Bloggu litterariu corsu

l'11 di Ghjugnu 2016 - scrittu dà - lettu 578 volte

Parapachja


Parapachja m’anu chjamata, cio chì vale à dì : quella nata à l’ispensata. Ùn hè tantu cristianu u mio nome, ma mi stà benissimu chì hè pròpiu cio chì sò eiu, è forse serà per quessa ch’ùn ne scambieraghju mai. Parapachja mi chjamu, nata à l’usu anticu, in una casa machjaghjola, una notte d’inguernu, tant’anni fà. Hè babbu chì mi l’hà cuntata quessa, da tandu ch’o fubbi capace di capì, di parlà è di dumandà. Ma senza mai una sola parolla per parlà mi di mamma.
Ella, per sfurtuna, ùn l’aghju micca cunisciuta. Da cusì longu ch’o mi n’ammentu, ùn c’hè mai statu ch’è babbu à u mio latu. Babbu chì mi facia manghjà, babbu chì m’amparava à leghje, à scrive, à stà arritta è à marchjà. Da sempre, hè stata a so assenza cum’è un viotu maiò in a mio ànima è cum’è un pezzu strappatu ch’ùn si pudia risanà. Eru nata, cusì, è pò basta. Nunda di più per schjarisce stu primu misteru di a mio vita. Nunda per aiutà mi à mette parolle schiette anant’à u vintulellu scemu chì fischjuleghja in a mio mente senza mai piantà, quandu giranduleghjanu e luce in u mio capu, è chì passanu qualchi farfalla spavintosa quandu mi vogliu addurmintà sola sola in a mio stanza. Sola cun babbu è e so bestie.
Era pastore ellu, di quelli chì sì n’eranu vultati in paese dopu à u so esiliu, per impatrunisce si di novu di u fiatu essenziale. Sùbbitu ghjuntu, s’era pigliatu una mansa di pècure, qualchi capra, è si n’era chjosu in a furesta per u sempre. Senza chere nisun succorsu, s’era stallatu à rialzà muri è tettu d’un vechju pustale in ruvina chì si n’era duvintatu a so casa è u so stazzu. È pò ci sò stata eiu, à nasce è à cresce à mezu à l’arburoni è à mezu à i libri.
U fattu hè chì babbu s’era custituitu una bella bibbiuteca. Ùn ci vole pensà ch’è i pastori sò tutti rozi. Ellu, quand’ùn era micca à travaglià d’un latu o d’un altru, era sempre inciuffatu daretu à un muraglione di pàgine in cerca di scuperte è di scappere. Un c’era nunda chì li piacia di più. Era cusì babbu ; appena pueta, appena idealistu, è nant’à sta via l’aghju seguitatu, sempre in brama di maraviglià u mondu appressu à e luce, à u sole, è à a luna.
Campavamu soli tramindui, ma venianu ogni tantu l’amichi in casa nostra. Eranu vechji cumpagni di scola di babbu, sempre carchi à primure di piglia capu di i capi. Di règula, eranu bravi cun mè, sti zii ch’ùn aviu micca, è unepochi mi purtavanu ancu qualchi ghjòculu quand’ella cascava, ma nunda ch’ùn mi possa impedisce di vede chì li disturbava a mio presenza quand’elli passavanu ore è ore à cuntrastà cun babbu di cose ch’ùn pudia capisce. Tandu mi venia l’angòscia da chì mi sciògliia chjosa in i mio libbri, o ancu più spessu, in a mio pensata.
L’imaginazione era duvintata u mio alloghju sicretu, chì m’ingullia sempre di più chì falavanu l’anni, fin ch’o duventi incapace di distingue u veru di u sonniu è di u pensà.
Eru ghjà ghjuvanotta quellu ghjornu chì mi purtò u mio caminu fin’à una muntagna vicina per richjappà un caprettu chì si n’era andatu. Un passu, è pò un altru fra i scoglii infermi. Un passu di troppu, una petra chì sguilla, è eccu ch’o cascu cap’in ghjò à fianc’à u monte. Ùn aghju mancu u tempu di pensà à a morte chì       si ne spenghje cio chì mi ferma di cuscenza.
