Bloggu litterariu corsu

u 17 di Farraghju 2018 - scrittu dà - lettu 904 volte

A Republica di i Salvatichi


Sò avà un pugnu di mesi ch’o strazieghju in l’eterna neve di u tarritoriu d’Arokaimà. Ùn ne possu più. Dicenu l’omi chì simu à u tocca à tocca cun l’alba, ma mi manca u fiatu per crede li. Simu tutti lecchi, sì. Cundannati da i nostri cumandi zotichi à circà un pidochju chì si piatta à mezu à una campu d’oliu. Aiò fate la finita avà ! Dapoi u tempu, si ne seranu morti. Perchè turnà à allungà u nostru fastidiu ? À nome di l’onore o di u patriutisimu ? Chì mi ponu fà ? Tenite lu puru per voi, u vostru "sensu di u duvere", chì a saperaghju eiu cosa valenu ste parolle in bocche vostre.
Mi n’aghj’à more quì, ma pocu v’imprema ? Eiu ùn sò chè un Indianu, cum’è a dite cusì bè. Un menu chè nunda da quale a vita ùn vale chè pocu è micca. Sò cusì l’affare dapoi più di dui seculi. Vi site impatruniti e nostre terre, vi site pruchjamati maestri è civilisati è di noi, avete fatti i vostri schjavi salvatichi. Tamanta strada chè ci avete fattu percorre !
Davanti à u Spiritu Maiò, eiu mi chjamu Agulaian Atsiti, ma mancu ùn a sapete. Per voi, in i vostri fuglietti ufficiali, sò statu arrigistratu Kenneth Jones, natu u sette di ghjunghju di u 1932 in a riserva siù lakota di Yellow Cloud di u statu federale di l’Arizona. Eccu detta ! Chì mi fermava à duvintà per u restu di a mio esistenza ? Un sburgnone compiu o un atturucciu solu chjamatu per figurà in unepochi di filmi chì ci disprezzanu è glurificheghjanu a nostra culunisazione ? Mai ch’ella sia !
Eiu mi sò fattu inseguitore per campà. Era eiu u più famosu di tuttu u mio populu è quessa, a palesu senza pritenzione chì ghj’era vera. I mei m’avianu ancu cugnumatu u rè di a furesta è di i diserti, quellu capace di ritruvà a mosca in Ampugnani. Soca serà da stu cugnome è da a mio fama chì m’hè venuta a mio disgrazia maiò.
Una mane di ghjennaghju di u 1963, sò venuti à circà mi, à l’ispensata. Eranu cinque. Trè agenti detti speziali è dui pulizzeri per u so rinforzu. Sì sò affaccati à l’alba davanti à e porte di e nostre tarre sacrate pò, senza un minimu palmu di rispettu, anu svegliatu à tuttu u mondu, vechji è zitelli dinù, per ch’elli li dissinu induve ghj’era eiu. Cumandava u so bisognu è nunda ùn li pudia parà, nemancu i stridi è i pienti. M’anu trattatu in criminale quandu m’anu purtatu per forza in i so bastimenti à nome di u "Duvere Naziunale". M’anu piazzatu davanti à un tavulinu è tandu, per fine, m’anu spiegatu chì m’avianu cunvucatu i federali per ch’o participessi à una missione sicreta di succorsu in piena Siberia.
Parianu fole ! Ci eranu dui militari americani chì s’eranu persi incù u so B52 Tango Bravo in unu di i lochi i più spersi di tutta l’Unione Suvietica è ghj’era à mè chì toccava d’andà à ritruvà li ! Saetta !
U scandalu era internaziunale, elli dicianu. Eramu à l’orlu d’una terza guerra mundiale ! Ancu di grazie ch’ellu ci era u nostru meravigliosu presidente Kennedy chì sapia cusì bè parlà à sti barbari communisti sciarbellati per cunvinche li di mette in ballu una spedizione per andà à a so salvezza è dà a prova ch’ùn eranu micca spie. A missione avia da esse mezu suvietica, mezu americana. È m’avianu datu à mè l’onore di fà parte di i riprisentanti di u mondu liberu. Nunda di menu ! Solu perchè ghj’eru un bon inseguitore, ben ch’o fussi Indianu. Eccu tuttu u so discorsu.
Di sicuru, m’era lasciata a scelta di riccusà, ma a mi la scunsigliavanu. L’avvene di u mondu liberu era in manu meiu, mi dicianu. Eranu millaie è millaie di voce nucente chì mi chjamavanu à a riscossa. Cumu pudè esse cioccu à u so addisperu maiò ? Iè, m’era lasciata a scelta, quessa pò sì. Ma mi spiegonu dinù chì mi seria pagata a mio participazione d’un pezzu di terra di più di cinquanta chilometri quadrati per ingrandà u tarritoriu di Yellow Cloud. Chiva ! Tamant’affare chè di rende ci un pezzu di terra ch’è ci avete arrubbatu !
Una voce in fondu à mè mi sussurò chì ci era ghjatta. Chì l’omu biancu ùn avia mai tenutu a so minima prumessa fatta à l’omu rossu. Eppuru mi ghjunse in mente a voglia di pruvà, d’andà sopra lochi, di vede cosa ci era à vede è forse d’amparà qualcosa per u m’avvene.
Fù per quessa chì decisi d’accittà, di porghje u m’aiutu à quelli cumpatriotti chì si credenu patroni di l’universu è più Americani chè mè.
 
