Bloggu litterariu corsu

u 9 di Sittembre 2013 - scrittu dà Pierrette Orsucci - lettu 163 volte

Spectateur immobile


Spectateur immobile
Passer en douceur
Aimer sans se faire mal
Tomber sans égratignure
Pas de rouge trop violent,
De noir trop sombre
Le blanc ? Trop pur...
Prendre ce qui vient
Le laisser partir comme un rien
Suivre les aiguilles de l'horloge
Petits pas à pas... Tic Tac Tic
Toujours dans le même ordre
Puis s'envelopper de idées,
De théories De philosophie
oui Monsieur philosophie...
Du canapé au lit
Entre thé et tisanes
De soupirs en souvenirs
Statiques, résignés...Au suivant ...

Et toi tu voudrais que je reste là
Spectateur immobile
Du plus passionnant des jeux de rôles
De ma vie qui passe ...sans moi...

Et vivre alors ?
En voulant du rouge pour le sang, pour les roses, pour les lèvres
Du blanc pour la légèreté, pour la liberté, pour l'espoir,
Du noir pour l'ombre, pour l'inconnu
Pour la peur
Se battre pour ses désirs, ses idées, ses amours
Pour changer la donne, pour faire perdre la tête aux aiguilles, à l'horloge
Vouloir Tout sans se contenter de Rien
Oublier les théories, la philosophie
Le canapé et le lit
Un café Monsieur ! Brûlant !
Oublier la résignation, les soupirs
Les créer ces souvenirs à la force
Du cœur
Pour vivre encore !!


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...