Bloggu litterariu corsu

u 27 di Nuvembre 2014 - scrittu dà - lettu 348 volte

Trader démasqué


Trader démasqué
Moül Fritz est carré jusqu'aux angles. Pour lui, le curé c'est le curé et le pape le pape. Il segmente tout, une femme ça doit astiquer, cuisiner, faire l'amour le samedi soir.
 -Ponjour matame la poulanchère ! Cheu foudrais une paquette pien cuite !
Moül se rend au café, il est très fier aujourd'hui, son fils Léo vient de décrocher un poste de trader dans une grande banque, ne sachant pas de quoi il retourne, cela rajoute de l'importance à la chose.
Léo se réveille comme un losange au milieu de cercles, il va devant le miroir de la salle de bain qui lui renvoie une image qu'il déteste, des mèches blondes filasses viennent barrer les lunettes sur son visage pâlot et anguleux, un corps trop maigre et des cotes saillantes.
Sa mère, Ursula Fritz, a 40 ans, c'est un mixeur hormonal.
 -Alors toujours puceau ?
 -Mais maman, tu ne connais pas ma vie privée !
 -C'est c'la ! Je peux te dire à quelle heure tu t'es tapé ta dernière branlette ! Vas baiser merde !
 -Je ne baise pas moi, je fais l'amour !
 -Ah ah ! Si j'avais eu un doute tu l'aurais définitivement levé ! Alors ton job ?
 -Ça se passe très bien, mon patron m'a fait un chèque de 5000 euros et m'a dit on verra plus tard pour ton salaire !
 -Super fiston! ( elle le couvre de bises )

Deux mois plus tard, Léo est un trader redoutable et surdoué, dans sa boîte crânienne un logiciel effectue des calculs algorithmiques complexes. Il génère de l'argent du néant virtuel, c'est sa fonction. C'est pour cette raison qu'il a toute l'attention de la société, et de son boss en particulier. Si une enclume convertissait de la merde en or elle aurait une importance équivalente.
La banque a loué un hôtel pour une grande fête avec des clients importants et des VIP.
Léo est tout ému de s'y rendre avec son patron.
Ils entrent, il y a déjà du monde dans le grand hall, il reconnaît des clients importants et des collègues de travail.
Léo prend un whisky glace. Le boss se jète sur un tabouret comme un crapaud dans la vase. 
 -Bientôt tu verras ce qu'est le business ! Vas voir tes collègues, je vais saluer le ministre et des invités.
Moül Fritz se rend dans un établissement avec un de ses employés pour réparer un chauffage central.
Il n'est que 18 heures et déjà la soirée à l'hôtel tourne à l'orgie délirante. Le ministre a enfilé un masque de cochon - un grand patron célèbre monte à poil sur un tas de coke avec des skis - le ministre met sa main au cul à une femme à tête de gazelle.
 -Léo, quand tu vois de gros clients et des politiques le pantalon sur les chaussures, c'est le business ! Ça crée une complicité, nous savons qu'ils savent, ils savent que nous savons !
Désormais tous les participants ont enfilé un masque, Léo hérite de celui de Pierre Gattaz, son patron celui de Strauss Kahn.
Moül Fritz et son employé arrivent dans l'établissement.
 -Mais monsieur, vous deviez venir hier !
 -Il y a eu une urchence à la baroisse, une fuite d'eau pénite !
 -Bon, allez-y mais soyez discrets, il y a une soirée privée avec des Vip !
 -Bas de broblème ! Nous zerons muets gomme des garpes !
Léo est attiré vers le fond de la salle par un de ces culs ! Quand la femme se retourne elle a la tête de Bernadette Chirac.
Moül est éberlué.
 -La chaudière est là-pas au fond ! 
Il vaudra auzzi gontrôler le fase d'exbanssion et la pompeu !
 -Patron, oui,  j'ai besoin de me faire pomper !
Le patron de Léo sautille partout en gloussant comme un dindon, le ministre, accroupi, se fait fouetter le cul avec une botte de poireaux sauvages par un nain déguisé en Lucky Luke.
L'employé de Moül répond à une femme qu'il est plombier, elle contrôle sa tuyauterie.  
Moül arrive près de la chaudière, il se dit que le capitalisme arrive au bout de sa folie - Bernadette Chirac se fait prendre en levrette par Pierre Gattaz - sans doute a-t-elle trop chaud, elle retire son masque.
MOÜL FRITZ
URSULA !!!!!!
URSULA
MOÜL !!!!!!
LÉO
PAPA, MAMAN !!!!!!
MOÜL 
AAAARRHH ! C'EST PAPYLONE !!!!!!


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

Les vieux amants - 22/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...