 - Voli un altru pezzucciu o caru Agulaià ? Per una volta, ne aghju di troppu.
 - Innò, và bè. Ti ringraziu o Iurì.
Mi sciaccu un bichjeru d’acquavita chì mi riscalda. Mi ferà prò. U ventu hè propiu cutratu oghje in a taigà è u sole luce cusì pocu chì mi pare d’esse di notte. Ma pocu m’imprema chì ci n’andemu da custì, à visticà d’altri circondi. Eccu u mio stentu cutidianu stu paese pazzu sempre annegatu d’un fretu di l’altru mondu.
Culà, si n’hè falata a mio fede. Culà s’hè spentu u mio sperà di i primi ghjorni, quandu simu partuti di Iekaterinburg, ghjustu dopu aghjustata a nostra squatra. I Suvietichi eranu una quindecina, tutti suldati di l’Armata Rossa, cumandati da u capitanu Igor Vissarionovich Clastiniev. Noi altri Americani, ùn eramu chè dui, chì cun mè ùn ci era chè Lauren Minehall di a CIA. Un aghjente "speziale", cum’è tutti l’aghjenti sicretti di u mondu dettu liberu. Oh i mei, chì pretenzione !
Ghj’era una piccula donna capellibruna, appena più ghjovana chè mè, sempre civile ma mai amichevule, più urbana chè spuntanea, è cun chì ùn aghju tantu cuntrastatu. Puru aghju pruvatu à u principiu, chì eramu i dui soli Americani à mezu à tanti Russii, ma à ella ùn li piacia micca à chjachjarà ; ne cun mè ne cun nimu.
S’assumigliava assai à u capitanu Clastiniev. Sempre sticchitu, a faccia impassibile è severa, era un omu duru è un bon’militare di quelli chì tutt’ognunu rispettava ma ch’ùn era l’amicu di nimu. Un scogliu frescu frescu fattu per truncà l’ossu è micca per ballà u veranu. Cusì era Igor Clastiniev. Era ellu chì ci dicia di marchjà, di piantà è di stracquà si.
Paria sempre azezu Clastiniev, ma Iurì mi spiegò un ghjornu chì era a so manera d’esse dapoi chì a destalinisazione avia arruvinata a so carriera è mandatu per sti lochi ghjalati di Siberia. Caru Iurì. Ancu di grazie ch’ellu ci era ellu. A so casata sana sana era Iurì Antonovich Gorvanov, ma m’hè venutu prestu di chjamà lu solu Iurì. Di tutti i suldati russii chì ci’accumpagnavanu, era u solu à esse di u circondu di u paese d’Arokaimà, u rughjone induve s’era persu Tango Bravo. Era dinù u solu à fà parte d’un populu dettu indigenu.
U solu, cun mè.
U primu ghjornu, capii chì eramu fratelli quand’ellu mi spiegò :
 - U prublemu hè chì avemu da esse vicini à bastanza di u Monte Finjlôka. Hè un locu famosu per l’iniziazione di i nostri sciamani.
Senza piglià lu à a risa cum’è tutti l’altri, li dumandaiu :
 - Ai paura di qualcosa in particulare ?
Iurì ritense un trimulellu.
 - À i Spiriti Maiò ùn li piacenu tantu d’esse disturbati quand’elli cantanu a bellezza di a terra. Per avà, ùn u cunnosci micca u paese d’Arokaimà, ma prestu, sò ch’è t’ai à capì cio ch’o dicu.
 
