Bloggu litterariu corsu

u 4 di Marzu 2015 - scrittu dà - lettu 527 volte

Scontru


Trent’unu di dicembre di u duie mille è dodeci.
 
U sole era altu in celu quandu Antone ghjunse in punta di Monte Lagru. Per stu ghjuvanottu, in fine di studii à l’Università di Corti, spurtivu, è appassiunatu di girandulate in muntagna, a scumessa era, per ogni trent’unu di dicembre, d’andà à fà si una spassighjata salvatica fin’à un cimale muntagnolu.
U locu scambiava tutti l’anni. L’ultima volta, si ne era inalpacatu nant’à u Cintu, è capunanzu, s’era fattu u Ritondu. Malgratu a neve è di a difficultà, era per ellu cume un antica tradizione.
 
Cun i so 1.956 metri, Monte Lagru ùn era manc’appena u più altu monte di Corsica, ma fermava pocu accessibile. Senza ne stradone, ne paese accantu, è fora di l’Alta Strada, pochi numarosi eranu quelli chì u scalavanu ; forse per quessa, Antone ne vulia esse.
Era andatu solu, cum’è à l’usu, cosa chì frasturnava assai i so parenti, ma era cusì ch’ella li piacia. Micca ch’ellu sia statu senza amichi, stu zitellone, per parte solu à l’avvintura, ma ùn ci era mai nimu à bastanza ìntimu cun ellu per pudè accumpagnà lu, à sparte u so viaghju quasgi religiosu à saltà fra e cime. D’altronde, s’abbisognavanu cundizione fìsiche di trinca scelta per pudè suvità lu da vicinu, chì Antone ùn si primurava mai di spende u so tempu à aspettà apress’à un dirdagnulone. U trent’unu di dicembre era a so ghjurnata !
Iè, ma s’è tù caschi, dicianu i genitori ? S’è tù ti rompi una ghjamba, cumu faci ? Sai o figliulè ch’e i telefunini ùn passanu micca dapertuttu. Cumu femu dopu per andà à a to cerca ?
S’o cascu, tandu, mi n’aghju da more di a più bella manera pussibile, pensava sempre. Ostia parata ! Ùn seria una bella morte ch’e quessa ? Megliu à more cusì à mezu à u fiatu di a so terra ch’è à novant’anni, dopu à esse statu malatu dece anni ! Iè, eiu vogliu gode di a vita è di i mio lochi, sò cusì, ch’ella vi piaci o micca !
Tuttavìa eguistu ùn era Antone. Sempre prontu à porghje u so aiutu à l’unu, à l’altru, a famiglia, l’amichi, i so paesani, tutti. Ma u trent’unu di dicembre era a so ghjurnata, è ne vulia esse u maestru, l’unicu maestru.
À u sòlitu, si ne era partutu di notte di u so alloghju, in vittura, per ghjunghje à u più vicinu di a muntagna. Dopu, cume sempre, s’era arnacatu, u so ghjacchitone, i so scarpi, u so saccu, è focu à a ceppa !
 
Prima era a machja, bassa, fatta di scope, listinchi, sèpali è muchji. Seguitendu a vechja strada di i capraghji, un andàtu petrosu Antone, à discàpitu di i cinquanta chilò nant’à u so spinu, si sentia in una felicità tremenda, luntanu di i casamenti muderni, di l’agglumirazione, è di a so puzza. Invechjendu, patia sempre di menu l’umana scimizia. Forse era per quessa chì pigliava tantu piacè in e so camminate in muntagna, duv’ellu fughjia per u più quandu li toccava l’uccasione, quandu li paria d’ùn più tene u colpu. Tale era u so parè.
Èppuru, ad ogni volta ch’ella l’accadia di parlà ne, à amichi soii, spessu si facia scherza, o ancu puru trattà di tontu. D’altri, li dicianu ch’ùn era micca scappendu ch’ellu puderia risanà i so guaii. Ma pocu l’impremianu i detti di l’uni o di l’altri, à palesu o à l’appiattu, anzituttu quandu l’umanità l’addisperava. Ùn firmava più ch’e a muntagna per appacia i so estri.
 
