Bloggu litterariu corsu

u 9 di Maghju 2016 - scrittu dà - lettu 554 volte

Mondu


Le suicide de Lucrèce - Ambrosius Benson.
Le suicide de Lucrèce - Ambrosius Benson.
A vittura caminava à stronca chjavetta strappendu a nuttata, senza nisun altra raghjone ch’è quella di mandà mi in lettu à u più prestu. Era dulciura quella sera nant’à una bella strada sott’à un celu lindu. Ma d’un colpu, eccu qualcosa à mezu. A cansu, mi piantu, m’ingaru. Un lume in manu è u fiatu grossu, m’avvicingu. Mi pare appena grande per un rìcciu. Soca seria un qualsìasi animale, persu in terra nemica. Un bastone in manu, m’avvicingu à u so succorsu. Forse serià feritu, o solu spavintatu. M’avvicingu, puntendu u mio lume anant’à ellu, à menu di dui metri, è m’avvecu un ciòcciu, un ciòcciu bacu meravigliòsu cupertu di sangue. Fora di e so muche tamante chì macagnanu u so piumacciu, m’accorghju ch’è u so collu hè rottu. Mi sentu trinnicà, è pò mi ripigliu. L’aghj’à caccià da l’asfaltu, per caccià lu da l’asfaltu, ch’ellu ùn sia sfracicatu di più da u pròssimu veìculu, è rende li appena di a so dignità maestosa. Ùn a mi sentu mancu di fà usu di u bastone. Incù u pede è cun dulcezza, u spingu un centìmetru dopu à l’altru fin’à l’orlu di l’incatramata, à a manca. Eccu lu in sicurezza, avà. L’averiu ancu sipillitu s’o l’avia pussutu, ma mi pare pròpiu ch’ellu sì n’impippa oramai. Cun a calma, mi ne voltu in vittura, rimettu a cinta è sbottu à pienghje.
 