U spiritu vagabondu, mi ne vocu à francà i culori d’un alba di seta imbalsamata. Ma eccu chì voltanu l’ombre à ballà davanti à mè per abbughjà u mio sguardu. Una s’avvicina assai di più ch’è l’altre, è ricunnoscu à un amicacciu di babbu, un omu distintu distintu, in vistura nera, i capelli incrinati è l’ochji vivi. Per favore, vene à u mio sustegnu è volta u celu turchinu sopr’à mè, è i scoglii sott’à mè. À u luntanu, l’orizonte camina fin’à u mare d’un altru paese, è mi ne stò custì, tra i mani di u mio salvatòre pruvidinziale chì mi feghja d’un surrisu un pocu straniu. Pianu pianu, ellu m’aiuta è mi rimette arritta. Un bracciu ellu mi porghje per accumpagnà mi fin’à u so vitturone, un ardegnu più caru ch’una casa. Spenserata, mi lasciu purtà. Ùn c’hè ch’è què à fà oramai.
Chjosa in quellu veìculu, eccu ch’o mi pensu prighjunera. Hè troppu bellu quist’omu per avè u core francu. Cosa m’hà da accade avà ? Soca m’hà da vende à una mansa di furdani per pagà i so debbiti. M’anu da mette in u so battellu à vugà, core viotu è corpu pienu, à sfrisgiulà tante marine adacquate da centu muschi preziosi senza mai vede nunda. È per fine, more senza cunosce a verità nant’à mamma meia è tutti l’altri misteri di l’universu. Innò. Basta. Mai ch’ella sia.
Senza undà, apru a purtiera è mi capulgu à l’infora. L’altru mughja per fà mi vultà, ma ùn face ch’è què. Eiu corgu, corgu, corgu à più pudè, fin’à dimenticà mi di u mio soffiu, fin’chì a mio carne sì scambii in sale. E passa u ventu, è passa u tempu, turchinu è pò giallu. Corgu senza piantà cum’è s’o avia da corre per u sempiternu. I monti suvitanu i monti, i fiumi francanu i fiumi è m’addurmentu sempre currendu fra e mio stelle amiche in l’etere chì canta.
Mi sveglia u sole chì mi vede stracquata anant’à una pianura d’erba fresca. Cantanu l’acelluccii, nascosi in l’arburoni, cum’è per precà mi a benvenuta in stu mondu ch’ùn cunoscu manc’appena. Da sicuru, c’hè quì un palmu di magìa. Mi sentu felice senza nisun ragione. Eccu un populu chì s’affacca, un populu di ghjente chì ridenu. Unu s’avanza è mi rigala una curona di fiori chì mi face regina di u reame di l’Atlantida ! L’accolta in bizonca mi porta fin’à Galatai, l’antìca cità marmigna sott’à a luce divina. Mi prisenta a mossa à cio chì hà da esse u mio palazzu, u più bellu bastimentu ch’ùn aghju mai vistu. Una vechja mi dice ch’è sò i dei chì l’anu custruitu quì è cusì.
Rientrendu, mi vogliu lascià supranà da a letizia, ma mi pare pròpiu chì sta civilisazione chì sfiora u cilente hè dighjà à l’oliu santu è ùn a vole micca vede. Più m’affondu in u casone è più mi sentu trinnicà sott’à u pesu di cio ch’o sò di l’avvene di stu tempu. Ingirata da magnificenze, mi vene u spaventu neru à sulcà mi a mente. Ùn ferma più ch’è pocu tempu prima chì sbuccia a finimondu. Ci vole ch’o parli, ci vole ch’o svelgu u mio sapè per salvà u mio pòpulu. Appruntà una nave, è pò un altra, à quant’ellu sì puderà. Parte per u sempre per ùn parte à l’eternu. Ne parlu à i cunsiglieri, à i ministri, à i rè è à l’imperatori, ma nimu ùn mi stà à sente. Ne parlu à i carritteri, à i panitteri, à i bancalari è a i vaccaghji, ma ùn c’hè nimu per ascoltà a mio chjama à succurrenza. Tutti colmi d’una letizia artificiale, i so ochji ùn ponu vede ch’è s’hà da cade tuttu. Facenu feste è altre feste, è eiu mughju sempre in vanu u mio addisperu d’un scumpientu à vene. Pò, à rombu d’alzà a voce à scannillà mi, a ci ghjungu à fà mi sente da sta mansa ceca chì risponde infine, vultendu si contr’à mè. Quelli chì m’avianu fatta regina mi volenu ormai tumbà. Stridanu à a morte, è capiscu ch’ùn aghju più nunda à fà custì. Aghju fiascatu, ùn c’hè altru à dì. Mi piacerebbe assai di piglià mi un ricordu di stu paese, una rilìquia prima chì tuttu si sprufondi, ma ùn mi lascianu micca fà. Ci vole ch’o scappi, una volta di più. Eiu, Parapachja a Prima è Parapachja l’Ultima. Scappà per ùn esse scapata, ùn aghju ch’è sta scelta. Tandu ripigliu à passu di corsa a strada d’un esiliu novu, mentre chì s’infiara l’azuru fin’à basgià si a terra. Vene di more l’Atlantida, è ùn aghju pussutu fà nunda per salvà a so ghjente. Di pettu à i mughji d’una sterpa chì soffre, capiscu chì hè compiu u mio tempu per sti lochi. Mi ne vocu.
