Bloggu litterariu corsu

u 23 di Ghjenaghju 2013 - scrittu dà - lettu 253 volte

Un été

Babette sauta du rocher, atterrit sur un autre avec légèreté. Sa blondeur contrastait avec la chevelure brune de sa cousine, de deux ans plus jeune et qui la suivait partout.


Elle était accroupie. Sa cousine agitait une tige de roseau – leur future canne à pêche – dans l’eau en murmurant :
— Bouge pas… Je te dis que là y en a un ! Un beau en plus ! Il s’est foutu dans le trou. Je vais le faire sortir. Regarde…
Effectivement, un fantôme couleur de pierre s’en échappa à une vitesse incroyable pour aller on ne sait où. 
— Faudrait une épuisette. Pfff
— Bah, au moins il reste en vie.
— Ouais, mais c’est bon, le poulpe.

Babette sauta du rocher, atterrit sur un autre avec légèreté. Sa blondeur contrastait avec la chevelure brune de sa cousine, de deux ans plus jeune et qui la suivait partout. Cette gamine lui était dévouée et elle en faisait ce qu’elle voulait ; elle était son mentor. La petite fille l’écoutait avec ferveur. Tout ce qu’elle lui disait était parole d’or.

Mais elles apprenaient beaucoup durant leur séjour, perdues dans ce désert, entre roches et mer, au maquis dense, entourées par toutes les bestioles dont la nature était friande et elles s’amusaient à se croire les reines d’un monde qui leur tendait les bras... Et ça sentait si bon ! La petite brune inspira à pleins poumons. La murza, le sel, la mer… elle ne savait plus… Ses mains sentaient encore les oursins de midi, oursins dont elle se goinfrait et qu’elle préférait à tous les gâteaux du monde. Ici, ça ne lui manquait pas.
Babette éclaboussa sa cousine. Elles étaient dans une sorte de piscine naturelle, l’eau accumulée durant les tempêtes d’hiver stagnait et surchauffait.
Mais une vie incroyable s’y développait. Des algues gluantes, énormes, des anémones de mer, des petits poissons que Babette par pur caprice avait appelés Noémie, des poulpes, des crevettes – qu’elles gobaient crues et vivantes par défi…
— Si on donnait à manger aux anémones ? 
C’était un de leur passe-temps… Babette haussa les épaules tout en acquiesçant. 
Munies d’une pierre, elles cassaient les coquilles d’une poignée de bigorneaux qui pullulaient sur les rochers. Leurs petites mains étaient gluantes des débris de chairs et morceaux de coquilles irisées, elles y allaient de bon cœur, ne se souciant pas des vies ôtées de manière injuste et brutale. Délicatement, elles tendaient les petits bouts de gastéropode aux tentacules urticants de l’anémone affamée. Elles observaient celles-ci se rétracter et enserrer la proie avec voracité. Ces petits gueuletons attiraient toute une foule bigarrée… Crevettes transparentes, minuscules poissons divers et variés, des gobies surtout, peu farouches, ils venaient picorer jusque dans leurs mains.
— Pipo, casse encore des bigorneaux !
La fillette se plia à la volonté de sa cousine. Elle s’y appliqua. Pendant ce temps, Babette se concentrait sur ses poissons.
Pipo – c’était son surnom – releva la tête, s’interrompant dans son massacre. Elle fixa l’eau, en écarquillant les yeux. Elle eut un cri dans la gorge qui ne voulut pas sortir. Une bête énorme était là, hérissée d’épines, qui la regardait avec des gros yeux globuleux et méchants. Ses couleurs rouille étaient innommables, et ses petites nageoires dirigeaient inexorablement le corps de la bête poissonneuse vers sa cousine... Elle allait sûrement la piquer, l’empoisonner, lui sauter dessus... Elle finit par crier un Babetttttteeee désespéré.
La gamine fit un bond, se retrouva en terre ferme, en regardant la fillette de ses yeux bleus interrogateurs.
L’animal avait bien sûr disparu. Pipo tenta d’expliquer à quoi il ressemblait, grossissant la taille et détériorant un peu plus l’aspect visuel du poisson. Bref, un monstre habitait ces eaux. Babette ne s’inquiéta pas plus que ça. 
— Viens on va voir papa. Tu lui décriras la chose…

