelli. Ùn aghju mai sappiutu u perchè di stu nome, nemancu i mio cumpagni. Una cosa di più chì l’antennati ùn ci anu lasciata. Hè un pezzu di strada intarsiata tra Monte Lebbicu è Monte Dattàrinu. Culà corre u fiume Ghjellu, u nostru fiume maiore, è culà principia a via sacra chì ci manda à u Tempiu, daretu à u muru d’argente di l’orizonte.
S’hè affaccata l’ùltima ghjente. Tandu Arghar, u nostru capimachja, principia u so discorsu. Cum’à l’abitudine, ùn c’hè nimu chì u stà à sente. Tù ch’ùn l’ai mai intesu, serii podasse maravigliatu da tante belle parolle, ma eiu, sai, ùn mi face più nunda dopu à tant’anni d’un cusì longu viaghju.
Si compianu i so detti è simu noi à sciaccamanà. A poi crede tù, ch’ùn ci avemu fattu mancu casu ? Puru ùn ti contu bugie, mai ch’ella sia. Tandu vene u mumentu di u nostru Innu Naziunale, guasgi u più impurtante di tutti, chì sempre face batte più forte i nostri cori. Chì piacè ch’è di sente trè vole u famosu "sagapo sagapo meo mostro farodililuki serea sagapo". Di què mai ùn mi svuglieraghju.
Sona u nostru cornu. Avà ci tocca à parte. I più vechji davanti è i ghjovani daretu. Femu cum’è i lupi. Cusì, ùn c’hè nimu chì ci stà. Avemu pensatu à tuttu mira. U primu passu hè sempre u più difficiule, ma quand’è no simu addunitu, ùn c’hè nisun forza in stu mondu à pudè ci parà. Oghje chì veni cun noi, ai da capì, è spergu ch’è serai capace di sparte u Spiritu Sagapo cun noi tutti.
Prima, ci hè una falata longa longa di pettu à u Ghjellu. D’acqua ùn seremu mai spruvisti per custindi. Una falata nant’à una strada tamanta in giru di chì hè sbucciata sta furesta di laricii. Poi ancu piglià unepochi di ritratti s’ella ti casca, ma attenti à ùn cappià u passu nè ! Una girata, è pò un altra, è si mette à stu scemu d’Arghar si mette à lampà u so cantu di marchja. Ùn poi micca stà appena zittu o sangue’lla miseria ! À mumenti ai da vede tù chì s’ella mi piglia…
Chì dici tù ? Chì n’ai vistu unu chì ghj’era scalzu ? Oh sai… ùn c’hè tantu bisognu di primurà ti ne, chì ghjè usu cumunu per custindi. A certi li piacenu di fà vede a so fede tamanta incù una penitenza di più. Eiu ùn ti ne possu dì di più ch’ùn l’aghju mai fatta. Forse ch’ùn hè tantu grande a mio fede, ch’ùn aghju tante cose à fà mi perdunà, o ch’ùn vogliu micca dà u spettàculu d’una messa in scena.
Principii à esse stancu, mi conti ? Aiò, cosa hè torna quellu puttachju. Ùn sò ch’è trè ore ch’è no marchjemu ! Cumu ai da fà per tene fin’à sta sera ? Chì noi, a ti dicu, ùn piantemu più fin’à tandu. Ùn a sapii micca ? Oh ? Chì peccatu per tè. Ma viderai sta sera, quandu serai stancu stancu, ti puderai addurmintà à colpu sicuru senza lettu ne cuprime à mezu à l’erba quant’è noi tutti. Che ne ? Mancu què ùn a sapii ? Oh i mei ! Tontu ch’è tù sì ! Tandu ùn sai pròpiu nunda di a nostra cultura, ma ùn face nunda sai, o amì, chì nimu ùn nasce amparatu è chì sì quì per quessa, nè ?
Mi faci u musu avà ? Ùn c’hè veramente nunda di ch’è puru. Feghji appena in giru à tè, è viderai cum’ella hè bella a to vita, cum’ella è bella a nostra terra ch’è tù scopri avà. Guarda ste muntagne quallà. Ùn ti parenu micca di vulè ti parlà e nostre petre. Innò ? Forse ch’ùn sì micca tra di noi dipoi assai longu, ch’osinnò, ti ne serii avvistu ancu tù, quessa pò sì.