Crescia a pèndita, è principiavanu à fà si vede e prime neve in qualchi scorni, bassi, à l’umbrìccia di i filachji o di i scoglii. Surridia Antone ; ùn era ch’e u principiu di stu straniu reame inguernincu di l’immaculatu. Si richjidianu torna qualche ore di viaghju è di lotte per ghjunghje in u so centru, è merità u tamantu tesoru muntagnolu.
À manu à manu ch’ellu caminava, l’asprura si scatinava, è a neve, svultulendu cun u ventulellu, invadia ogni postu, fin’à sguassà a linea di u chjassu. S’avanzava ormai cun strazii Antone, ancu puru andendu assai più prestu ch’e a maghjor’parte di a ghjente di u so età. Èppuru, in mente, un unica pensata, u piacè divinu di sente si in cumunione incù a so terra, è d’appartene li.
Una mez’ora dopu, s’avvicinava u cimale. U biancu di a neve avia annegatu u paesaghju. L’arburi eranu duvintati scarsi nant’à sti terreni petrosi duve ogni falsu passu pudia esse fatale.
Antone era abituatu è si ne ridia. Mentre ch’ellu pensava à i so genitori, sicuramente spavintati di vede sti siti, si rallegrava più ch’e mai, d’esse statu solu, senza nimu per trascinà si daretu à ellu, è per impaurì si di passà per i lochi i più stretti di a regina bianca.
S’o mi tombu scurcullendu, seria a più bella morte pussìbile per mè !
 
L’ultimi metri eranu i più ritrosi ; l’arechje ingurgate da l’altura, Antone si ramintava cun nostalgia e so prima appichjere, zitellu, incù u so vechju ziu Roccu, anzianu pastore, chì, in mancanza d’avè li insegnatu a so maestria incù e bestie, li avia trasmessu a so passione per a muntagnera. Quantu ne avianu fattu marchje inseme.
Li venia l’amarezza pensendu chì ziu Roccu era duvintatu troppu vechju aghjimà per turnà nant’à sti monti ch’ellu avia tantu tenuti cari. Solu li firmava u piacè di cuntimplà li da luntanu, una volta à l’annu à a Santa di u Niolu. Trista vechjaia nemica.
Infine, qualchi sforzi, è eccu u cimale.
 
Un spettaculu di rè ! Un rigalu anghjulinu ! Un universu spruvistu di falsità umana. Custì, si pudia rifiatà un aria di prima trinca. Culà, si pudia fighjulà a Corsica sana, incù tutte e so punte. È pò un silenziu maestosu ! Tamanta era a so smaravìglia chì ancu e parolle fughjianu a so mente, lasciendu lu stantaratu, vicinu di a biatitùdine.
Antone si ne stò cusì qualche stonde per rinvivisce si una cria ; pò, à malincore, attacò a longa discesa, à vultà in u mondu umanu.
Puru, in brama d’allungà u piacere, decise di sceglie un altru caminu per l’infalata. U chjamava u rigiru per l’altru latu di a muntagna. Seria longu, ma u ghjornu ùn era ancu compiu, è tante cose firmavanu à scopre, sopra tuttu nant’à l’altra faccia di u rasu, ancu più luntana di a civilisazione.
Megliu cusì.
 
Quell’altru latu s’assumigliava assai à u primu. A scesa ùn era più faciùle ch’e a salita, incù u rìsicu permanente è persistente di capulà si inghjò, ma ancu misurendu ogni passu, ci truvava u suchju, è risentia u fiatu di u so campà, forse ancu di più.
Più bassu, si vedia un valducciu, foltru è bughju. Atravirsà lu allungheria assai a so marchja, a sapia, quante sapia dinù chì a maghjor’parte di a ghjente l’averia schisatu. Duie caghjone accetèvule per affaccà ci quallà, fendu ne a so mira.
 
