Bloggu litterariu corsu

u 16 di Ghjenaghju 2013 - scrittu dà - lettu 329 volte

Semper Fidelis


Le vieil homme soupira. Il n’avait plus qu’elle dans sa solitude. Une solitude choisie, voulue, gagnée de haute lutte avec ses proches qui ne voulaient soi-disant que son bien. Mais il n’avait voulu rien d’autre que cette vie-là.

Le vieux fou, comme on l’appelait derrière son dos – toujours derrière son dos, car tous en avaient peur – se pencha, et avec sa main rendue sèche par le manque de caresse, gratta la tête de son unique compagnon. 
L’animal soupira bruyamment. Elle avait du mal à respirer. Et cela s’aggravait. Il ne pouvait rien faire, à part être là. Simplement par sa présence, lui faire comprendre qu’il avait aussi peur qu’elle.
Elle n’avait jamais rechigné à la tâche, toujours forte, active, courant derrière ses brebis, les protégeant du moindre danger, veillant sur elles comme une mère.
Elle était la gardienne de son territoire, de ses montagnes. Elle en connaissait les moindres recoins, tous les replis et cachettes. Toujours là, répondant à toutes ses sollicitations et veillant sur son sommeil agité, elle était sa source de chaleur.

Aujourd’hui, c’était lui qui la veillait. Pas de vétérinaire, pas de clinique qui les auraient terrifiés tous les deux. Ça n’aurait servi à rien. Il avait fui la folie des hommes, il avait fui aussi leur progrès. Il savait de toute façon que c’était inutile.
Il savait reconnaître la Mort quand elle rodait. Pour la première fois depuis des années, il ressentit le besoin impérieux de poser ses lèvres sur ce qu’il aimait. Il baisa le museau brûlant de sa chienne, qui agita mollement la queue. Et soudain un flot de larmes envahit ses joues arides, lui qui n’en connaissait pas les saveurs, ou qui les avait oubliées.
Il se mit à chanter une complainte silencieuse, les mots rocailleux roulèrent dans sa tête, un vieux chant probablement entendu dans son enfance, il y a un siècle ou plus.
Elle finit par mourir, en vomissant.

Il resta là, un moment hébété, le cœur vide. Puis il se leva, il devait faire cela pour elle. Un effort dont elle était digne.
Il se mit à creuser, devant l’entrée de sa demeure – quelque chose entre cabane, antre et bergerie – en s’acharnant sur ce sol caillouteux qui peinait à lui donner trois tomates l’été. Il lui fit un trou large, et bien étayé. Un trou digne d’elle.
Il savait avec quelle pierre il recouvrirait le tertre, un beau morceau de schiste, lissé par les intempéries, et qui lui servait de siège les chaudes soirées d’été. Elle avait pour habitude de poser la tête sur ses pieds dans ces moments là.
Il l’enveloppa, déjà raide, avec son unique couverture, et la déposa au fond avec une douceur extrême. Il jeta la terre sur le corps sans émettre une plainte.
Avec acharnement, il réussit à déplacer seul la lourde pierre tombale, et s’allongea dessus, afin de reprendre quelques forces.

Ce fut à cet instant qu’il l’entendit. Son aboiement reconnaissable entre mille. Il l’entendait. Il n’était pas fou. Il le savait, même si tout le monde le répétait à l’envie. Il colla son oreille contre la pierre. Ça venait de là. Très distinctement.

Il sauta sur ses pieds comme un dingue. Elle l’appelait, elle hurlait son désespoir, elle était encore vivante… Pourtant… pourtant… Elle était déjà raide quand il l’avait mise. Il s’en souvenait ! Il connaissait la mort ! Non ? Il l’avait vu de si près tant de fois… Pourtant il en était sûr, elle l’appelait.

Il arc-bouta et avec une force venue d’on ne sait où, il déplaça la pierre et de ses mains nues, il gratta la terre. Le vieil homme ressemblait à sa chienne, quand jeunette elle grattait le sol, voulant déterrer quelque animal planqué.
Il finit par atteindre le fond et déchira la couverture, voulant l’extirper au plus vite alors qu’il l’entendait toujours, l’appelant pour qu’elle le rejoigne.

On les retrouva deux jours plus tard, l’une dans les bras de l’autre, unis dans la mort.


U vechju suspirò. Ùn li fermava più ch’e ella in a so sulitùdine. Una sulitùdine scelta, bramata, vinta di forza à i so carnali ch’ùn vulianu ch’e u so bè, à quantu pare. Ma ùn avia pratesu campà altru ch’e quessa vita.