È di fattu, aghju capitu à bastanza prestu, quandu simu entrati pochi ghjorni dopu in Arokaimà. Era una conca tamanta cuperta di taigà è in centru di chì risplendia una muntagna sola sola : u Finjlôka. L’aria paria bolle d’una friscura spampillante è u bughju di a notte lucicava d’una presenza sopranaturale. Tuttu avia un muscu di magia per custindi. Arokaimà era un rughjone induve l’omu dettu civilisatu ùn avia pussutu impone u so ordine senza gustu ; un rughjone guasgi periculosu per a sterpa umana. Eppuru, era di quì ch’ellu venia Iurì Antonovich Gorvanov.
 - A mio famiglia campa in un paesolu à l’entrata di u ciottulu. ellu mi spiegò. Ùn simu chè sei o sette centu in tuttu u circondu. Tutti simu indigeni, discindenti di cacciatori è di maghi di i tempi anziani. È ben ch’o sia oghje un suldatu, ùn aghju mai persu l’usi è a memoria di l’antenati.
A stessa sera, mentre chì muntavamu e nostre tende, ellu sughjunse :
 - Ùn ci hè mai statu nimu per avvicinà si di u Finjlôka, fora di qualchì sciamanu nostru. E ùn ci hè mai statu nisun’biancu per vede lu. Site voi i primi.
Fù tandu chì un suldatu rispose cun dispettu :
 - Tantu megliu, chì noi, ùn simu micca bianchi, ma rossi.
U lindumane, ùn era più cusì fieru di a so cacciata, quessu custì, ch’ùn era più ne biancu ne rossu ma turchinu quant’è noi tutti. Per via di a timpesta, era falata a timperatura ancu più bassu chè prima, chì scumudava ancu i Russii i più forti. Ma di lagnà ci ne ùn aviamu u tempu ch’ùn era ancu compia a nostra strada. Aviamu dighjà da riparte ver’di u centru.
 
Passonu parechji ghjornu cusì, incù u fretu è u ventu, à caminà nant’à u permafrost, trà l’arburoni giganti, sott’à un sole troppu debule per pudè arrecà mi un palmu di sperenza. Cosa era venutu à fà à mezu à stu niente di biancume ? Eranu parechje settimane chì si n’eranu smariti in u cotru i nostri pilotti. Ùn ci era periculu ch’elli fussini sempre vivi. Allora per cosa ? Ritruvà i so cadaveri ? Chì mi pudia fà ? Ùn ci seria statu nisun’omu di vaglia in l’armata federale per ch’elli ghjunghjissinu à circà mi ?
Quant’ella mi mancava a mio riserva di Yellow Cloud, a so sciappitana, i so fiori è tutti i meii !
 
U cinquesimu ghjornu, si calò u ventu. Era ora. Ormai à dui passi di u pede di u monte, si pudia infine accende un focu per porghje ci un palmu di calore. Meravigliatu di pettu à u spettaculu di e fiamme, m’eru messu à pusà accant’à Iurì per sfurvicià una stonda.
 - … è quandu i culoni bianchi anu trovu l’oru nant’à e nostre terre, ci anu lampatu fora è stirpati. Pò quelli chì firmavanu, l’anu chjosi in cio ch’elli chjamavanu riserve per pudè impatrunisce si u restu…
Iurì cappiò un suspiru maiò.
 - Per noi, ùn s’hè micca passatu propiu cusì, ma anu stallatu e so fabbriche siderurghjiste annant’à i nostri lochi antichi. Ci anu datu a caccia dopu à avè ci trattati di salvatichi. Cum’è voi. Pò ci hè statu u colpu di l’assimilazzione furzata. Hè cusì chì m’anu ubligatu à fà u suldatu in l’Armata Rossa.
Li volsi risponde qualchì parolla di sustegnu o d’amicizia ma mi ne mancò u soffiu. E storie di i nostri populi eranu assai troppu simile per ch’ùn fussimu micca fratelli, Iurì è mè. Ma tandu u silenziu avia pigliatu a suprana trà di noi.
 - Basta cusì i linguacciuti. Andate à dorme avà. Vi tocca à esse in gamba dumane per tene capu à sta muntagna. Raghjunghjite e vostre tende.
A voce di Clastiniev ùn permettia nisun’cuntistera. Senza un dettu di più, ci ne vultiamu à i nostri sacconi. U lindumane avia da esse un ghjurnacciu.
 