À discàpitu di u so saccu di cinquanta chilò è di l’aria falcona, raduppiata da un sciuscettu, Antone era cum’e l’apa nant’à u fiore. S’esaltava a so anima, sprunendu i so ardori, è a so sete muntagnola ùn si stanciava. Caminendu, s’avvicinava di più di quella furesta.
 
Trè quarti d’ora dopu, eccu l’entrata di u boscu. À misura ch’ellu si ne era accustatu, s’eranu cuncentrati muchji è seppali davantu à i so passi mentre ch’elli ghjunghjianu i primi arburi, laricii. Da vicinu, era cusì zeppa zeppa quella furesta, chì ne fubbe surpresu ancu Antone, ch’ùn avia mai vistu un boscu cusì chjosu. Eranu laricii, stretti stretti, à mezu à i quali ci eranu qualchi castagni. Tra d’elli, una tela inispugnèvule di prunaghji, senza u più mìnimu andatu. Mancu u sole ùn a pudia francà, per rigalà luce à quessi tatoni. Ùn si pudia cuncipì catagnu più sarratu, reame più pruibitu à ogni intrusione umana. Di fattu, nimu ùn si seria mai ficcatu nentru senza nisun necessità. Fora di Antone. Ellu, entrì.
 
Per a prima volta dapoi anni è anni, eranu penose e so ancate. Quessa, a furesta, era da veru un altru universu, difesu à l’omu. Ne rendia u cimentu ancu più attrattivu per ellu, ancu stanchendu lu inabitualmente. Perseguitò in linea dritta.
Dopu à una mez’ora di marchja stracquatoghjesca, ghjunghjì infine in pienu core di a furesta. Fù tandu ch’ellu vedì a casa.
 
Era una casa à l’usu anticu, di parechji seculi fà, arruvinata in parte ma sempre arritta, fiera è altiera, cume per piglià di pettu attempu a mudernità è a natura. Soca ùn li paria micca esiste un più gran misteru ch’e stu bastimentu, ancu puru anzianu, in un locu cusì inaccessibile. Mancu un stazzu di muntagnera ùn pudia esse. Antone vulia capì. Per quessa, l’estri infrebbati è avvinturosi, senza fà casu di u periculu, ne francò u purtò.
L’internu era ancu più pòzzulu ch’e l’infora, è solu qualchi ràgii di luce tafunendu i muri ammintavanu à Antone ch’ellu tenia sempre l’ochji aperti. Accese a so lumera. In brama di testimunianze antiche, fù assai dilusu d’ùn vede, d’una pezza à un altra, ch’e fulena. Era viota quella casa. Ma li firmava un ultima stanza à vede, l’unica camera chì tenia sempre a so porta, chjosa. Decisu, ellu ne francò u mutale è l’aprì.
Culà, un ùnicu mòbulu : un lettu. Vechjettu, era di farru, senza valore particulare, ma tenia. È nant’à stu lettu, dormia una ghjuvanotta…
Sangu’lla miseria !
 
 
Si ne rimanì, Antone, smiraculatu aldilà di u stupore. Ùn riescia à crede cio ch’ellu vedia. Ùn pudia esse vera. Forse un sonniu di u so pinseru infrebbatu, o a briachina di l’altura. Ùn ci era nisun altra spiegazione pussìbile.
A ghjuvanotta, chì dormia cusì bè, paria esse vintannina, cum’e ellu. Era vestuta à l’antica, è d’una manera stumachèvulmente assai fresca per u locu. Era bella a femina, è cusì calma. Forse ancu troppu.
Senza più sapè s’ellu avia da crede cio ch’ellu vedia, Antone s’accuntintava à fighjulà la dorme per un mumentu. Quantunque, riflettendu, li vense in mente ch’e un sonnu tale in un casu tale ùn pudia esse nurmale.
Spenghjifocu vuluntàriu d’estate, ellu cuniscia i gesti di primi succorsi à prudigà per fà rivene a ghjente in statu di mancanza.
 