Tè, guardi appena quallà. U vedi l’acellone chì passa ? Hè un sfrilanciu maiò. Mi pare ch’ùn esiste micca ind’è noi, ma s’o possu fà un paragonu, s’assumiglia appena à cio ch’è vo chjamate l’altore ind’è noi. Guardi puru chì và prestu ellu. Và cusì prestu chì si n’hè ghjà smaritu à l’orizonte à circà u so cibbu. Facenu cusì. I nostri l’antichi dicianu chì ghj’eranu elli i messageri di u Gran Sagapo, ma oghje, sò pochi i ghjovani chì ci credenu sempre à ste vechje fole. È eiu, sai…
Chì ci hè ? Ai a sete mi dici ? Vai puru à beie ti un surpu d’acqua in u fiume più inghjò. Iè, poi avè cunfianza, hè pulitu custì. Hè linda linda l’acqua, micca cum’è cio ch’è tù m’ai cuntatu ind’è tè, incù i vostri fiumi grisgi è incughjati. Mi dumandu cumu hè chì l’avete lasciati imbruttà si, è s’ella hè per ritruvà un sùppulu d’acqua pulita ch’è vo site venuti à truvà ci noi. Ma ùn sì micca ubligatu di risponde. Sagapo solu a pò sapè, è s’ùn a ci vole dì, tandu rispettu u so silenziu sacratu.
Và bè ? Ùn ai più a sete. Tantu megliu. Hè sempre longa a strada fin’à l’attrachjata è ancu più longa fin’à l’ùltimu tempiu di Masargaspo. Hè u nostru santissimu locu, sai ? Hè quì chì per noi tuttu principiò. I sacerdoti i più vechji dicenu chì fù custì chì Sagapo sparghjì a so parolla per a prima volta centu sèculi fà à i nostri antenati. Oghje, si so persi assai capìtuli di a nostra storia in u scordu di u disertu ma pensu chì avemu tenutu in noi u più impurtante in i nostri cori. Ma eiu parlu, parlu senza piantà dipoi prima, è ùn sò s’è tù a ci faci à capisce ne un acca. Mi pare appena straniu quantunque ch’o cunoschi tante cose anant’à tè è i toii è ch’ùn sappia ch’è cusì pocu di noi.
Bah… ùn face nunda, ch’ùn mi ne frastornu eiu. Ci sò tante cose goffe in l’universu ch’ùn m’aghj’à micca scomudà per què. Amparerà u vostru pòpulu à cunosce u nostru, moltu più s’è vo sceglite di stallà vi tra di noi cum’ella a brama u vostru capitanu. Ma tandu à l’avvene ùn vogliu più pensà per avà, chì si spenghje u sole à u punente è chì si disceta a nostra cara lunuccia à mezu à e stelle. Cum’è à u sòlitu, m’adonda u so incantu chì mi cresce u laziu di campà à mezu à i mio sonnii in una puesia infinita. Ùn risentu più ne u fretu ne a fame, è nemancu a paura. Guasgi mi puderia crede in un paradisu à mezu à e mente di tutti quelli chì anu campatu quì anzi noi. Ùn c’hè micca bisognu di dorme o di chjode l’ochji per imaginà. À mè mi basta di vede a luce di a prima lunata di a notte, o a seconda s’o mancu a prima. O beatu Sagapo, o chì sticchidardena !
Serà cusì bella a luna ind’è voi ? Aghju intesu dì da i m’amichi chì a vostra hè più tòndula è più grossa dinù. Ma sopra tuttu, ch’ùn ne avete ch’è una sola in u vostru paese.
Cum’ellu deve esse straniu u celu nant’à a vostra terra ! Spergu ch’è mi ne parlerai un di sti ghjorni. Forse dumane, chì sà.
A nostra strada cumuna ùn hè compia. Bona nuttata à tè. Dormi bè.

Sagapo

Ecrire un petit quelque chose à notre sujet ? Qu’est-ce que tu me racontes là ? C’est tellement commun tu sais. De vos anciens jusqu’à Spielberg, tous ont tenté l’exercice. Parles-en plutôt à monsieur Flammarion, mais pas à moi. J’ai tellement de choses à faire ce matin, à commencer par briquer toute ma maison de la cave au grenier, car je m’en vais pour préparer la Fête Sacrée du Grand Esprit de Sagapo. Tout va être fleuri, tout sera propre pour le départ, le contraire n’est même pas envisageable !
C’est qu’elles coûtent cher nos traditions, je peux te le garantir. Il y en a même qui perdent jusqu’à leur toit et s’en vont mendier devant les temples. Alors, il ne leur reste plus qu’à courir après les prêtres pour les appeler à l’aide pour redresser la tête et saluer l’Esprit. Telle est notre voie, telle est notre vie.