Bastonu qualchì ora di sonnu per arripusà ci una cria. Arritti cun l’albore, attaccaimu l’ascinzione sott’à l’orma d’un silenziu guasgi misticu. In testa marchjava Clastiniev è noi seguitavamu, nant’à un chjassu muntagnolu chì righjirava à straziera trà i muchji chì per fine si sguassò mentre chì crescia a raffacata. In troncu di meziornu, u cumandante urdinò ch’o no piantessimu per manghjà si un pezzu.
 - A mumenti ci simu. S’ùn ci simu sbagliati, averemu da ritruvà a carcassa di u Tango Bravo nanzu chì si compii u ghjornu. ellu annunciò.
 - E i dui pilotti ? dumandò unu.
 - Quessa, videremu…
U dopu meziornu fù assai peghju chè a matina, chì si n’era vultatu u ventu, purtendu cun ellu è fretu, è neve. Annegati in u rascesu, eramu tutti bluccati, infrittuliti. U timpurale era duvintatu cusì viulente ch’ùn si pudia più vede più di cinque metri davanti. Addisperatu, pricaiu u Spiritu Maiò chì tutti si compiessi è ch’o rivultessi in Yellow Cloud à u più prestu.
Ancu s’ella era una terraccia, una prighjone senza muri.
L’unica limosina ch’elli ci avianu lasciatu i nostri maestri civilisati per custruisce i so imperi.
Chì ci firmava à fà, s’ell’ùn era di sunnià à una Republica di i Salvatichi ?
 
Ma prestu s’appaciò u tempu è si ne rivense u sole chì mi lampò fora di e mio pensate. Riprincipiava a nostra marchja.
Quandu ghjunsimu à a bocca nant’à a cresta, l’abbrocu ci bagnava di i so culori appena strasurdinarii. A luna s’era pisata alta è tondula, cum’è per addunisce i so spirioni à quelli à l’oliu santu di a sfera sulana. Ghjustu bastevule per palisà da sottu l’ombra d’un avviò.
Infine ci eramu ghjunti ! Ma troppu tardu per u ghjornu moribondu.
 
A rifalata di u lindumane ver’di u B52 abbandunatu ci arrecò un paghju d’infurmazione nove. U Tango Bravo era inchjuvatu in una vanga trà duie cime di u Finjlôka. Ben chè ricupertu di neva, ùn era micca statu troppu dannighjatu da a so falata. Paria guasgi prontu à riparte, cum’è s’ellu s’era calatu per a cruna di l’acu in stu locu periculosu senza caghjunà u minimu praghjudiziu per i pilloti. Ma d’elli, ùn ci era firmatu nunda. Ne vivi, ne morti, firmavanu smariti, è a nostra missione ùn era finita. Di colpu si spenghjì a luce di sperà chì s’era incesa a vigilia.
 - Ùn face nunda. Avemu à cuntinuà e nostre ricerche. I ritruveremu. dichjarò Clastiniev cun certezza mentre ch’è no lasciavamu a cabina.
 
Cusì principiò u sunniacciu ch’ùn avia mancu pussutu anticipà. Accaniti, Clastiniev è Minehall decisenu d’ùn rinuncià micca prima d’avè spizzicatu tuttu l’Arokaimà da sottu à sopra è da cima à fondu ! Ùn si trattava più solu di salvà a vita di dui omi. Quessa pò nò. Era u so onore chì cumandava, a so fiertà di vince una lotta chì tutt’ognunu dicia persa. Quale pò sapè ? A sfida era per elli, ma a suffrenza, ella, ci toccava à noi tutti.
 
Da tandu, avemu frustatu ùn sò quanti ghjorni à passà u tarritoriu à u stacciu. In vanu, ben’intesu. L’unica vistica ch’è no pudemu rivendicà, a ci l’hà datu stu sciamanu mezu spugliatu è scemu compiu ch’è avemu scuntratu per furtuna a settimana scorsa. Senza ch’omu ùn li dica nunda, hà pichjatu trè volte in terra incù u so bastone è hà dichjaratu :
 - I dui omi ch’è vo circate ùn sò più in st’universu. Face un pezzu avà ch’elli anu passatu a porta di Ghercebbà. Fora di a vostra realità.
Clastiniev ùn hà micca vulsutu tene contu di l’elucubrazione di quellu pazzu, ma eiu, per ùn avè mai vulsutu disprezzà a saviezza di i sciamani, mi pongu a questione. È s’ella era vera ?
 
