Bloggu litterariu corsu

u 19 di Marzu 2014 - scrittu dà - lettu 389 volte

Trois bleues en Corse


Le livre « Trois Bleues en Corse », qui m’a été communiqué par voie postale par l’auteur lui-même – car il s’agit d’un tirage très limité, hélas – est un ouvrage court, à la lecture fluide, très sympathique et rafraîchissant, écrit dans un style franc et sans mièvreries, qui nous raconte les folles aventures de trois copains, sur des mobylettes « bleues », en Corse. Dès les premières lignes, on rentre dans un univers complètement déjanté, celui de l’auteur-narrateur et de ses acolytes, du même acabit, à travers nos paysages et nos contrées.
À l’inverse de nombre de récits de voyages en Corse ou ailleurs, où l’on assiste, souvent avec lassitude, à une glorification de la beauté des paysages et des gens authentiques à un point souvent caricatural, il n’en est rien dans le cas présent, et toute place est laissée à la fantaisie délurée de l’auteur qui nous conte ses péripéties à un rythme effréné pour notre plus grand plaisir, semblant même trouver une certaine jubilation à nous narrer toutes les petites tracasseries rencontrées tout au long du voyage. L’observateur attentif remarquera également que chaque titre de paragraphe est presque invariablement un clin d’œil à un titre de film, de chanson, ou de livre.
J’avoue avoir particulièrement ri du canular téléphonique à la vieille tante, en dépit de son insuccès, ou la description ayant trait au patron de bar si nonchalant que son « chiffre de tension maximal ne dépasse vraisemblablement pas le double de l’unité ».
Même si, comme moi, on est très peu familier avec l’univers du deux-roues motorisé, l’alchimie prend et l’on en oublie ses complexes, tant il n’est pas nécessaire de comprendre une chose pour l’aimer. Les quelques photos, figurant en tête et en fin de l’ouvrage, permettent ainsi de visualiser les engins pour se plonger encore plus dans le récit.
Le livre est court, un peu trop, mais il est grandement réconfortant de lire, vers le terme de l’ouvrage, que ce voyage n’est pas une fin en soi, et que l’auteur est loin d’exclure de revenir un jour en Corse, faire un nouveau périple, de nouvelles rencontres.
Et peut être, qui sait, écrire un nouvel ouvrage ?
Trois bleues en Corse


              


Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...