Apru l’ochju à straziera. Durmitu ùn aghju ch’è poca è micca. U core spintu, rivengu in a mio realità. I muri di a mio cella ùn sò mai stati cusì grisgi, ne a puzza cusì lazza. Cum’è una màcchina, mi discetu per andà à a scontra di l’altri in u curtone. L’usu s’hè stabilitu, senza mai fiascà, ma per chì fà ? Più nimu ùn sì pone più a questione dipoi tantu tempu. Hè cusì chì ci pare di campà torna.
Quante sò strane e vie cusì inaspettate di i ricordi. Eranu anni è anni ch’ùn aviu più pensatu à stu corciu ciòcciu d’una sera d’estate di u tempu di nanzu, quandu a vita era cusì bella è chì mancu ùn si sapiax. E pò c’hè stata a Storia è tutta a so putenza. E pò c’hè stata a guerra, è pò c’hè statu Ugrün, quella prighjone gigante sbucciata da u niente in u disertu. Ùn aghju micca pussutu tene in mente u ricordu di u cumu è di u perchè chì aghju persu ogni sperà di marchjà un ghjornu in libertà. E porte d’Ugrün ùn s’aprenu ch’è in un solu sensu.
Malgratu l’àstracu, i curridori s’adarieghjanu à l’anticognu. Guasgi guasgi ci puderiamu crede in un Medievu sunniatu da qualchi scrivacciulone senza imaginazione. Nisun eletricità per custì, solu unepochi di finestruccie chjuculelle quì è culà, per porghje un palmu di luce à quelli lochi murtiferi. È in ogni scornu, vechje tràccie di vòmitu, di sangue o di merda.
U curtone hè a parte maghjore di u nostru purgatòriu. Hè quì chì ci ritruvemu ogni ghjornu per millaii, noi altri prighjuneri di u nostru mondu. Senza cumandu ne scopu, ci firmemu cum’è s’è eramu automati fin’à l’attrachjata, quandu vene l’ora d’arriturnà à e nostre stanze. Ùn c’hè mai statu nimu per impone lu, è ùn c’hè mai statu nunda per custringhje ci, ma hè solu cusì chì passa u tempu, è cusì serà per u sempre.
U curtone hè quatratu, o rettangulare podasse, ch’ùn s’hè mai pussutu sapè la cun certezza. Senza tettu, hè l’ùnicu lucale di u nostru universu à esse intighjatu. Sò grisgie e so làstrache, fora d’una sola, culor’celu, chì sì vede da luntanu, è da chì u misteru di a so sfarenza hà fattu riflette è parlà assai dipoi l’inìziu. S’hè ancu creata una religione nant’à ella, incù i so riti, e so preghere, i so prete, è i so erètichi. Ci vole cusì pocu per fà nasce una credenza.
Ùn c’hè nisun guardianu in Ugrün, ch’ùn ci n’hè micca bisognu. A grussezza di i muri basta per impedisce ogni brama di scappera. U pane c’hè arrecatu ogni ghjornu à meziornu da un spartitore automàticu. Hè u nostru solu cibu, u solu chì ci permette di tene, è di cuntinuà à campà sta cumedia strampalata è dissintata. Forse serà què u peghju.
Ùn c’hè nisun guardianu in Ugrün. Ùn c’hè nimu per surveglià ci, per ghjudicà e nostre viulenze è parà ci da noi stessi, ma c’hè un bellu pezzu ch’ùn c’hè più nisun viulenza tra di noi. Scorsa a rivolta è a rabbia contr’à l’universu, eccu u rinunciamentu chì s’affacca, una spèzia di slaziera finale aldilà di tuttu cio chì sì pò pensà. Sì distrae chì ci vole, sì parla, sì conta fole, è u più spessu, per disgrazia, ùn sì face più nunda. L’omu perde a so umanità, a vulintà s’affonda, è e passione sì spenghjenu, in sempiternu.
Si more qualchi volta in Ugrün. Di vechjaia, di fiacca o di ste malatìe ch’ùn sì cunosce più, è ancu menu curà. Tandu senza più emuzione, i vivi racòglienu u manghjevule nant’à u cadàveru per arricchì a so cullazione è sì ne portanu u restu in e celle viote di u quartieru di u punente. Ognunu preca a morte à l’appiattu èppuru ùn ci n’hè manc’unu à vulè vede à u so latu e vìstiche di quelli chì sò stati furtunati. Soca serianu l’ossi l’ultima cosa à rinvivisce un sìntimu di paura in i nostri èssari dissuchjati.
Ùn sì nasce micca in Ugrün, ancu quand’è donne è omi sò à cantu. Ùn si nasce micca chì sì svaniscenu l’amore è a sensualità di pettu à u pesu d’una vita viota chì tomba a mìnima livata è sbrisgiuleghja ogni libidò. Sò pochìssimi quelli è quelle chì a sì francanu, ma quessi custì anu da ammaestrà si per scansà a fatalità di figliulà. Simu tutti d’accunsentu per dì chì un zitellu ùn hà nunda à chì fà in prighjone, ancu menu in una prighjone sìmile. Tandu ci tocca à sbruglià ci. L’ùltimi à chì li ferma qualchi bisognu à stancià si giranu ver’di a masturbazione, u suchjamentu o a sudumìa.
Nascite puru, ci ne sò state, in principiolu. Duie, o trè podasse, ùn mi ricordu più bè, ma micca di più. Eranu bambini nati in u dulore d’un alba senza calore chì si ne sò morti pocu dopu, è e so mamme dinù. L’affare ci avia santavugliati à bastanza, à quell’epica chì si scumpienghjianu sempre i nostri difunti. Ma nimu ùn ne era statu surpresu. Ci eranu cusì poche pussibulità ch’elli campessinu, i disgraziati, incù e nostre cundizione di pulizìa.
Ùn c’hè mai statu nisun attracci sanitàrii in Ugrün, manc’un solu lavatoghju. Si và di corpu cum’ellu sì pò, in i curridori, o in e nostre celle. Nimu ùn si lava in a nostra cumunità, o, per u menu, micca ogni ghjornu. U pocu acqua ch’è no tenimu, arrecata da u spartitore abbastanu solu per a nostra bivenda. Ùn c’hè ch’è a piossa, scarsa in u rughjone, per pudè pulisce ci da a nostra pitigna urdinare. U restu di u tempu, tutt’ognunu hè bruttu è tutt’ognunu puzza a ròccia, a piscia, è qualchi volta, u fioccu. Ùn c’hè manera, ùn sì pò fà altru. Fora di u nostru vestìtu, ùn avemu nunda, nunda chì sia à noi, nunda per aiutà ci à mantene ci in a nostra cundizione umana è avè cura di noi stessu. Per ristinghje u so brutteghju, unepochi si strappanu peli, barba è capelli, scegliendu una pilata pulita contr’à una chjoma piciosa è stolta. Anc’eiu l’avia fatta tempi fà, ma aghju prestu piantatu, è lasciatu i mio capelli vultà anant’à a mio chjocca.
Quellu chì vene oghje à mè quandu ghjungu in u curtone ùn hè micca di quelli. I so cerli grassi li falanu à mezu spinu è a so barba li piatta a maior’parte di a faccia. Quant’è noi tutti, u so sguardu hè viotu viotu, ma ellu mi vole parlà, insegnà mi qualcosa ch’o cunoscu dighjà.
 