Tra u focu è tra u sangue chì bollenu in giru à mè, marchju senza piantà d’una furesta à un altra nant’à l’andatu infinitu. Serà quessu u mio destinu ? Di caminà sempre è d’ùn piantà indocu ? U tempu si face più caldu è mi pare di scende in un rughjone dolce è spampigliulente. S’avvicina u mare è m’avvecu chì sò nant’à un isula maiò. S’hè chjinatu u sole nant’à l’acqua è mi stendu appena nant’à a rena sott’à i raghji di a luna per vigilà mi. L’auturnu ùn hè mai statu cusì dolce.
M’anu dettu chì ci era un populu di lupi chì ficcava per custindi, in brama di suvità a via d’i so sonnii. Soca seranu infine i meii ch’aghju tantu circati ? Una banda d’animali salvàtichi senza maestri ch’ùn cunoscenu ch’è a lege di a libertà ? Sacirdutessa, canteraghju sott’à e stelle per ringrazià u celu. À ludà e bone vulintà, à precà per l’altre. A circà u bene è à scambià u male. Serà cusì cumplicata a mio esistenza ? Mi pare d’avè francatu l’anni à buzeffa è d’ùn avè tenutu nunda. Aghju vulsutu accinghje i sicretti maestosi di quelli chì leghjenu e cose arcane ma m’hà presa l’universu cio ch’o li vulia rigalà. I lupi s’avvicinanu di mè mentre chì si disceta u sole è eccu u più grande chì vene à liccà mi i pedi, cun dulcezza. Pensu prima chì hè un segnu d’affizzione o di rispettu, per u menu, ma si ne và, senza dì nunda è l’altri u suvitanu. Guasgi ne vuleria pienghje.
Sola sola, mi vene a fame nera chì mi culpisce u ciarbellu. Vecu un arburone quallà, chì s’assumiglia appena à una palma. Un arburu in cima di chì vecu un fruttu, unu solu, chì mi sembra d’esse un ananassu. Strida u mio ventru chì mi boga più in là, à inalpacà mi u fustu lìsciu per piglià mi u mio manghjà. Ma quandu s’appicca u nasu anant’à e prime fronde, ricunoscu sùbbitu u fruttu difesu. Sò troppu stanca per vulè turnà à sfidà u mondu, ma seria per mè a sola manera di rende a so libertà à l’umanità. Ancu per esse incarcerata eiu, ùn u possu lascià azzingatu quì. Allongu a mio manu contr’à e mio forze chì si sdrenanu, à pro di a mio vulintà, di a mio sola vulintà, una volta è pò più. Eccu ch’aghju i diti nantu, eccu ch’o u m’agguantu, è chì mi vene. È pò cascu.
Cascu senza piantà, aldilà di a terra. Cascu d’un èpica à a scontra d’un altra, arrochju i mondi, vecu u purgatoriu, l’infernu, u paradisu, a luce, u bughju, è per fine, una piccula stanza in ruvina duve dorme un zitellu. Per mè, u troppu stroppia, è morgu per rinasce.
