Bloggu litterariu corsu

u 9 d'Utrovi 2013 - scrittu dà - lettu 103 volte

Sélénique


Sélénique
Quelle est cette lumière qui vient
Éclairer les ombres qui se déplacent
Furtives, se faufilant sur la place
Pour aller se perdre au bout de la nuit

Lumière sélénique venue des au-delà
Blafarde pour rappeler le cycle de la vie
Qui continue à faire le temps et l'espace
Malgré les blessures qui couvrent la surface

Douce lumière venue du grand espace
Où nagent les astres, tourne et se déplace
Cachée par la voix céleste qui plane
Sur le grand univers tout plein d'étoiles

Clarté lunaire qui sort du profond néant
Pour chanter les nuits longues du printemps
Pour bercer les rêves que font les esprits dérangés
Et oublier les blessures faites par le temps

Lumière sélénique douce descendue des horizons
Que peuplent les ombres qui durent l'éternité
Pour filer les longues nuits qui passent glacées
Et vivre le rêve pour oublier le présent envolé

L'ombre dansante sur la douce et belle clarté
Donne la vie aux choses qui goûtent à la liberté
Sous les rayons de lune qui viennent s'effacer
Sur la terre endormie sous l'arche envoûté.


Tous droits réservés 9 Octobre 2013


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...