Oghje simu entrati in un paesolu arruvinatu di l’altru latu di a vanga. Sette casuccie di petra senza più nisun’tettu. Un locu ideale per arripusà si una cria prima di riparte.
 - Cumu si chjama stu paese, o caru Iurì ?
 - Umboh… Quessa ùn a ti possu dì chì ùn sapia mancu ch’ellu esistia, o Agulaià. ellu mi risponde, ancu più surpresu chè mè.
Ma cum’è sempre, hè a vucione di Clastiniev chì ci taglia.
 - Andate piuttostu à circà ci di chè manghjà, invece d’ùn fà nunda.
Chì sega stu tippu ! Sentu chì mi colla a santissima zerga. Hè ora di fà la finita cun tuttu stu tralalà.
Senza riflette una seconda, ci lampemu, Iurì è eiu, nant’à Clastiniev. Stumacatu, ùn cerca mancu di difende si. Solu cuntinueghja à mughjà ci i so ordine, cum’è à u solitu. frà tutti i suldati adduniti in a stanza, ùn ci n’hè manci unu per intervene à prò di u so cumandante. Simu noi i maestri avà.
Vintu, in terra, Igor Vissarionovich Clastiniev s’hè piantatu di cunvoglie. Più allegri chè mai à discapitu di l’incertezze à vene, ci guardemu in l’ochji, Iurì è eiu. L’Indianu è u Siberianu anu avutu a suprana nant’à u putere. Eccu un bellu principiu.
Forse seria l’ora, è u locu, per stabilisce infine a nostra Republica di i Salvatichi !
 
Ivan Shishkin - Inguernu.
Ivan Shishkin - Inguernu.

La République des Sauvages

Cela fait maintenant des mois que je galère dans les neiges éternelles du territoire d’Arokaima. Je n’en peux plus. Les hommes disent que nous y sommes presque, mais je n’ai plus la force de les croire. Nous sommes tous foutus, oui ! Condamnés par ces ordres idiots à chercher un grain de sel sur une plage de sable. Arrêtez un peu maintenant, tout est perdu. Ils doivent être morts depuis le temps. Pourquoi prolonger encore notre souffrance ? Au nom de l’honneur ou du patriotisme ? Quelle importance ? Vous pouvez vous le garder, votre prétendu "sens du devoir". Je ne sais que trop ce que cela veut vraiment dire pour vous.
Je vais mourir ici, mais cela ne vous fait rien. Moi, je ne suis qu’un Indien, comme vous dites. Un moins que rien dont la vie est sans valeur. Comme tous les autres depuis plus de deux siècles. Vous vous êtes emparés de nos terres, vous vous êtes proclamés maîtres et civilisés et avez fait de nous vos esclaves sauvages, voués à parcourir les pistes interminables.
Face au Grand Esprit, mon nom est Agulayan Atsiti, mais vous ne le savez même pas. Pour vous, dans vos paperasses officielles, je suis enregistré Kenneth Jones, né le sept juin 1932 dans la réserve sioux lakota de Yellow Cloud, en Arizona et voilà tout ! Dans ces conditions, que pouvais-je bien faire de mon existence ? M’effondrer dans l’alcool ? Devenir un figurant minable dans ces films qui nous insultent et glorifient notre colonisation ? Plutôt crever.
J’ai préféré devenir un grand pisteur, le meilleur de tous, et je le dis avec d’autant moins de prétention que ce n’était que le reflet de la réalité. Les miens m’avaient surnommé le roi de la forêt et des déserts, celui qui était capable de retrouver une aiguille dans une botte de foin. De là, viennent sans doute tous mes malheurs.
Un matin de janvier 1963, ils sont venus me chercher à l’improviste. Ils étaient cinq. Trois agents spéciaux et deux policiers pour les aider. Ils sont arrivés à l’aube aux portes de nos terres sacrées puis, sans un seul atome de respect, ils ont réveillé tout le monde, même les vieillards et les enfants jusqu’à ce qu’on leur dise où j’étais. Leur nécessité leur tenait lieu de loi et rien ne pouvait les entraver, pas même les cris et les pleurs. Ils m’ont ensuite traité comme un criminel, me trainant jusqu’à leurs bâtiments, à plusieurs kilomètres de là, au nom du "Devoir National", et ce ne n’est qu’après m’avoir placé devant leur bureau qu’ils m’ont enfin expliqué qu’ils m’avaient convoqué pour que je participe à une mission secrète de sauvetage en pleine Sibérie.
Je n’en croyais pas mes oreilles ! On m’annonçait que deux militaires américains avaient disparu à bord de leur B52 Tango Bravo dans l’un des lieux les plus perdus de toute l’Union Soviétique, et que c’était à moi d’aller les retrouver ! Sans déconner ?
Le scandale était international, me disaient-ils. Nous étions au bord de la troisième guerre mondiale ! Heureusement qu’il y avait notre merveilleux président Kennedy pour savoir si bien parler à ces barbares communistes décérébrés pour les convaincre d’organiser une expédition de secours et leur apporter la preuve qu’ils n’étaient pas des espions. Une mission mi-soviétique, mi-américaine. Et c’était à moi qu’incombait l’honneur de faire partie des représentants du monde libre. Rien de moins ! Juste parce que j’étais un bon pisteur, bien qu’Indien. Je croyais rêver !
Bien sûr, on me laissait le choix, mais refuser était déconseillé. L’avenir du monde libre était entre mes mains, me disait-on. C’étaient des milliers de voix innocentes qui m’appelaient à la rescousse. Comment pouvais-je être sourd à leur désespoir ? Oui, pourtant, j’avais le choix. Mais ils m’expliquèrent que ma participation serait rétribuée à hauteur d’un morceau de terre de plus de cinquante kilomètres carrés pour agrandir le territoire de Yellow Cloud. Fichtre ! Quelle générosité de nous rendre un morceau du pays que vous nous avez volé !
Une petite voix au fond de moi me murmurait qu’il y avait là anguille sous roche, et que l’homme blanc de pouvoir n’avait jamais tenu la moindre promesse faite à son frère rouge. Malgré tout, j’avais envie d’essayer, d’aller voir sur place ce qu’il y avait à voir là-bas et peut-être, qui sait, d’apprendre quelque chose pour mon avenir. C’est pourquoi j’acceptai, j’acceptai d’offrir mon aide à ces compatriotes qui se croyaient maîtres de l’univers et plus américains que moi.
 