Bien sûr, je ne te dis pas que notre société est parfaite, ça non. Nous n’avons parfois que nos yeux pour pleurer, c’est sûr, mais nous sommes tous frères sur la route de notre monde. Il n’y a ni villes ni villages chez nous, juste nos maisons. La couleur du ciel est cette patrie au nom de laquelle nous nous aimons tous avec la même force et le même courage. Nous sommes d’ici, enfants de ce soleil, sous l’ombre du Grand Esprit de Sagapo qui nous ordonne de nous vénérer mutuellement et de nous réjouir de l’existence et de la création universelle. Mais ça, peut-être que tu l’as enfin compris, alors que veux-tu savoir de plus à notre sujet ? La monnaie, tu dis ? Là, ça va aller vite, car nous n’en avons pas. Lorsque l’on travail, c’est pour un morceau de pain ou pour une gorgée de vin, mais certainement pas pour de l’argent, qui n’existe pas par ici. Notre civilisation s’apparente à ce que vous appelez vous de l’anarchie. Oui, sans doute. Qui sait ? Peut-être nous sommes nous égarés dans un songe commun.
La première lune de janvier est arrivée. Les heures passent vite. Il faut que je me prépare, car je suis déjà en retard. C’est de ta faute, j’ai passé trop de temps à te parler. J’allume ma cigarette et j’y vais.
Les convois sont déjà là. Une fois de plus, ils vont m’attendre, mais il n’y a pas que moi à avoir laissé passer l’heure, car d’autres vont arriver après moi. J’ai même le temps de saluer quelques amis, d’embrasser tout le monde, et de contempler la beauté du lieu de notre rendez-vous.
Nous sommes ici au Col des Trois Oiseaux. Je n’ai jamais su d’où vient ce nom, et mes compagnons non plus. Encore une chose que nos ancêtres ne nous ont pas léguée. C’est un morceau de route coincé entre le Mont Lebbicu et le Mont Dattàrinu. Là-bas, coule le Ghjellu, notre fleuve principal, et là-bas commence la voie sacrée qui nous amène au Temple, derrière le mur d’argent de l’horizon.
Les derniers retardataires sont enfin là. C’est le moment du discours d’Arghar, notre meneur. Comme d’habitude, personne ne l’écoute. Toi qui ne l’as jamais entendu, tu serais peut-être émerveillé par tant de belles paroles, mais moi, tu sais, je n’y fais plus attention, après toutes ces années d’un aussi long voyage.
Quelques derniers mots et nous voilà tous à applaudir ce discours auquel nous n’avons prêté aucune attention. Peux-tu seulement le croire ? Pourtant je te jure que je ne te mens pas. Vient ensuite le moment de notre Hymne National, presque le plus important de tous, qui enflamme toujours nos cœurs. Quel plaisir que d’entendre trois fois le fameux "sagapo sagapo meo mostro farodililuki serea sagapo". Je crois bien que je ne m’en lasserai jamais.
On sonne le cor. Maintenant, il est temps de partir. Les plus vieux devant et les jeunes derrière, comme le font les loups. Ainsi, personne ne reste sur le carreau. Comme tu le vois, nous avons pensez à tout. Le premier pas est toujours le plus difficile, mais lorsque nous sommes tous unis, il n’y a pas de force en ce monde qui puisse nous contrer. Aujourd’hui, puisque tu viens avec nous, tu vas enfin comprendre, et j’espère que tu seras capable de partager toi aussi l’Esprit de Sagapo.
D’abord, il y a cette interminable descente en suivant le cours du Ghjellu. Nous ne manquerons pas d’eau par ici. C’est une descente sur une grande route autour de laquelle a poussé cette forêt de pins. Tu peux même prendre quelques photos si tu veux, mais ne reste pas trop longtemps. Un tournant, et puis un autre et voilà que ce fou d’Arghar se met à entonner son chant de marche. Ne peut-il pas se taire, bon sang ! Bientôt tu vas voir si je me la sens…
Que dis-tu ? Tu en as vu un qui était pieds nus ? Oh, tu sais… il n’y a pas de quoi s’en soucier, c’est un usage commun par ici. Certains ont besoin de faire voir leur foi immense en s’infligeant une pénitence de plus. Pour ma part, ça ne m’a jamais tenté. Peut-être que je manque de foi, que je n’ai pas tant à me faire pardonner, ou que je ne souhaite pas me donner en spectacle.