U vechju scemu, cum’ellu era chjamatu à l’appiattu – sempre à l’appiattu, chì tutti u temianu – sì ghjimbò, è incù a so manu dissuchjata per mancanza di carezze, grattà u tupezzu di u so unicu cumpagnu.
L’animale sbuffulò. Cuglia e buccate. È stu male si pighjuria. Ùn pudia fà nunda, fora d’esse custì. Solu per a so presenza, fà li capì ch’ellu era impauritu quante ella.
Era sott’à a còppia, senza mai gnignifà, sempre forte, paladina, correndu e pecure, parendu le contr’à l’ultimu di i periculi, curendu le tale una mamma.
Era ella a vardiana di u so locu, di e so muntagne. Ne cuniscia ogni ricantu, ogni fossu, ogni impiatta. Custì in sempiternu, rispundendu à tutte e so cherse, vigilendu nant’à u so sonnu marosu, era ella chì li arrecava calore.

Quessu ghjornu, era ellu chì a vigilava. Nisun vitirinàriu, nisun clìnica, chì l’averianu tramindui terrificati. Ùn averia ghjuvatu à nunda. Andendu si luntanu di l’umana tuntìa, avia dinù fughjtu u so prugressu. Sapia, in ogni modu, chì seria vanu.
Sapia ricunnosce a Morte quand’ella rundighjava. Per a prima volta dapoi anni è anni, risentì u bisognu impiriosu di pone e so labbre nant’à cio ch’ellu tenia caru. Basgiò u musu infiaratu di a so ghjàcara chì sbattì a coda cun fiacchezza. In più bella, un fiume di làcrime adundò i buccelli arsi di quellu, ch’ùn ne cuniscia micca i sapoi, o chì si ne era scurdatu.
Si messe à cantà un lamentu silenziosu, è e parolle scagliose vultulonu dentru u so capu, un vechju cantu prubabilmente intesu in a so zitellina, un seculu fà, o ancu di più.
Fatta fine, ricittendu, si ne morì.

Ellu, firmò culà, imburniatu una stonda, u core viotu. Pò s’arrizzò, chì devia fà lu per ella. Un sforzu da u quale era degna.
Si messe à zappà, davanti à l’entrata di u so alloghju – qualcosa tra casellu, sàpara è stazzu – stintinendu si nant’à stu terrenu pitricosu chì straziava per dà li trè pumate d’estate. Li fece un tuvone àmpiu è appuntillatu bè. Un tuvone degnu d’ella.
Sapia chì petra impiegheria per ricopre u paghju : un bellu pezzu di mattìcciu, allisciatu da i timpurali, è chì li ghjuvava di sede mentre e serate calde di l’estate. Avia per abitùdine di pone u so campu nant’à i so pedi, tandu.
L’avvòglì, dighjà stichita, dentru a so unica cuverta, è a dipose in u fondu incù una dulcezza strema. Pò lampò a terra nant’à u corpu senza sprimà un lagnu.
Cun tinacità, riescì à spiazzà solu a lastra pisìa, è si stracquò nantu, per ripiglià qualche forze.

Fù à stu mumentu ch’ellu l’intese. U so abbaghju ricunniscèvule fra tutti, u sentia. Ùn era micca pazzu, a sapia, ancu s’e tutti a rifucinavanu à buzeffa. Appughjò a so arechja contr’à a petra. Venia da custì. Propiu propiu.

Balzò in pedi cum’un tontu. U chjamava. Mughjava u so addisperu, era sempre viva… Èppuru… puru… Era dighjà cusì stichita quandu l’avia messa. Si ne ricordava ! A cuniscia a morte ! Nè ? L’avia vista da vicinu tante è tante volte… Tuttavia, ne era sicuru, u chjamava.

Imputillò, è cun una forza venuta d’ùn si sapia dunde, tramutò a petra solu incù e so mane, arraspò a terra. U vechju s’assumigliava à a so ghjàcara quandu, zitelletta, arraspava u terrenu, pratindendu scopre unipochi d’animaluccii agrundatu.
Per fine, ghjunghjì à u fondu è stracciò a cuverta, bramentu di caccià la à u più prestu mentre chì a sentia torna, chjamendu lu per ch’ella u raghjunghji.

Fubbinu ritrovi, dui ghjorni dopu, l’unu in collu à l’altru, adduniti in a morte.


[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

​Armistice - 14/11/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...