Bloggu litterariu corsu

u 18 di Ghjugnu 2014 - scrittu dà - lettu 149 volte

Le Génie d'or et Captain Corsica (3)

Les aventures du Génie d'or, esprit de la liberté, gardien secret de Paris, en Corse, et sa rencontre avec Captain Corsica, ange de l'île de Beauté, par épisodes.


Un mystérieux interlocuteur

Le Génie d'or et Captain Corsica (3)
Dans le dernier épisode de cette troublante série, j’ai raconté comment le Génie d’or – dont le vrai nom, en langue extraterrestre et angélique, est Solcum – avait pénétré dans un avion détourné par la voie de la téléportation et vaincu deux pirates de l’air, qui le menaçaient.
 
Or, il en restait un troisième. Il se trouvait dans la cabine de pilotage et parlait dans la radio. Il communiquait visiblement avec son chef, car, ayant vu agir le héros d’outre-espace, il évoquait ses exploits, et demandait ce qu’il devait faire à présent ! Il écouta alors la réponse – que nul n’entendit, parce que le son passait par un casque que le malandrin avait à ses oreilles. Ayant pris connaissance de ce qu’il avait à savoir, il posa ce casque, et attendit Solcum – qui se dirigeait dans sa direction, les passagers lui ayant révélé la présence de ce dernier pirate dans ce réduit où se tiennent les pilotes.
 
Lorsque l’être étrange fut devant lui, l’homme dit : « Vous ! Apprenez que mon maître sait qui vous êtes, et qu’il me charge de vous dire qu’il s’occupera bientôt personnellement de vous. Si du moins – comme il le pense possible, il me l’a avoué – je ne parviens point à vous vaincre moi-même ! »
 
À ces mots, il fit jaillir un long sabre de samouraï, qu’il tenait caché le long de son corps, et s’efforça d’en transpercer son adversaire. Mais celui-ci avait prévu le coup : il ne le surprit pas ; et puis il était d’une rapidité inouïe. Il avait déjà placé sur la trajectoire de la lame fine et brillante son bâton enchanté, dont il jaillit des étincelles au choc. Grande cependant était la force du brigand : il était, à coup sûr, doué de pouvoirs spéciaux ! En lui, Solcum, par sa vision enchantée, vit des mécanismes métalliques qui décuplaient sa vigueur. Sans doute avait-il un maître d’une rare science ! Sans doute était-ce lui qui lui avait procuré cette technologie inconnue !
 
Sous la pression du coup, le héros plia un genou. Le pirate alors lui donna, de sa main gauche, un coup de poing sur la mâchoire : il crut recevoir un pilon d’acier sur le visage, lancé à toute force.
 
Mais sa propre puissance demeurait supérieure ; rassemblant ses esprits, concentrant sa vertu, il repoussa le sabre – et l’homme dans le même temps. Puis, Solcum lui saisit le cou de sa main gauche, et serra jusqu’au point où il pouvait lui briser les cervicales – même renforcées par l’acier. Alors, il lui dit : « Révèle-moi le nom de ton maître, et où il se trouve, ou tu mourras ! »
 
L’autre répondit : « Je n’ai pas peur de la mort. Tu n’as qu’à le lui demander toi-même, il est toujours sur la fréquence d’ondes de la radio, il t’entend, il t’écoute, et sa vengeance sur toi sera terrible ! »
 
Solcum resserra légèrement son étreinte pour couper le souffle du brigand et lui faire perdre connaissance, puis il s’empara du casque muni d’un micro : « Allô ? Qui est à l’appareil ? » Fit-il de sa voix étrange, comme sortie du fond d’un rêve, ou d’une profonde caverne ; sous son masque, elle résonnait comme un gong !
 
Or, à l’autre bout, une voix grinçante, aiguë, sinistre lui répondit : « Tu vas, toi, mourir, spectre infâme ! Tu vas apprendre ce qu’est la douleur, si tu ne l’as jamais su ! Viens donc me rejoindre : car je suis dans un endroit que tu trouveras facilement, si tu as le moindre sens : il est situé sous l’Enclume de la Haute Roche, au sein de la Sphère de Forme ! J’y ai une base. Ose-t’-y rendre !
 - Quel est ton nom ? fit Solcum d’un ton plein d’autorité.
 - Écoute bien, immonde démon, répliqua l’autre ; écoute mon nom : je m’appelle Fantômas, et tu as trouvé un être pareil à toi à plus d’un égard, c’est pourquoi je te connais ! Tout m’a été révélé, à ton sujet. Je t’attends. Accours donc, et affronte ton destin ! »
 
Alors la radio se tut. Solcum posa le casque et le micro. Ce qu’il advint ensuite sera dit une autre fois.


              



Dà leghje dinù
1 2

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...