Saltu a porta di l’appartamente. Quì, sente bonu u vaghjime è a cera à mòbuli. Qualchi incròcculu pulverosu orna i parastaghji mentre chì a pricura verniciata scricchighja à ogni passu. Eccu mi in casa à i mio caccàri, cum’è in tempu d’una volta. Vecu un màzzulu di ghjesuminu in un vasettu pumpòsu nant’à un tavulinu in centru di u salone, accant’à qualchi panochja aspettendu d’esse accunciata. Tuttu hè pròpiu cum’è tandu. Sò anni è anni, puru, ch’ùn ci hè più nimu. U tianellu chì bullisgineghja anant’à a gasinera ùn a sà manc’appena, è i vetri di e finestre parenu puliti da a vigìlia. Aghju guasgi a paura. Cosa aghj’à truvà custì ? Accendu a lumera è eccu ch’o li vecu, à elli, nant’à u lettinu. Più vechji ch’è mai, chì i mostranu bè i so centu-cinquanta o duie-centu anni, sò sempre listessi in a so chietùdine cummuvente è u so cutidianu in disusu. Prima ùn mi vedenu, è pò un ochjata, un dettu è venenu à u mio incontru, cum’è tant’anni fà. Ci abbracciemu, è chjachjaremu, è ci ritruvemu à manghjà e vultate incù a cunfitura casana. Sò cusì bone e vultate.
 
Mi parla l’omu cum’è s’ella era impurtante. Appinza i so ochji in i mei cum’è per stampà in mè l’orma di e so parolle. U so fiatu hè puzzicosu, quant’è u meiu, è a so voce roga dà un pesu tremendu à certe cose chì ne sò spruviste.
 - Sì pròpiu furtunata oghje, chì sì stata scelta tù da u lottu sacratu per raghjunghje a cima di a torre.
Ellu parsegue u so discorsu per minuti allargate è quandu per fine sì tace, eccu a ghjente in giru chì m’apre a vìa versu l’ultima porta. Senza più risente nunda, u spìritu persu per e strade, facciu solu cio ch’elli volenu di mè, lascendu per l’eternu stu pòpulu di chì ùn sò più. Sò eiu chì sò stata surtita per cullà i gradinu di u scalone di cio ch’elli chjamanu a torre, u puntu u più altu nant’à u tettu d’Ugrün, per ùn mai più rifalà ne. Ùn aghju mai sappiutu cumu viaghjava u so tirà, è ùn mi ne sò mai primurata. Mancu oghje chì sò stata mintuvata da u destinu, ùn mi ne vogliu inchinà. Cosa m’imprema a gènesa di stu cultu. S’abbisognanu faccende in una sucetà. Osinnò, ùn vale a pena.
Sì richjode a porta daretu à mè è ùn si riaprerà mai più. Face u fretu per custindi. E finestre sò ancu più chjuche ch’è altrò, è di colpu, u locu ancu più bughju ch’è u restu. Scarsu s’o ci possu vede a granìtula è e so scalelle. Mi sfrisgia un sciuscettu, trimuleghju. C’hè un odore stranu in l’aria, l’odore di l’assenza d’odore. Aghju tantu campatu in u puzzicheghju ch’ùn mi possu sùbbitu pate quelle sbuffulate d’aria sana chì mi brusgianu i pulmoni.
A l’appaspu, atteppu sta scalinata ch’è i vivi ùn piglianu ch’è una volta sola. Una ringhera c’hè per u sustegnu è mi ci agguantu à vòline più per ùn cascà. Ùn ne finisce più sta scala. Senz’un puntu di rifirimentu, m’affacca u tarrore di more di fatìca prima di ghjunghje à u cùlmine quandu d’un colpu, eccu a luce abbagliulente di u sole chì vene à pichjà mi l’ochju è guasgi mi lampu. Infine ci sò.
A cima di cio ch’omu chjama a torre hè un chjerchju regulare di parechji metri di diàmetru adurnatu di trunere inutile è anacròniche. À pedi mei, ghjacenu e mortesecche bianche bianche di i mio pridicissori. Da sottu, u curtone s’assumiglia à un rumenzulaghju è u so pòpulu pare furmìcule. Mandu un ochjata ùltima à quelli chì fubbini i mio fratelli è m’appancu à u megliu fra e salme à aspettà Falcina.
Passa u ghjornu è pò ghjunghje a notte. U mio corpu si rivolta chì mi briona a so fame è mi mughja a so sete. Pinsosa, m’inchjerchju per cuntimplà u celu. E stelle ùn sò mai state cusì belle, à parè meiu. Sarà pussìbile ch’elle ùn ebbinu mai intesu parlà di a Terra è d’un mondu chjamatu Ugrün ? Per a prima volta dapoi un pezzu, sentu ch’o m’arriposu.
 