Apru l’ochji, per vede a mio furesta, a meia. In ghjò, a mio casuccia di babbu, è l’aria rivene à rinvivisce mi u pulmone. Sturdulita, voltu à scopre i mio arburi è e mio petre. Avanzu à la suale fin’à a mio porta, ma babbu ùn c’hè. Una voce in capu mi dice ch’aghju sessanta dui anni oramai, ma ùn a vogliu sente chì ùn hè micca vera. Mi posu nant’à una carrega davanti à u fucone cum’è per riflette una cria, ma di pensà ùn aghju più laziu. Aghju solu capitu l’immensa verità di a vita. Aghju capitu ch’ùn c’hè nunda à capì, è tuttu à campà.
René Magritte - Intermission.
René Magritte - Intermission.

Coquecigrue

Ils m’ont appelée Coquecigrue, ce qui revient à dire : celle que l’on n’attendait pas. Ce n’est pas un nom très chrétien, je le sais bien, mais il me sied à merveille, car c’est précisément ce que je suis, et sans doute est-ce pour cela que je n’en changerai jamais. Je m’appelle Coquecigrue et je suis née à l’ancienne, dans une maison en plein maquis, une nuit d’hivers, il y a de longues années. Cette histoire, je la tiens de papa, qui me l’a racontée dès que j’ai été en âge de comprendre, de parler et de demander. Mais sans jamais un seul mot pour me parler de maman.
Elle, malheureusement, je ne l’ai jamais connue. Aussi loin que me portent mes souvenirs, je n’ai jamais eu que papa à mes côtés. Papa qui me faisait à manger, qui m’apprenait à lire, à écrire, à être debout et à avancer. Cette absence, je l’ai toujours ressentie comme un vide majeur dans mon âme, et comme un morceau arraché que rien ne peut guérir. Je suis née, ainsi, et puis c’est tout. Rien de plus pour éclairer ce premier mystère de ma vie. Rien pour m’aider à mettre des mots clairs sur cette brise folle qui siffle sans s’arrêter dans mon esprit, lorsque tournent les lueurs dans ma tête, et que passent ces inquiétantes phalènes quand je cherche le sommeil, toute seule dans mon logis. Seule, avec papa et ses bêtes.
Papa était berger, de ceux qui étaient revenus au village après leur exil pour retrouver le souffle essentiel. Dès son retour, il avait pris une bande de brebis, quelques chèvres, et s’était enfermé dans la forêt pour toujours. Sans demander aucune aide à personne, il s’était installé à refaire les murs et le toit d’un vieux relai en ruine qui était devenu tout à la fois sa maison et sa bergerie. Et puis j’étais venue au monde, pour grandir au milieu des grands arbres et des livres.
Le fait est que papa s’était constitué une belle bibliothèque. Il est faux de penser que les bergers sont tous des rustres. Lui, lorsqu’il n’était pas occupé à travailler d’un côté ou de l’autre, était toujours plongé derrière une muraille de pages, à y chercher l’évasion. C’était vraiment son bonheur suprême. Il était comme ça papa ; un peu poète et un peu idéaliste, et sur cette voie, je l’ai suivi, toujours prête à émerveiller le monde auprès des lumières, du soleil et de la lune.
Nous vivions seuls, certes, mais de temps en temps, des amis venaient nous rendre visite. C’étaient de vieux copains de classes de papa, qui n’avaient pas rompu le contact. En général, ils étaient gentils avec moi, ces oncles qui n’étaient pas les miens, et quelques-uns me portaient même des cadeaux, à l’occasion, mais rien qui ne m’empêche de prendre conscience que ma présence les gênait, lorsqu’ils passaient des heures à débattre avec papa de choses que je ne pouvais pas comprendre. Alors surgissait l’angoisse qui me renfermait dans mes livres, ou plus souvent encore, dans ma pensée.
L’imagination était devenue mon refuge secret, et à mesure que je prenais de l’âge, je m’y précipitais toujours plus, jusqu’à devenir incapable de différencier la réalité du rêve et de la pensée.
J’étais déjà presque adulte, ce jour-là où mes pas me portèrent jusqu’à une montagne, proche, pour y rattraper un cabri qui s’était enfui. Un pas, et puis un autre entre ces rochers précaires. Un pas de trop, une pierre qui glisse, et voilà que je tombe, la tête la première, à flanc de montagne. Même pas le temps de penser à la mort que s’éteint ce qui me reste de conscience.