 - Tu veux un autre morceau ? Pour une fois, j’en ai trop.
 - Non, ça va aller. Merci Youri.
Je bois un verre d’eau de vie pour me réchauffer. Ça va mieux. Le vent souffle gelé sur la taïga et le soleil brille si peu que j’ai l’impression qu’il fait encore nuit. Mais cela ne change rien : nous repartons aujourd’hui pour prospecter ailleurs. Tel est désormais mon lot quotidien dans ce pays fou qui n’en finit pas de se noyer dans un froid fantasmagorique.
Là, j’ai perdu ma foi. Là s’est éteint cet espoir qui m’animait encore lorsque nous avons laissé Iekaterinbourg derrière nous, juste après avoir constitué l’équipe. Côté soviétique, il y avait une quinzaine de soldats de l’Armée Rouge commandés par le capitaine Igor Vissarionovitch Clastiniev. Côté américain, nous n’étions que deux. L’autre était l’agent Lauren Minehall de la CIA. Un agent "spécial", comme tous les agents secrets du monde dit libre. Bien évidemment.
C’était une petite femme brune un peu plus jeune que moi, courtoise sans être amicale, plus polie que spontanée et presque aussi muette qu’un tombeau.
En vérité, elle ressemblait assez au capitaine Clastiniev. Rigide, impassible et sévère, c’était un homme dur et un bon militaire, très respecté, mais qu’il était difficile d’appeler son ami. Un roc glacial fait pour briser les os et non pour célébrer le printemps. Ainsi était Igor Clastiniev. C’était lui qui nous disait de marcher, de nous arrêter, et de dormir.
Clastiniev avait toujours l’air de mauvaise humeur, mais Youri m’expliqua un jour que c’était sa manière d’être depuis que la déstalinisation avait ruiné son avancement, le reléguant aux expéditions sibériennes peu gratifiantes. Brave Youri. Heureusement qu’il était là. Son nom entier était Youri Antonovitch Gorvanov, mais pour moi, il n’était que Youri. De tous les soldats qui nous accompagnaient, c’était le seul qui était du pays d’Arokaima où avait disparu le B52. C’était également le seul indigène.
Le seul, avec moi.
Dès le premier jour, je compris que nous étions frères lorsqu’il m’expliqua :
 - Le problème, c’est que nous allons passer très près du Mont Finjlôka. C’est un haut lieu initiatique pour nos chamanes.
Sans me moquer de lui comme tous les autres, je lui demandai :
 - Tu redoutes un danger précis ?
Youri retint un tremblement.
 - Les Grands Esprits n’aiment pas être dérangés lorsqu’ils chantent la beauté de la terre. Pour l’heure, tu ne connais pas encore Arokaima, mais toi, je sais que tu vas vite comprendre.
 