U portu sanu hè inciuffatu in un rimùsciu alegru chì sò vultati i mercanti. Si dice ch’elli arrecanu robbe scarse da u mondu interu. Sta cità si chjama forse Venezia, o allora Istambul. Ùn sò micca induve sò, ne mancu quandu sò, ma si sente chì sta ghjente hè pudente per via di u so cummèrciu. Briaca di gioia senza raghjone, giranduleghju à mezu à i banchi in cerca di drappi. Un zitellettu mi dà una catapughja senza fà la apposta. Hè di quelli chiranciuccii chì strascinanu a so miseria anant’à i docchi. M’intennarisce u so musinu. Tandu li porghje dui soldi ch’ellu possa cumprà si unepochi di biscotti. Di ch’è tene qualchi ghjornu. Un vinditore cun cimeroni mi prupone une bella pezza di villutu, ma eccu chì mi sentu viota viota. Ricusu ghjentilmente è mi ne passu, senza cumprà niente, mancu di ch’è manghjà. Mi ne zoffu in u mio carrughju per chjode mi ind’è mè, è pruibì mi di pensà.
 
E spere di sole m’accarezzanu e pàlpebre è mi caccianu di u mio sonnu. L’alba hè dighjà quì. Un ventulellu vene à sfisgittà u mio corpu è u rinvigurisce. Carca d’ardore, mi discetu. Senza più beie ne manghjà, ùn aghj’à stà tantu, allora serà megliu d’apprufittà avà di u mio fiatu fin’chì ne aghju.
L’aria diventa cròsciu è u celu piglia un culore di nèbbia. Sì rumena inghjò, sì rumena ancu assai. Quant’elli mi parenu infebbrati quelli chì fubbini i mio cumpagni ! Soca seria a prima volta chì sò in i tamanti tracoglii. Certi si mettenu à corre è d’altri à chjirlà. Ne vecu chì strappanu i so vestiti, chì sì sgrinfianu i bràccii è u bustu è chì schjaffitanu i so pari. Ùn ricuniscia ghjà più à nimu, è eccu ch’ùn i ricunoscu più. Hè quant’è s’ella accadia qualcosa, s’è u tempu si n’era vultatu à u so passu. Elli smaniccianu à più pudè è eccu e porte chì s’aprenu, per a prima volta dipoi l’iniziu, tanti sèculi capunanzu. Ùn ci capiscu più nunda. Ugrün pianta d’esse un mondu per accuppià si cun l’universu. E u so pòpulu si fraga fora à l’assaltu di u disertu. Traditori ! Cosa fate custì ? Incù chì dritti ? Innò, ùn pudete ! Micca cusì ! Micca senza mè !
Ma ùn c’hè più nimu chì mi sente.
 