Elles coururent comme des folles sur les pierres coupantes comme des rasoirs, mais elles étaient munies de sandales en plastique transparentes qui ressemblaient à des méduses. Tonton AP éclata de rire.
— Tu as dû voir une petite rascasse. 
— Mais c’est affreux !
— Mais c’est bon dans la soupe. 
Les garçons, harpon à la main, passèrent un bon moment à traquer la petite rascasse qui avait dû réussir à s’enfuir de ce milieu hostile et probablement trop chaud pour elle. La malheureuse bête avait surtout raté un bon déjeuner gratis et sans effort…

Pipo regardait le soleil se coucher sur la mer... Les grillons, les hiboux allaient se faire entendre, les moustiques attaquer aussi. La marmaille se rassemblait, les adultes donnaient leurs instructions. Elle savait qu’elle allait avoir froid après avoir eu si chaud. C’était invraisemblable. Ici c’était un autre pays que sa Castagniccia, bien plus humide et moins contrastée. Elle avait l’impression d’avoir parcouru des milliers de kilomètres. Mais c’était toujours son île. Elle écrasa un éclat brunâtre de murza séchée entre ses mains. L’odeur puissante l’envahit.

Elle sursauta... Pourquoi ? Pourquoi était-elle ici ? Pourquoi était-elle encore partie ? Pourquoi ne pouvait-elle pas vivre dans son île ?
La voix de son professeur la rappela à la dure réalité du moment : 
— Remplissez cette feuille de renseignement, s’il vous plaît… 
Dehors c’était gris. Tout était gris : bâtiment, ciel, gens. Les profs, les camarades étaient gris, même l’odeur était grise. 
Elle ferma les yeux tentant de se rappeler du parfum de là bas. Elle serra les dents, cassant un peu plus le plastique de son stylo bic jaune. Elle jeta un coup d’œil à la feuille : Nom prénom-date et lieu de naissance. Elle remplit cette dernière case avec défi : Bastia-Corsica. 
On ne sait jamais, au cas où le prof ne sache pas où ça se trouve…