L’esprit vagabond, je m’en vais à franchir les couleurs d’une aube de soie embaumée. Mais voilà que les ombres reviennent danser devant moi pour obscurcir mon regard. L’une d’elle se rapproche beaucoup plus que les autres, et je reconnais là un ami de mon père, un homme très distingué en costume noir, la coiffure impeccable et l’œil vif. Par chance, il vient à mon secours tandis que le ciel resurgit au-dessus de moi, et les rochers en dessous. Au loin, l’horizon chemine jusqu’aux rivages d’un autre pays et moi je suis ici, entre les mains de mon sauveur providentiel qui me regarde d’un sourire un peu étrange. Tout doucement, il m’aide et me remet debout. Le voilà qui me tend son bras pour m’accompagner jusqu’à sa voiture de luxe, un engin plus cher qu’une maison. Insouciante, je m’y laisse conduire. Je n’ai, de toute façon, pas d’autre liberté.
Enfermée dans ce véhicule, voilà que je me sens prisonnière. Cet homme est beaucoup trop beau pour avoir le cœur sincère. Que va-t-il m’arriver désormais ? Peut-être va-t-il me vendre à une bande de forbans pour payer ses dettes. Ceux-là vont alors m’enfermer dans leur bateau, pour aller, le cœur vite et la panse plaine, à effleurer tant de ports étrangers qui exhalent tant de parfums précieux sans plus jamais rien voir. Et pour finir, mourir sans connaître la vérité sur ma mère et tous les autres mystères de l’univers. Non. Jamais.
Sans hésiter, j’ouvre la portière et me précipite au dehors. L’autre hurle pour me faire revenir, mais s’en tient à cela. Alors je cours, je cours, je cours à l’infini jusqu’à oublier mon propre souffle, jusqu’à ce que ma chair se change en sel. Et passe le vent, et passe le temps, bleu et puis jaune. Je cours sans m’arrêter comme si je devais courrir pour toujours. Les monts succèdent aux monts, les fleuves franchisent les fleuves, et je m’endors en courant encore, au milieu de mes étoiles amies dans l’éther qui chante.
Le soleil me réveille qui me découvre allongée sur un replat d’herbe fraiche. Le chant des oiseaux, cachés dans les grands arbres, veulent me souhaiter la bienvenue dans ce monde que je ne connais pas encore. Il y a là comme une pointe de magie. Je me sens heureuse, sans aucune raison. Voici un peuple qui survient, un peuple de gens qui rient. L’un d’entre eux s’avance, et m’offre une couronne de fleur qui me fait reine du royaume de l’Atlantide ! La foule en liesse me porte jusqu’à Galatai, l’antique cité marmoréenne sous la lumière divine. On me présente à ce qui va être mon palais, le plus beau bâtiment que j’aie jamais vu. Une vieille femme me révèle que ce sont les dieux qui l’ont construit là et ainsi.
En y rentrant, j’aurais aimé me laisser envahir par la joie, mais j’ai plutôt l’impression que cette civilisation qui louche au firmament est déjà sur le point de mourir mais ne veut pas le voir. Plus je m’enfonce dans la gigantesque bâtisse, et je me sens trembler sous le poids de ce que je sais de l’avenir de ce temps. Entourée de magnificence, la terreur noire vient me labourer l’esprit. Il ne reste plus beaucoup de temps avant la fin du monde. Il faut que je parle, il faut que je révèle ce que je sais pour sauver mon peuple. Préparer un navire, et puis un autre, autant qu’il en faudra. Partir pour toujours pour ne pas y rester à jamais. J’en parle aux conseillers, aux ministres, aux rois et aux empereurs, mais personne ne m’écoute. J’en parle aux charretiers, aux boulangers, aux menuisiers et aux vachers, mais il n’y a personne pour entendre mes alarmes. Tous bouffis d’une joie artificielle, leurs yeux sont incapables de voir que tout va s’effondrer. Ils font des fêtes et puis d’autres fêtes, et je reste à hurler en vain mon désespoir de la tragédie à venir. Et puis, à force de hisser ma voix à me déchirer la gorge, je parviens enfin à me faire entendre de ce troupeau aveugle qui me répond, en se retournant contre moi. Ceux-là même qui m’avaient faite reine veulent désormais me tuer. Ils crient à mort, et je comprends que je n’ai plus rien à faire ici. J’ai échoué, tout simplement. J’aurais bien aimé emporter avec moi un souvenir de ce pays, une relique avant que tout ne s’effondre, mais ils ne m’en laissent pas le loisir. Il faut que je fuie, une fois de plus. Moi, Coquecigrue Première et Coquecigrue Dernière. Fuir pour ne pas mourir, je n’ai que ce choix. Alors, à pas de course, je reprends la route d’un nouvel exil, tandis que l’azur s’enflamme jusqu’à embrasser la terre. L’Atlantide vient de mourir et je n’ai rien pu faire pour en sauver le peuple. Confrontées aux hurlements de souffrance, je comprends que mon temps est révolu par ces lieux. Je m’en vais.
