Bloggu litterariu corsu

u 25 d'Aostu 2014 - scrittu dà - lettu 139 volte

Le Génie d'or et Captain Corsica (11)

Les aventures du Génie d'or, esprit de la liberté, gardien secret de Paris, en Corse, et sa rencontre avec Captain Corsica, ange de l'île de Beauté, par épisodes.


La justice de Captain Corsica

Dans le dernier épisode de cette étonnante série, j’ai laissé Captain Corsica face à la gigantesque araignée qu’il combattait sous l’Alcudine, en Corse, alors qu’il venait de la blesser deux fois gravement.

 

Or, il s’écria : « Tu croyais donc, démon, qu'un monstre pût en Corse être invulnérable, face à son immortel gardien ? Contre moi pourtant ton pouvoir est inopérant ! Car j’ai appris de mon père le secret d’abattre tous les esprits mauvais. Tu ne peux me prendre par surprise, comme tu l’as fait de ce héros venu de Paris, et qui ne connaît pas tes ruses ! Qui ne sait pas complètement l’esprit qui t’anime ! Par le pouvoir des dieux je commande aux éléments dont cette île est constituée ; or, quoique tu sois plus vieille que Cyrnos même, tu es contrainte, quand tu te manifestes sur ses terres, de te plier à ses lois ; usant de sa matière, tu dois en suivre le principe, et j’en ai justement reçu la puissance ! C’est pourquoi, si ce noble justicier au pourpoint d'or n’a pu t’anéantir, moi, je puis me dresser devant toi, te barrer la route et te renvoyer dans l'infâme gouffre dont tu as été sortie vicieusement, pour faire peser à nouveau sur toi le poids sacré de l’enclume ! »

 

Ayant dit ces mots, le héros leva les mains, et la faille qui avait été ouverte par Fantômas et avait permis à Dicaliudh de s’arracher à l’abîme commença à se refermer sur ses membres encore coincés. La pierre elle-même sembla croître, gagner sur elle, l'engloutir comme de l'eau qu'animerait une volonté et qui pourrait se répandre en montant, ou bien comme une pieuvre qui avalerait une proie en s'avançant. Le monstre poussa alors un hurlement sauvage, à faire se plonger dans l’effroi tout un peuple, et Fantômas lui-même demeura stupéfait, devant ce prodige ; mais aussitôt après il fut mis en rage à l'idée que tous ses efforts allaient peut-être s’avérer vains !

 

« Recule, recule, monstre, dit encore Captain Corsica, et à jamais sois banni de ces lieux ! Nous avons assez à faire déjà avec tes filles, qui mordant les hommes les blessent cruellement ; ou avec cet infâme Fantômas qui croit pouvoir devenir maître de cette île avec ses arts immondes ! Recule, et disparais, fuis, avant que je ne t’anéantisse ! »

 

La bête commença à reculer, tout en gémissant, et bientôt on la vit disparaître, totalement aspirée, dans la faille obscure dont elle avait jailli et à laquelle elle était cependant restée accrochée. Puis, cette fissure effrayante se referma. Le monstre était retourné dans son monde propre, l’effroyable royaume de l’Orc !

 

Le lecteur doit savoir qu’il se situe sous la surface de la Terre : il est parallèle à celui-ci, mais situé dans sa face d’ombre. C'est un mystère sur lequel il sera sans doute possible de revenir ultérieurement.

 

Fantômas, fou de colère, bondit alors vers Captain Corsica et lui donna un coup de son poing fermé : sa force était grande, mais surtout, tout contact avec lui glaçait, gelait, transperçait le cœur ainsi que des pics de glace. Captain Corsica en ressentit une douleur sans pareille ; il se courba.

 

Cependant, la suite de ce nouveau combat ne pourra être racontée que dans un prochain épisode.



              



Dà leghje dinù
1 2

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...