Dopu mughjatu senza nisun fruttu, Antone pruvò à andascià la. À modu soiu, affibbiò a so bocca nant’à quella di a ghjuvanotta, cume per basgià la, ma subitu risintì ch’e u fiatu sin’à tandu mansu, di a zitella, s’accilirava, mentre ch’ella iniziava qualchi cenni dissandiati accumpagnati di gèmiti guasgi impercettìbile.
Pò, cennulò i so cìglii dilicati è aprì l’ochji. Di colpu, Antone cappiò ste labbre cusì dolce, è rinculò.
A ghjuvanotta, chì tenia un sguardu anghjulinu, per u quale si seria dannatu, ùn sembrava micca sbiguttita di vede lu custì. D’una voce chjara è naturale, ella dumandò :
« Bonghjornu o caru. Cumu vi chjamate ? »
Antone, impauritu, u core prontu à schjattà, rispose d’un colpu :
« Eiu sò Antone. È voi ? »
Subitu si pentì di e so parolle, forse troppu dure per e circunstanze ma, senza parè fà ne casu, ella annunziò, a voce sempre cusì chjara, è niscentre :
« Mi chjamu Rosaspina. »
Tandu chì Antone, insirciditu, ùn prudusse più ne cennu, ne parolla, nemancu pensate, Rosaspina cherse :
« Eru cusì stanca chì aghju durmitu u ghjornu sanu. Ma oghje ci simu infine in u 1913, nè ? »
 
U cerbellu scunquassatu in un mondu chì sragiunava in l’incuerenza, è u core chì s’infiaculava di fronte à quella bella addurmintata ormai svegliata, cent’anni dopu, in grazia di u so attu, Antone, senza più cunosce rifirimenti ne fruntieri raziunali, s’infiachò, cadendu in u meravigliosu.
 
Veni puru quì, o scimìzia meia. Eiu t’aspettu.

Trente et un décembre 2012
 
Le soleil était haut dans le ciel lorsqu’Antone arriva au sommet du Monte Lagru. Pour ce jeune homme en fin d’études à l’Université de Corse, sportif et passionné de randonnées, le défi était d’escalader un sommet montagneux tous les trente-et-un décembre.
Le lieu changeait tous les ans. La dernière fois, il avait escaladé le Cintu, et un an auparavant, il avait gravi le Ritondu. Malgré la neige et la difficulté, c’était pour lui  comme une antique tradition.
 
Culminant à 1.956 mètres, le Monte Lagru était loin d’être le plus haut sommet de Corse, mais il n’était pas des plus accessibles. Hors des grands axes, hors des parcours classiques, et sans même un village à proximité, il était peu prisé des randonneurs. Peut-être était-ce là une motivation supplémentaire pour Antone.
Il était parti seul, comme d’habitude. Ses parents s’en chagrinaient, mais là était son bonheur. Il ne se trouvait personne, parmi ses nombreux amis, d’assez intime pour partager avec lui ce voyage presque mystique à sauter entre les cimes. D’ailleurs, il fallait une condition physique exceptionnelle pour le suivre de près, et Antone n’avait pas la patience d’attendre un retardataire. Le trente-et-un décembre était sa journée !
Oui, mais si tu tombes ? disaient ses parents ; si tu te casses une jambe, comment fais-tu ? Tu sais fiston, les téléphones ne passent pas de partout. Comment te retrouver ?
Si je tombe, alors, je meurs, et de la plus belle manière possible. Sans blague ! Ne serait-ce pas là une belle mort ? Il vaut mieux mourir ainsi, au cœur de l’âme de la terre plutôt qu’après avoir été malade pendant dix ans ! Oui, je veux jouir de la vie et de mon pays, je suis comme ça, que cela vous plaise ou non !
Cependant, Antone était loin d’être un égoïste. Toujours prêt à apporter son aide à l’un ou à l’autre, la famille, ses amis, ceux de son village, tous ! Mais le trente-et-un décembre était sa journée, et il voulait en être le maître, le seul maître.
Comme à son habitude, il était parti de nuit de chez lui, en voiture, pour s’approcher au plus de la montagne. Là, comme toujours, il s’était préparé, son blouson, ses chaussures, son sac, et en avant !
 