Entre le feu et le sang qui bouillissent autour de moi, je marche sans m’arrêter d’une forêt à une autre sur le sentier sans fin. Serait-ce là tout mon destin ? Toujours marcher, et ne jamais s’arrêter ? Le temps devient plus chaud, et j’ai l’impression de parvenir dans une région douce et pétillante. La mer se rapproche, et je me rends compte que je suis sur une grande île. Le soleil s’est couché sur l’eau, et je m’allonge un peu sur le sable, sous les rayons de la lune pour me veiller. L’automne n’a jamais été aussi doux.
Il parait qu’il y a un peuple de loup qui habite ces lieux, pour y suivre la voie de leurs songes. Seraient-ce enfin les miens que j’ai si longtemps cherchés ? Une bande d’animaux sauvages sans maîtres qui ne connaissent que la loi de la liberté ? Prêtresse, je chanterai sous les étoiles pour remercier le ciel. À bénir les bonnes volontés et à prier pour les autres. À rechercher le bien et à changer le mal. Pourquoi mon existence devrait-elle être plus compliquée ? J’ai l’impression d’avoir vécu de très longues années et de n’en avoir rien gardé. J’ai voulu ceindre les secrets majestueux de ceux qui lisent les arcanes, mais l’univers m’a happée tout ce que je voulais lui offrir. Les loups se rapprochent de moi tandis que se lève le soleil et voilà le plus grand qui vient me lécher les pieds avec douceur. Je pense tout d’abord qu’il s’agit d’un signe d’affection, ou au moins de respect, mais il s’en va, sans rien dire d’autres, et les autres le suivent. J’ai presque envie de pleurer.
Toute seule, je suis envahie par une faim mortelle qui me frappe le cerveau. Je vois un arbre là-bas, qui ressemble un peu à un palmier. Un arbre au sommet duquel je vois un fruit, un seul, qui me semble être un ananas. Mon ventre gémit, qui me propulse à l’escalade pour prendre ma nourriture. Mais lorsque j’arrive, le nez sur les premières feuilles, je reconnais immédiatement le fruit défendu. Je suis trop fatiguée pour retourner défier le monde, mais ce serait pourtant la seule façon de rendre sa liberté à l’humanité. Même si je dois être jetée en prison, je ne peux le laisser accroché là. J’allonge ma main contre mes forces qui s’épuisent, et n’ai que ma volonté, ma seule volonté, une fois de plus. Voilà que je touche le fruit, voilà que je l’attrape, et voilà qu’il vient. Et puis je tombe.
Je tombe sans m’arrêter, bien plus bas que la terre. Je tombe d’une époque à la rencontre d’une autre, je traverse les mondes, découvre le purgatoire, l’enfer, le paradis, la lumière, les ténèbres, et enfin, une cabane où dort un enfant. Pour moi, cela suffit, et je meurs pour renaître.
J’ouvre l’œil, et je découvre ma forêt. Plus bas est la petite maison de papa, et l’air revient à revivifier mon poumon. Etourdie, je reviens à contempler mes arbres et mes pierres. J’avance à tâtons jusqu’à ma porte, mais papa n’y est pas. Une voix dans ma tête m’informe que j’ai soixante-deux ans désormais, mais je ne veux pas l’entendre, car ce n’est pas vrai. Je m’assois sur une chaise devant la cheminé comme pour réfléchir un instant, mais je n’ai plus envie de penser. J’ai simplement compris l’immense vérité de la vie. J’ai compris qu’il n’y a rien à comprendre, et tout à vivre. 

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci].


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

Id´île volcanique - 10/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...