Passa u ghjornu è pò torna un altru. Sò sola oramai, sola sola à mezu à è mortesecche. Mi castica a sete, ma micca di troppu. Aghju spachjatu appena u mullume insòlitu di e petre è pò mi sò afflusciata. Chì m’impremanu i scambiamenti. Cosa m’imprema ch’o pensi o ch’ùn pensi ? A cosa ghjova a filosufìa quandu s’infatta l’agunìa ?
M’aggranfiu à l’archera, ma mi sentu trimà. Tutta a mio parsonna zinneca d’una forza chì mi suprana. A l’addisperu, i bracci pront’à schjattà, m’aisu è m’issu ghjustu à bastanza per pudè vede da sottu. Hè Ugrün sanu sanu chì sciuppitta, chì frizzina è chì sì sbrisgiuleghja. Diventa pòlvera a cima di i muri chì sì sparghje cun u ventu è i mozi d’àstracu principianu à staccà si per sculiscià fora à la suale. Passanu qualchi ora è sò sèculi chì si ne falanu anant’à a prighjone-forte chì sì sfonda nant’à ella stessa murendu di vechjaia.
Cun dulcezza, eccu mi in terra. Per miràculu, ùn m’hà tocca a caduta. Sò pròpiu l’ùnica cosa chì sia sempre di cio chì fù u mondu, chì ùn ci ferma nisuna murìccia à esse ci la francata, nemancu a mìnima petrucella. Sò sola à mezu à stu piaghjone disgraziatu è ingratu duve tuttu hè smaritu.
Fra tempu, s’hè cupertu è abbughjatu u celu senza piantà. U timpurale hè oramai prontu à schjattà, u peghju dirruscu ch’ùn s’hè mai vistu. Una gòcciula mi pichja, è pò un altra, è eccu u dilùviu chì sì ne trafala per ghjorni è ghjorni nant’à una terra ingorda.
Capelli à u ventu, sentu chì mi rinviviscu quandu si pianta a piossa, chì si ne volta u sole è chì sì riverdisce u disertu per una nova partenza.
Ma eiu, mi ne stò quì.

Monde

La voiture roulait à vive allure en déchirant la nuit. Il n’y avait pas d’urgence pourtant, j’avais juste envie de rejoindre mon lit au plus vite. La route était belle, le ciel était clair et l’air était doux. Soudain, une forme au milieu, je l’évite, je m’arrête, je me gare. Une lampe à la main et le souffle un peu court, je me rapproche. Ça me semble un peu gros pour être un hérisson. Ce doit être un animal quelconque, égaré en terrain hostile. Je me rapproche pour l’aider, ramasse un bâton dans le fossé. Il est peut-être blessé, ou simplement terrorisé. Je me rapproche, je braque le faisceau de ma torche sur la masse à moins de deux mètres de moi et je découvre un hibou, un magnifique hibou brun ensanglanté. A part ses blessures évidentes qui maculent son plumage, je me rends compte qu’il a la nuque brisée. Je me sens vaciller, puis je me reprends. Le mettre hors de l’asphalte, malgré tout, pour éviter qu’il ne se fasse encore écraser par le prochain véhicule, lui rendre un peu de sa majestueuse dignité. Je n’ai même pas le cœur d’utiliser le bâton. Avec mon pied, tout en douceur, je le pousse centimètre par centimètre jusqu’à atteindre le bord gauche des limites du bitume. Le voilà en sécurité maintenant. si j’avais eu de quoi, je l’aurais même enseveli. Mais je crois bien qu’il n’en a cure désormais. Avec calme, je remonte dans ma voiture, je remets la ceinture, et j’éclate en sanglots.
 
