Bloggu litterariu corsu

u 17 di Ghjugnu 2013 - scrittu dà - lettu 440 volte

Dièse


#2

- Putain, pour être sombre c’est sombre. Enfin il ne semble pas y avoir d’obstacles. Le sol est lisse, il n’y a pas de murs. Pas de bruit non plus. HEHOOOOOOOOO et pas d’écho quand on crie...

- Attends tu n’en es qu’au début.

- Tu ne devais pas te taire ?

- C’est vrai mais tu ne peux totalement me faire taire, tu le sais.

- Alors si tu connais ce lieu, je peux continuer ?

- Oui tu le verras lorsque le changement interviendra.

- Quel changement ?

- Si seulement tu avais lu le livre.

- On ne va pas revenir là-dessus. Tu réfléchis et j’agis. C’est ainsi depuis le début, alors explique.

- En fait ce n’est pas la distance que tu parcours ici qui est importante, mais le temps passé. Le silence c’est pour pouvoir réfléchir à ta présence de ce côté. Réfléchir à ton geste, au fait d’avoir ouvert la porte et le pourquoi de ton acte. Quelle est ta quête ici et ce que tu fuyais là-bas ?

- Et bien je suis mal barré, moi qui n’aime pas les questions ? C’est obligé ce passage ?

- Oui tant que tu ne tiens pas une réponse à laquelle tu crois, tu resteras dans ce lieu.

- Est-ce qu’on est seul ici ?

- Non, selon le livre il y a ici des millions de personnes comme toi. Mais jamais elles ne peuvent se rencontrer. l’espace doit être suffisamment grand, ou bien cet endroit n’a pas les mêmes lois physiques que le monde que tu as laissé.

- Donc je dois réfléchir, trouver une réponse à mon geste et j’avancerai dans ce monde ci ?

- Pour résumer oui.

- Et toi tu peux m’y aider ?

- Tu fais appel à moi maintenant ? Je croyais que je devais me taire.

- Comme tu es là et que je n’ai jamais pu te faire taire autant que tu serves ma quête.

- D’accord, on verra bien ton comportement. Tu vas devoir te replonger dans les marécages perdus et nauséabonds de ta vie.

- C’est peut-être une des raisons qui m’a fait ouvrir cette porte. Remuer la merde de ma vie.

- C’est un bon début. Mais ce ne sera pas si facile. Il va falloir fouiller et trouver la réponse. Marche, c’est le but aussi.



              



Dà leghje dinù
1 2

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...