Quelques jours plus tard, en pénétrant dans le pays d’Arokaima, ces paroles revenaient en boucle dans mon esprit. Arokaima était une immense cuvette toute recouverte de taïga et au centre de laquelle resplendissait une montagne solitaire aux multiples aiguilles : le Finjlôka. L’air semblait bouillir d’une fraicheur pétillante et l’obscurité nocturne luisait d’une présence surnaturelle. Tout avait un goût de magie par ici. Arokaima était une région où l’homme civilisé n’avait pas réussi à imposer son ordre sans goût : une région presque dangereuse pour le genre humain. Et pourtant, c’était bien d’ici qu’était Youri Antonovitch Gorvanov.
 - Ma famille vit dans un village à l’entrée de la conque. m’expliqua-t-il. Nous ne somme que six ou sept cent dans le coin. Tous des indigènes, descendants des chasseurs et des sorciers des temps immémoriaux. Et même si je suis aujourd’hui un soldat, je n’ai jamais perdu la mémoire de mes ancêtres.
Le même soir, tandis que nous installions nos tentes, il ajouta :
 - À part nos chamanes, personne ne s’approche jamais du Finjlôka. Et vous êtes sans doute les premiers blancs à pouvoir le contempler.
C’est alors qu’un soldat répondit sur un ton goguenard :
 - Ça tombe bien, nous ne sommes pas blancs, mais rouges.
Le lendemain, sa boutade ne lui semblait plus si fine, car il n’était plus ni blanc ni rouge, mais bleu, comme chacun d’entre nous. À cause de la tempête, la température avait dégringolé au point d’incommoder même les Russes les plus forts. Pour autant, pas question pour nous de nous plaindre, car la route était encore longue. Il nous fallait déjà repartir vers le centre.
 
Plusieurs jours s’écoulèrent ainsi, entre le froid et le vent, à arpenter le permafrost entre les arbres immenses sous un soleil trop faible pour nourrir notre espoir. Pourquoi étais-je venu dans ce néant de blancheur ? Cela faisait maintenant de longues semaines que nos pilotes avaient disparu dans le froid. Ils étaient certainement déjà morts. Alors à quoi bon ? Retrouver leurs cadavres ? Pourquoi faire ? N’y avait-il vraiment aucun homme de valeur dans l’armée fédérale pour qu’ils soient venus faire appel à moi ?
J’avais le mal du pays, de Yellow Cloud, de son soleil de plomb, de ses fleurs, et de tous les miens !
 
Le vent tomba le cinquième jour. Il était temps. Désormais à quelques pas du pied de la montagne, il était enfin possible d’allumer un feu pour nous apporter un peu de chaleur. Emerveillé par le spectacle des flammes, je m’étais assis aux côtés de Youri pour me détendre un instant.
 - … et quand les colons blancs ont trouvé de l’or sur nos terres, ils nous ont jeté dehors et exterminés. Puis, ceux qui restaient ont été enfermés dans ce qu’ils appellent des réserves pour qu’ils puissent s’emparer du reste…
Youri soupira longuement.
 - Pour nous, ça ne s’est pas passé comme ça, mais ils ont installé leurs usines sidérurgiques sur nos lieux ancestraux. Ils nous ont traités de sauvages, comme vous. Puis, ils nous ont fait le coup de l’assimilation forcé. C’est pour ça que je suis obligé de faire le soldat dans l’Armée Rouge.
Je voulus lui répondre quelques mots de soutien ou d’amitié, mais mon souffle se bloqua. Les histoires de nos peuples étaient beaucoup trop proches pour que nous ne fussions pas frères, Youri et moi. Mais alors, c’était le silence qui avait prit le dessus entre nous.
 - Ça suffit les bavards. Allez dormir maintenant. Il vous faudra être en forme demain pour tenir tête à cette montagne. Rejoignez vos tentes.
La voix de Clastiniev nous ramena au présent. Sans un mot de plus, nous revînmes à nos sacs de couchage. Le lendemain s’annonçait terrible.
 
Quelques heures suffirent à notre repos. Levés avec l’aube, nous attaquâmes l’ascension sous l’emprise d’un silence presque mystique. Clastiniev marchait en tête et nous le suivions sur ce sentier montagnard qui serpentait péniblement entre les buissons pour finalement s’éteindre alors que la pente s’accentuait. Vers midi, notre commandant ordonna un arrêt-déjeuner.
 - Nous y sommes presque. Si nous ne nous sommes pas trompés, nous allons retrouver la carcasse du Tango Bravo avant la fin du jour. annonça-t-il.
 - Et les deux pilotes ? demanda quelqu’un.
 - On verra…
Avec le retour du vent, du froid et de la neige, l’après-midi fut bien pire que le matin. Noyés dans le blizzard, nous étions tous bloqués, transis de froid. Le mauvais temps était si violent que mon regard ne portait pas plus loin que quelques mètres. Désespéré, je priai le Grand Esprit pour que tout s’arrête et que je retrouve Yellow Cloud au plus vite.
Même s’il s’agit d’une mauvaise terre, d’une prison sans murs.
Unique aumône que nous avaient laissée nos maîtres civilisés pour construire leurs empires.
Que nous restait-il, sinon de rêver à une République des Sauvages ?
 
