Bloggu litterariu corsu

u 13 di Dicembre 2013 - scrittu dà - lettu 117 volte

Une promesse


Maritime – résistance – dérision

Sur la mer déchaînée, j’ai un jour
Navigué ma barque emportée
Par les courants qui résistaient
Sur la voie maritime qui se déployait
 
Est-ce une dérision de croire
En mon étoile qui brille sur l’écritoire
Dans le vaste ciel plein d’espoir
Qui me dit d’emprunter le couloir
 
J’ai résisté et j’ai gagné du bonheur
Pour continuer ma route sans heurts
Et me rappeler de toutes ces heures
Passées comptant les temps qui se meurent
 
Ma barque glissant sur la patinoire
Se frayait son chemin sur la voie
Du déluge qui passe sur le promontoire
Qui tient tête à la déferlante qui fait croire
 
J’ai résisté de toutes mes forces
Pour rester debout pour accomplir
Et contempler du regard
Les instants qui passent et finir
 
Est-une dérision que de dire j’ai essuyé
Les peines des moments du cœur déchiré
Laissant la blessure ouverte et qui a couté
Les larmes effaçant le sourire oubliés
 
Et cahin-caha j’ai retiré mon épingle
De ce jeu qui m’a couté tant de peines
Passant mes nuits à nourrir les rêves
Qui se sont éparpillés sur une tringle.
 

Tous droits réservés 9 Décembre 2013

Promesse

Je t’ai dit un jour ma promesse
Celle d’être toujours ton ami
Sur lequel tu pouvais compter
Et je fais tout pour toi en finesse
 
Sur les pétales de la rose cueillie
Couverte de rosée du matin glacée
Pour nous faire la promesse
De vivre l’amitié en toute
 
Les moments passent et se dispersent
Et la promesse se dit et laisse la trace
D’être toujours là pour occuper la place
Même si le cœur se fatigue et se lasse
 
Sur la rose épanouie j’ai lu par-dessus
Ce que cache l’esprit qui prend le dessus
Et exprimer la plus belle des promesses
Qui reste écrite pour embellir sans faiblesses
 
Toi mon amie en qui j’ai toujours cru
Toi pour qui j’ai toujours voulu
Être à la hauteur de ma promesse
J’ai toujours agi avec toi sans confesse
 
Mes joies dans ton amitié ont redoublées
Et chasser les moments noirs redoutés
Que j’ai vécu solitaire loin, oublié
Et sur mon chemin je t’ai rencontré
 
Ma promesse restera pour toujours tienne
Comme elle sera pour moi la mienne
Pour continuer à nourrir notre espoir
Qui parfois nous pousse au bon vouloir
 
Toi mon amie de toujours je t’ai faite princesse
Souviens-toi toujours de ma promesse
Que je t’ai faite un jour en toute en tendresses
Un matin où le cœur a ressenti ses tristesses.
 
 
Tous droits réservés 10 Décembre 2013


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...