J’ouvre l’œil avec douleur. C’est à peine si j’ai dormi. Le cœur éteint, je retrouve ma réalité. Les murs de ma cellule n’ont jamais été aussi gris, ni la puanteur aussi fade. Comme une machine, je me lève pour aller retrouver les autres dans la grande cour. L’horloge est bien rodée, le rituel est bien ancré, mais pourquoi faire ? Plus personne ne se pose plus la question après tout ce temps. La force de l’habitude est la seule chose qui nous donne encore l’impression d’exister.
C’est bizarre comme les souvenirs peuvent parfois prendre les voies les plus inattendues. Cela faisait des années que je n’avais plus pensé à ce malheureux hibou d’un soir d’été du temps d’avant. La vie était si belle et nous n’en étions même pas conscients. Et puis il y a eu l’Histoire et son rouleau-compresseur. Et puis il y a eu la guerre, et puis il y a eu Ugrün, cette prison gigantesque surgie du néant en plein désert. Je ne me souviens plus comment ni pourquoi je suis ici, car j’ai perdu tout espoir de revoir le soleil. Les portes d’Ugrün ne s’ouvrent que dans un seul sens.
Malgré le béton, les couloirs ont ici quelque chose de terriblement ancien. Pour un peu, on pourrait se croire dans un Moyen-Âge fantasmé par quelque écrivaillon sans imagination. Pas d’électricité, juste quelques minuscules fenêtres par-ci par-là pour offrir un zeste de lumière à ces lieux désolés. Et partout de vielles traces de vomi, de sang ou de merde.
La grande cour est la partie majeure de notre purgatoire. C’est là que se réunissent tous les jours les quelques milliers de prisonniers de notre monde. Sans ordre ni but, nous y restons comme des automates absurdes jusqu’au coucher de soleil, lorsque l’heure vient de retourner à nos cellules. Nul ne nous y contraint et rien ne nous l’impose, mais c’est ainsi que s’écoule le temps depuis toujours, et c’est ainsi qu’il s’écoulera toujours.
La grande cour est carrée, ou peut-être rectangulaire. Nous n’avons jamais été capables de le savoir avec certitude. A ciel ouvert, elle est notre seul contact avec l’air ambiant. C’est aussi le seul endroit de tout notre univers à être dallé. Les carreaux sont gris taupes, sauf un, d’un bleu très pâle, visible comme le nez au milieu du visage et dont le mystère excite les curiosités depuis toujours. On a même créé une religion là-dessus, avec ses rites, ses prières, ses prêtres et ses hérétiques. Il suffit de si peu de choses pour engendrer une croyance que ce serait dommage de se priver.
Il n’y a pas de gardiens à Ugrün, il n’y en a pas besoin. L’épaisseur des murs empêche toute volonté d’évasion et n’a aucun point faible. La nourriture nous est livrée quotidiennement vers midi par un distributeur sous forme de pains. Juste assez pour continuer cette comédie grotesque qui n’a pas le moindre sens. Et le pire c’est que ça marche.
Il n’y a pas de gardiens à Ugrün. Personne pour nous surveiller, pour arbitrer nos violences et nous abriter de nos excès, mais il y a longtemps qu’il n’y a plus de violence entre nous. Passée la révolte et la rage contre l’univers, c’est la résignation qui s’impose, une sorte d’apathie finale qui va bien au-delà du concevable. On s’occupe comme on peut, on parle, on invente des histoires, et le plus souvent hélas, on ne fait rien. L’homme se déshumanise, la volonté s’annihile et les passions s’éteignent, à tout jamais.
On meurt parfois à Ugrün. De vieillesse, de lassitude, ou de ces maladies que l’on ne sait même pas identifier, encore moins soigner. Alors, sans émotion, les vivants récupèrent les parties comestibles du cadavre pour agrémenter le repas du jour et s’en vont porter le reste dans les cellules vides du quartier ouest. Chacun souhaite la mort en secret et pourtant nul n’accepte de garder sous les yeux le spectacle de ceux qui ont eu cette chance. C’est à croire que les os sont encore la dernière chose à réveiller comme une sensation de peur dans nos êtres desséchés.
On ne naît pas à Ugrün. La prison est mixte pourtant, et les prisonniers des deux sexes se côtoient en permanence. Mais comment faire l’amour lorsque le poids de cette vie effrite la moindre envie et tue toute libido ? Rares sont ceux qui échappent à la dégénérescence du désir, mais même ceux-là doivent se dominer pour éviter l’irréparable. Un enfant n’a pas le droit de naître et de vivre en prison, encore moins dans une prison comme Ugrün. Alors on s’arrange. Ceux qui ont encore des besoins à assouvir se rabattent sur toutes les pratiques dépourvues du moindre risque.
Il y a déjà eu des naissances pourtant, au tout début. Deux, peut-être trois, je ne me souviens plus trop, mais guère plus. Des bambins nés dans la douleur d’une aube sans chaleur et morts quelques semaines plus tard, avant ou après leur mère. Cela nous avait bouleversés. C’était l’époque où nous pleurions encore nos défunts. Mais cela n’avait surpris personne. Les malheureux avaient si peu de chances de survie dans nos conditions d’hygiène.
Il n’y a aucune installation sanitaire à Ugrün, pas même un lavabo. On se soulage à l’avenant, dans les couloirs ou dans nos cellules. On ne se lave pas dans notre communauté, du moins pas tous les jours. La seule eau à notre disposition nous est fournie par le distributeur et suffit à peine à notre boisson. Il n’y a que la pluie, rare par ici, pour nous purifier de nos souillures corporelles. Le reste du temps, tout le monde est sale et tout le monde pue la crasse, la pisse, et quelques fois, le moisi. Pas moyen de faire autrement. A part les vêtements que nous portons, nous n’avons rien, aucun objet en notre possession, rien pour nous aider à nous raccrocher encore à notre condition humaine et à prendre soin de nous. Pour limiter les dégâts, d’aucuns vont jusqu’à s’arracher cheveux et barbes préférant une calvitie bien nette à une toison poisseuse et ingérable. Je l’avais fait à une époque, mais j’ai vite abandonné et laissé mes cheveux revenir sur mon crane.
L’homme qui vient à ma rencontre à mon entrée dans la cour n’est pas vraiment dans ce cas-là. Sa tignasse graisseuse lui descend jusqu’au milieu du dos tandis que sa barbe lui mange toute la partie basse du visage. Il a le même regard vide que nous tous, mais me fait signe qu’il souhaite me dire quelque chose que je sais déjà.
 