Era incucculita. A so cucina ciambuttava a so futura piscaghjola – una canna – in l’acqua, sussurendu :
— Nun movi… a ti dicu chì quì, ci n’hè unu ! Un bellu, in più di què ! S’hè sciaccatu in stu tuvone. L’aghju da fà escenne. Feghji…Difatti, un fantomacu culore di petra si ne scappò à ventu per andàssine in qualchi lochi scunisciuti.—
Ci vuleria una rituccia. Pfff
— Aiò… cusì, almenu, ferma in vita.
— Ièè ma hè bona a pulpessa.
Babette saltò da u scogliu, atterrò nant’à un altru cun listrezza. A so biundezza cuntrastava cun a capillera bruna di a so cucina, di dui anni più ghjovana, è chì a seguitava dapertuttu. Ne facia da veru cosa vulia. Babette era u so mentore. A stava à sente cun fervore. Tuttu cio ch’ella li dicia era parolla d’oru.
Ma li amparava tantu. Perse in stu disertu, tra rocche è mare, incù a so machja spessa, ingirate da tanti animaluccii creati à buzeffa da a natura, si piacianu à credessi e regine d’un mondu chì li porghjia a manu… È pò sentia cusì bonu !
A brunetta ispirò à sfiatera. A murza, u sale, u mare… ùn sapia più… E so mane sentianu sempre i zini manghjati à meziornu, zini da i quali sì tichjava, è chì preferia à tutte e picciole di u mondu. Custì, ùn li mancavanu micca.
Babette entrò in l’acqua. Eranu in una sorta di bagnatoghju naturale, duve l’acqua accumulata mentre e timpeste d’inguernu stava ferma è soprascallava. Ma una vita incredibile si sviluppava in stu locu. Aliche lumacose tamante, bilorbi, pesciuccii chì Babette per fàssi piacè, avia chjamatu Noémie, pulpesse, è gambari, ch’elle ingollianu crude è vive per sfida.
— S’è no lampavamu di ch’è manghjà à i bilorbi ?Era unu di i so passatempi. Babette spallighjò accunsentendu.
Pruviste d’una petra, truncavanu a briciuccula d’un pugnu di bitorzuli chì bullicavanu nant’à i scoglii. E so piccule mane, lumacose per via di i pisticciuli di polpa è pezzi di briciuccule iridiate, à l’imburremu, senza primuràssi di e vite caccie di modu inghjustu è bruttale. Dilicatamente, porghjianu i pezzuccii di gasteropodu à i tentaculi fuculenti di u bilorbu famitu. E fighjulavanu ritraessi è incinghje a prede cun ingurdizia. Ste piccule scurpacciate attiravanu ghjente braganate… gambari transparenti, pesciuccii d’ogni sorte… i capicioccii, sopra tuttu, pocu ritrosi, venianu à biccà sin’à nentru e so mane.
— Pipo, tronca torna qualchi bitorzuli.A zitelletta adempiì a vulintà di a so cucina. Si ci appinzò. Fra tempu, Babette si cuncintrava nant’à i so pescii.
Pipo – era u so cugnome – pisò u capu. I so ochji si sburlonu. Ebbi un stridu in a gola ch’ùn volse esce. Una bestia trimente era custì. Incristita di spine, a fighjava cun ochjoni ghjubulosi è gattivi. U so culore rughjina era senza nome, è e so nutaghjoluccie reghjianu inesurabilmente u corpu di a bestia piciosa ver’di a so cucina… L’avia sicuramente da arragnàlla, invelenàlla, saltàlli annantu… Infine, si messe à stridà un Babetttttteeee addisperatu.
A zitelluccia feci un saltulu, vultò in terra ferma, fighjulendu a zitelletta da i so ochji turchini interrugatori.
L’animale era di sicuru smaritu. Pipo pruvò di spiegà à cosa s’assumigliava, inzippiscendu a curpuratura è sciuppendu un pocu di più u fisicu di u pesciu ch’ella avia vistu. Un ammostru spiritava st’acque, via ! Babette ùn sì frasturnò micca di più.
— Veni, em’à vede à babbu. Li discriverai a cosa…

Corsenu cume sceme nant’à e petre taglive quante rasoghji, ma eranu pruviste di sandule in plasticu chì s’assumigliavanu à potte marine. Ziu Anghjulu-Pè partì à ride :
— Averai vistu una piccula scorpina.
— Ma hè urribile !
— Èpurru, hè bonu per fà a suppa.I maschi, rampone in manu, passonu una bella stonda à perseguì a scorpinuccia chì averia riescitu à fughje di st’ambiente ostile, è probabilmente troppu caldu per ella. Avia sopra tuttu mancatu un bon spuntinu gratisu è senza sforzu…

Pipo uchjizava u sole chjinàssi nant’à u mare… i grilli, i cioccii andavanu à fàssi sente, e zinzale attaccavanu, dinù. U pampazzume s’adduniscia, e persone maiò davanu istruzzione. Sapia ch’ella avia da avè u fretu dopu à avè avutu cusì caldu. Era incredibile. Custì, era un altru paese ch’e a so Castagniccia, assai più buzzu, è menu cuntrastatu. Li paria d’avè percoritu millaie di chilometri. Ma era a so isula. Pistò una scaglia murasca di murza seccata tra e so mane. U muscu, pudente, a prese.

Trasaltò… Perchè ? Perchè era quì ? Perchè era torna partuta ? Perchè ùn pudia micca campà quallà ?
A voce di u so prufessore a turrò à a dura realità di u mumente :
— Riempiite stu fogliu di rinsegnamenti, per piacè…Fora, era grisgiu. Tuttu era grisgiu, bastimentu, celu, ghjente. I prufè, i camarati eranu grisgii. Ancu l’odore era grisgia.
Chjodì l’ochji, pruvendu di ramintàssi l’odore di quallà. Stringhjì i denti, trunchendu un pocu di più a parte maestra di a so penna Bic ghjalla. Lampò un ochjata à a finestra… casata, nome, ghjornu è locu di nascita. Riempiì stu quatrettu cun sfida :
Bastia – Corsica.
Ùn sì sà mai, in u casu duve u prufè ùn saperia micca induve si trova…


[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...