Tu commences à être fatigué, me dis-tu ? Allons, quelle est donc cette histoire. Nous ne marchons que depuis trois heures ! Comment vas-tu faire pour tenir jusqu’à ce soir ? Car nous, je te le dis dès maintenant, nous ne nous arrêterons pas avant. Tu ne le savais pas ? Oh ? Quel dommage. Mais au moins ce soir, quand tu seras exténué, tu t’endormiras comme un sac sans lit ni couverture au milieu de l’herbe comme nous tous ? Quoi ? Même ça tu l’ignorais ? Tu es un grand malade ! Tu ne sais vraiment rien de notre culture, mais ce n’est pas grave mon ami. Tu es là pour t’instruire, n’est-ce pas ?
Tu fais la tête maintenant ? Il n’y a vraiment pas de quoi pourtant. Regarde autour de toi, et tu verras à quel point ta vie est belle et combien notre terre est superbe. Regarde ces montagnes là-bas. Tu n’as pas l’impression d’entendre nos pierres te parler ? Non ? Peut-être que tu n’es pas parmi nous depuis suffisamment longtemps, car sinon, tu t’en serais rendu compte par toi-même.
Tiens, regarde par là-bas. Vois-tu le bel oiseau qui passe ? C’est un entournevent royal. Je crois qu’il n’y en a pas chez vous, mais il ressemble assez à ce que vous appelez les gypaètes. Regarde comme il file. Il va si vite qu’il a déjà disparu à l’horizon à la recherche de sa proie. C’est ainsi qu’ils procèdent. Nos ancêtres pensaient qu’ils étaient les messagers du Grand Sagapo, mais aujourd’hui, les jeunes ne croient presque plus à ces vieilles histoires. Et moi, tu sais…
Qu’y-a-t-il ? Tu as soif ? Va donc boire un peu d’eau dans le fleuve qui coule en dessous. Oui, tu peux avoir confiance, c’est propre par ici. L’eau est très pure, pas comme chez vous, avec vos rivières grises et souillées. Je me demande d’ailleurs comment vous avez pu les laisser se salir ainsi et si c’est pour retrouver un peu d’eau propre que vous êtes venus jusqu’à nous. Mais tu n’es pas obligé de me répondre. Seul Sagapo le sait, et s’il ne veut pas nous le dire, alors je respecte son silence sacré.
Ça va ? Tu n’as plus soif ? Tant mieux. La route est encore longue jusqu’à ce soir, et encore plus celle jusqu’au dernier temple de Masargaspo. C’est notre lieu le plus saint, tu sais ? C’est ici que tout a commencé pour nous. Les prêtres les plus anciens disent que c’est là que Sagapo a enseigné sa parole pour la toute première fois à nos ancêtres voilà cent siècles. Aujourd’hui, nous avons perdu beaucoup de chapitres de notre histoire dans le désert de l’oubli, mais je pense que nous avons toujours le plus important dans nos cœurs. Mais je parle sans arrêt depuis tout à l’heure, et j’ignore si tu y comprends quelque chose. C’est étrange, tout de même, que j’en sache tant sur toi et les tiens, et que tu connaisses si peu de choses sur nous.
Bah… ça ne fait rien, il en faut plus pour me bouleverser. Il y a tellement de choses horribles dans l’univers que je ne vais pas me vexer pour si peu. Votre peuple finira bien par connaître le nôtre, d’autant plus si vous décidez de vous installer parmi nous, comme le souhaite votre capitaine. Mais je n’ai plus envie de penser à l’avenir pour l’instant, car le soleil s’estompe à l’ouest et notre petite lune se lève au milieu des étoiles. Comme d’habitude, son enchantement m’envahit et fait croître en moi l’envie de vivre au milieu de mes songes dans une poésie infinie. Je ne ressens plus ni le froid ni la faim, et ni même la peur. Pour un peu, je pourrais me croire au paradis, au milieu des esprits de tous ceux qui ont vécu avant nous. Il n’y a pas besoin de dormir ou de fermer les yeux pour imaginer. J’ai juste besoin de voir la lumière de la première lunaison de la nuit, ou celle de la seconde si je manque la première. O bienheureux Sagapo, quelle fantasmagorie !
La lune est-elle aussi belle chez vous ? J’ai entendu dire que la vôtre est plus ronde et plus grosse aussi. Mais surtout, que vous n’en avez qu’une seule dans votre pays.
Comme il doit être étrange, le ciel sur votre terre ! J’espère que tu m’en parleras un de ces jours. Peut-être demain, qui sait.
Notre route commune n’est pas terminée. Bonne nuit à toi. Fais de beaux rêves.

[Traduzzione fatta da l'autore].


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

Id´île volcanique - 10/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...