Bloggu litterariu corsu

u 18 di Nuvembre 2014 - scrittu dà - lettu 185 volte

Le Génie d'or et Captain Corsica (23)

Les aventures du Génie d'or, esprit de la liberté, gardien secret de Paris, en Corse, et sa rencontre avec Captain Corsica, ange de l'île de Beauté, par épisodes.


Au pays de Cyrnos

Le Génie d'or et Captain Corsica (23)
Dans le dernier épisode de cette mélancolique série, nous avons laissé nos deux héros, le Génie d’or et Captain Corsica, alors qu’ils s’employaient à sauver un des cinq cybernanthropes de Fantômas ; car il avait survécu, et le noble fils de Cyrnos avait annoncé que le médecin de son père pourrait soigner son corps meurtri, à condition qu’il fût transporté à temps dans le palais royal. Pour cela, il lui fallait appeler son vaisseau spatial !

L’ayant dit, il le fit : regardant le ciel, il prononça quelques mots de la langue mystérieuse des génies - et sa voix porta loin, vogua sur les ondes de l’air. Et bientôt vit-on, à travers le trou formé dans la paroi rocheuse quand l'ange de la Corse était venu secourir le génie doré de Paris, descendre le vaisseau doué de vie, d’âme, d'entendement ; et Solcum prit dans ses bras le pauvre cyborg, et Captain Corsica et lui s’élevèrent dans les airs - l’un tiré par son sceptre enchanté, l’autre utilisant le pouvoir qu’il avait sur les vents. Passant par l’ouverture, ils rejoignirent l’astronef - brillant de mille feux, semblant fait de lumière cristallisée. À leur approche des pierreries qui en ornaient la coque s'illuminèrent, et une porte coulissa, les laissant entrer.

Une fois à l'intérieur, le protecteur de la Corse s’empara des commandes - et le vaisseau fila. Or, aux yeux des mortels, il était invisible. Ils ne voyaient, là où il était, qu'un vol ordonné d'hirondelles, attachées les unes aux autres par le flux caché de leur groupe : tel était l'étrange pouvoir de Captain Corsica.

Ils passèrent par-dessus de nombreuses montagnes et rapidement parvinrent dans la vallée de la Restonica. Le vaisseau parut alors se jeter sur une masse rocheuse - et le Génie d’or sentit monter en lui l'effroi de son double humain, demeuré en lui sous forme de lueur. Cela se répandit jusque dans l'échine du Génie, et il eut un frisson. Cependant ses yeux cosmiques virent que cette montagne n'était qu'une illusion, une brume tissée par l'art d'un mage ; et de fait ils la traversèrent sans encombre. Le pays de Cyrnos alors leur apparut : dans un vallon verdoyant et fleuri d’une beauté époustouflante courait une rivière de cristal au bord de laquelle se dressait un merveilleux château.

Comment le décrire ? Sa forme ne ressemblait à rien de connu, et défiait les lois de la physique ; on eût pu croire à un gros rocher à demi en équilibre sur une pointe, si les lignes n'en étaient pas droites. Mais aucune figure géométrique ne saurait en donner l'idée. Il tenait à la fois de la pyramide et du château fort, du palais oriental et de la tente d'Indien. Mais l'édifice se mêlait si intimement au terrain et aux rochers qui l'entouraient qu'on l'eût cru né de la terre même, comme si un nouvel Amphion eût éveillé le monde minéral et lui eût commandé de s'assembler de manière à abriter un roi avec sa cour. Il vint à l'esprit du Génie d'or qu'il en était bien ainsi, et que Cyrnos était probablement ce nouvel Amphion, qu'il commandait sans doute à la terre et à la pierre ; il devait tenir cet art d'une haute origine !

Aussi étrange que cela paraisse, ce palais était organique, à la façon d'une plante : il vivait.

Le vaisseau se posa devant l’entrée, et les gardes laissèrent passer les deux hommes et leur fardeau, dès qu’ils eurent reconnu le fils de leur seigneur.

Mais quant à la suite de ce curieux récit, il faudra attendre la semaine prochaine.


              



Dà leghje dinù
1 2

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...