Je passe la porte de l’appartement. Ça sent bon l’automne ici et la cire pour les meubles. Quelques bibelots un peu poussiéreux ornent les étagères tandis que le parquet verni craque sous mon pas. Me revoilà chez mes grands-parents, comme autrefois. Un bouquet de jasmins décore un vase qui trône au centre du salon où quelques épis de maïs attendent d’être accommodés. Rien n’a changé ici. Cela fait pourtant des années qu’il n’y a plus personne. La casserole qui mijote sur la gazinière n’a pas l’air de le savoir, et les vitres des fenêtres semblent avoir été nettoyées la veille. J’ai presque peur. Qu’est-ce que je vais trouver ? J’allume la lampe à pétrole et c’est là que je les vois, sur le canapé, plus vieux que jamais – ils semblent avoir entre cent-cinquante et deux-cent ans désormais – mais toujours pareils dans leur quiétude touchante et leur quotidien suranné. D’abord ils ne me voient pas, puis ils viennent à ma rencontre, comme jadis. On s’embrasse, on bavarde, et je me retrouve à manger des crêpes avec de la confiture. C’est bon les crêpes.
 
L’homme me parle comme si c’était important. Il plonge dans mes yeux comme pour imprimer en moi la marque de ses mots. Son haleine est fétide tout autant que la mienne et sa voix éraillée donne du poids à ce qui n’en a aucun.
 - C’est ton jour de chance aujourd’hui. Tu as été désignée par la loterie sacrée pour rejoindre le sommet de la tour.
L’homme continue de discourir pendant de longues minutes puis toute l’assistance se tait et m’ouvre le passage vers la porte dernière. Sans rien ressentir, je fais ce que l’on attend de moi, laissant pour l’éternité ce peuple auquel je n’appartiens plus. C’est moi qui ai été tirée au sort pour gravir les marches de l’escalier qui mène au point culminant du toit d’Ugrün et ne plus en redescendre. Je n’ai jamais su comment fonctionnait leur tirage au sort et cela ne m’a jamais intéressé. Même aujourd’hui que le destin m’a choisie, la question ne me tracasse pas davantage. Que m’importe la genèse de ce culte. Il faut bien que l’on s’occupe. Sinon, à quoi bon ?
La porte dernière se referme derrière moi pour ne plus jamais se rouvrir. Il fait froid par ici. Les fenêtres sont minuscules, rendant l’endroit encore plus sombre que tout le reste. C’est tout juste si j’arrive à voir l’escalier en colimaçon qui s’élève jusqu’au sommet de la tour. Un courant d’air me frôle, je frissonne. Une étrange odeur flotte dans les airs, l’odeur de l’absence d’odeur. Cela fait si longtemps que je ne vis que dans la puanteur que j’ai d’abord du mal à m’habituer à ces bouffées d’air sain qui me brûlent les poumons.
A tâtons, je gravis cet escalier que les vivants n’empruntent qu’une seule fois. La rampe est là pour me soutenir et je m’y raccroche à l’excès pour ne pas faire de mauvaise chute. Cet escalier n’en finit pas. Sans point de repère, je commence à désespérer de parvenir à son terme avant de mourir d’épuisement quand soudain, l’éblouissante lumière du jour vient me frapper le visage au risque de me jeter en arrière. Enfin la cime.
Le sommet de ce que l’on appelle la tour est un cercle parfait de quelques mètres de diamètre bordé de créneaux inutiles et anachroniques. A mes pieds gisent les squelettes blanchis de mes prédécesseurs. En contrebas, la grande cour ressemble à un cloaque et son peuple à des fourmis. Je jette un dernier regard vers ceux qui furent mes frères et je m’installe confortablement au milieu des dépouilles à attendre la mort.
La journée passe, et puis survient la nuit. Mon corps se révolte et me crie qu’il veut du pain, et me hurle qu’il veut de l’eau. Pensive, je me cale et je contemple le ciel. Les étoiles ne m’ont jamais semblées aussi belles. Est-il seulement possible qu’elles ignorent tout de la Terre et d’un monde appelé Ugrün ? Pour la première fois depuis longtemps, j’ai l’impression de me reposer.
 