Le blizzard se calma bien assez tôt et avec le retour du soleil, je ressortis de mes pensées. Notre marche allait reprendre.
Lorsque nous parvînmes sur la crête, le crépuscule nous baignait de ses couleurs extraordinaires. La Lune s’était levée, haute et ronde, comme pour unir ses rayons à ceux, à l’agonie de la sphère solaire. Juste assez pour dévoiler l’ombre d’un avion en contrebas.
Enfin nous y étions ! Mais trop tard pour le jour moribond.
 
Le lendemain, notre arrivée au niveau du B52 abandonné nous apporta de nouveaux enseignements. Le Tango Bravo se trouvait coincé dans un col, entre deux sommets du Finjlôka et bien que saupoudré de neige, il ne semblait pas trop endommagé, comme s’il était prêt à repartir, comme s’il s’était posé là de justesse à cet endroit dangereux sans le moindre préjudice pour les pilotes. Pourtant, ils n’étaient pas là. Ni vivants ni morts, ils restaient manquants, et notre mission n’était toujours pas accomplie. La lueur d’espoir que la veille avait allumé s’éteignit là.
 - Ça ne fait rien. On va continuer les recherches. On les retrouvera. déclara Clastiniev avec ardeur tandis que nous quittions la carlingue.
 
Ainsi commença un cauchemar que nul n’aurait pu anticiper. Acharnés, Clastiniev et Minehall décidèrent de ne pas renoncer avant d’avoir passé tout le pays d’Arokaimà au peigne fin ! Il ne s’agissait plus seulement de sauver la vie de deux hommes, certainement pas. C’était une question d’honneur pour eux, leur fierté leur intimait de vaincre cette lutte perdue d’avance. Comment savoir ? Les retrouver était devenu leur affaire personnelle qui nous éclaboussait de souffrance.
 
Dès lors, nous avons gaspillé je-ne-sais-combien de jours à écumer ce territoire. En vain, bien sûr. La seule ombre de piste que nous avons pu toucher nous est venue de cet étrange chamane à demi-nu et complètement fou que nous avons rencontré par hasard la semaine dernière. Sans que personne ne lui dise rien, il a tapé à trois reprises la terre avec son bâton et a annoncé :
 - Les deux hommes que vous recherchez ne sont plus dans cet univers. Ils ont passé la porte de Gherchebbà pour fuir votre réalité.
Clastiniev n’a pas voulu tenir compte de ce témoignage douteux, mais moi qui ai toujours respecté la sagesse des chamanes, je me pose la question. Et si c’était vrai ?
 
Aujourd’hui, nous sommes arrivés à un hameau en ruine de l’autre côté de la conque. Sept cabanes en pierre sèche sans toit. Un lieu idéal pour reprendre ses forces.
 - Comment s’appelle ce village, Youri ?
 - Alors là… je ne savais même pas qu’il existait. répond Youri, encore plus étonné que moi.
Mais comme toujours, c’est la voix sévère de Clastiniev qui nous coupe.
 - Allez plutôt nous chercher à manger au lieu de ne rien faire !
Il est insupportable. La moutarde me monte au nez. Il est temps d’en finir.
Sans même nous concerter, nous nous jetons tous les deux sur lui. Surpris, il ne cherche même pas à se défendre, sinon en hurlant ses ordres, comme à son habitude, à des soldats dont aucun ne songe à venir à son secours. Nous sommes les maîtres, à présent.
Vaincu, à terre, Igor Vissarionovich Clastiniev a cessé de commander. Plus heureux que jamais en dépit des incertitudes à venir, nous restons un moment à nous regarder dans les yeux, Youri et moi, songeant que l’Indien et le Sibérien viennent de vaincre l’incarnation du pouvoir. Voilà déjà un bon début.
Peut-être sommes-nous arrivés au jour et à l’endroit où nous allons proclamer enfin notre République des Sauvages !

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci].


              



Dà leghje dinù

U ritrattu - 19/03/2018

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...