Tout le port est dans une joyeuse effervescence, car les marchands sont de retour. On dit qu’ils ramènent des denrées rares venant de contrées exotiques. Cette ville s’appelle peut-être Venise ou alors Istanbul. Je ne sais pas où je suis, ni même quand je suis, mais il est clair pour moi que ces gens sont puissants et tirent leur force de leur commerce. Ivre d’une joie sans motif, je déambule au milieu des étals à la recherche d’étoffes. Un garçonnet me bouscule sans le faire exprès. C’est un de ces petits mendiants qui hantent les docks. Sa maigreur m’émeut. Je lui donne une pièce pour qu’il puisse acheter quelques gâteaux. De quoi subsister pendant quelques jours. Un vendeur avec de gros sourcils me tend une belle pièce de velours, mais je me sens d’un coup très vide. Je décline poliment l’offre et je m’en retourne chez moi sans rien acheter, pas même à manger. Je m’engouffre dans ma ruelle pour m’enfermer chez moi et m’interdire de penser.
 
Les rayons du soleil me caressent les paupières et me tirent du sommeil. C’est déjà l’aube. Une brise d’altitude vient effleurer mon corps et le revivifie. Pleine d’ardeur, je me lève. Sans plus boire ni manger, je ne vais pas pouvoir résister bien longtemps, alors autant profiter de mes forces tant que j’en ai.
L’air devient humide et le ciel prend une couleur de smog. Cela s’agite en contrebas. Comme ils semblent enfiévrés mes anciens compagnons ! Je crois même ne les avoir jamais vus dans un tel état d’excitation, même quand j’étais des leurs. Certains se mettent à courir et d’autres à crier. J’en vois qui s’arrachent leurs vêtements qui se griffent les bras et le torse et qui giflent leur congénères. Je ne reconnaissais plus personne et voilà que je ne les reconnais plus. C’est comme s’il se passait quelque chose, si le temps s’était remis en marche. Ils gesticulent dans tous les sens et les grandes portes s’ouvrent pour la première fois depuis les origines. Je n’y comprends plus rien. Ugrün cesse d’être un monde et se relie à l’univers. Et le peuple se rue à l’extérieur à l’assaut du désert. Traîtres ! Que faites-vous là ? Vous n’avez pas le droit ! Pas comme ça ! Pas sans moi !
Mais ils ne m’entendent pas.
 
La journée passe, et puis encore une autre. Je suis seule désormais, toute seule au milieu des squelettes. La soif me tenaille, mais cela reste supportable. J’ai lapé l’étrange humidité des moellons puis je me suis avachie. Qu’importent les changements. Qu’importe ma réflexion ou mon absence de réflexion. La philosophie n’est pas d’un grand secours quand survient l’agonie.
Je me cramponne au créneau mais je sens que je tremble. Tout mon être vibre d’une force que je ne maîtrise pas. Avec l’énergie du désespoir, je me redresse et me hisse juste assez pour voir en contrebas. C’est tout Ugrün qui crépite, qui frémit et qui s’effrite. Le haut des murs part en poussière qui se disperse avec le vent et des blocs de béton commencent à se détacher, à glisser lentement vers l’extérieur. En quelques heures, ce sont des centaines d’années qui s’abattent sur la prison-forteresse qui s’écroule sur elle-même en mourant de vieillesse.
Doucement, je me retrouve au sol. Par miracle la chute m’a épargnée. Je suis la seule chose qui soit encore de ce qui fut un monde, car il n’y a pas un pan de mur qui ait échappé à l’anéantissement, pas même un gravillon. D’Ugrün, il ne reste plus rien que du sable pareil à celui du désert. Je suis seule dans cette immense plaine désolée et stérile où tout a disparu.
Pendant tout ce temps, le ciel n’a pas cessé de se couvrir et de s’assombrir. L’orage est désormais prêt à éclater, le pire orage que je n’aie jamais connu. Une goutte m’effleure, et puis une autre, et c’est le déluge qui s’abat pendant des jours sur une terre avide.
Les cheveux au vent, je perçois la vie revenir en moi tandis que la pluie s’arrête, que le soleil ressurgit et que le désert reverdit, pour tout recommencer.
Mais moi, je reste là.

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci].


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

Id´île volcanique - 10/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...