Tout d’abord, il y avait le maquis, fait de bruyères de lentisques, de ronces et de cistes. Le long de la vieille route pierreuse des chevriers, Antone faisait abstraction des cinquante kilos sur son dos et se sentait en proie à un bonheur surhumain, loin des immeubles modernes, des agglomérations et de leur puanteur. Plus il prenait de l’âge, et moins il supportait la folie humaine. De là, venait sans doute son attrait pour les promenades en montagne où il fuyait à chaque fois qu’il en avait l’occasion, lorsqu’il savait qu’il ne tenait pas le coup.
Et pourtant, à chaque fois qu’il lui arrivait d’en parler à ses amis, il se faisait charrier, et parfois même traiter de fou. D’autres lui disaient que ce n’était pas en fuyant qu’il règlerait ses problèmes. Mais les dires des uns et des autres l’indifféraient, surtout lorsque l’humanité le désespérait. Il ne restait que la montagne pour apaiser ses humeurs.
 
La pente se faisait plus dure, on commençait à voir de la neige dans les coins, à l’ombre des fougères ou des rochers. Antone sourit. Ce n’était là que le début de cet étrange royaume hivernal de l’immaculé. Il lui faudrait encore quelques heures de voyage et de lutte pour arriver en son centre et mériter le grand trésor de la montagne.
A mesure qu’il avançait, la difficulté augmentait et la neige, voletant sous le vent, envahissait chaque recoin jusqu’à effacer complètement le sentier. Antone avait ralenti son rythme, même s’il allait beaucoup plus vite que la plupart des gens de son âge. Pourtant, à l’esprit, une seule unique pensée, le plaisir divin de se sentir en communion avec sa terre et de lui appartenir.
Une demi-heure plus tard, le sommet s’approchait. Le blanc de la neige avait noyé le paysage. Les arbres commençaient à se faire rares par ces terrains pierreux où tout faux pas pouvait s’avérer fatal.
Habitué, Antone s’en moquait. Tout en pensant à ses parents, qui se seraient certainement effrayés par cette vue, il se réjouissait plus que jamais d’être monté seul, sans personne pour se trainer derrière lui, par les sentiers les plus précaires de la reine blanche.
Si je me tue là, ce sera la plus belle mort possible pour moi !
 
Les derniers mètres étaient les plus difficiles. Les oreilles bouchées par l’altitude, Antone se rappelait avec nostalgie de ses premières grimpettes, en compagnie de son vieil oncle Roccu, ancien berger qui, à défaut de lui avoir enseigné son art avec les animaux, lui avait transmis sa passion pour la montagne. Comme elles avaient été nombreuses, leurs marches, côte à côte.
L’amertume lui venait en pensant que tonton Roccu était désormais devenu trop vieux pour revenir arpenter ces sentiers, et ces monts qu’il avait tant aimé. Il ne lui restait plus que le plaisir de pouvoir les contempler de loin, une fois l’an, à la Santa du Niolu. Triste ennemie que la vieillesse.
Encore quelques efforts, et voilà le sommet.
 
Un spectacle de roi. Un cadeau d’ange. Un univers pur, sans aucune fausseté. Un air de premier choix. Là, il pouvait contempler la Corse entière et toutes ses montagnes. Et puis un silence majestueux ! Son émerveillement était tel que même les paroles fuyaient son esprit pour le laisser pétrifié, proche de la béatitude.
Antone resta quelques instants pour se revivifier, puis, à contrecœur, entama la longue descente pour revenir au monde humain.
Pourtant, désireux de rallonger le plaisir, il décida de descendre par un autre chemin. L’autre versant de la montagne l’appelait. Ce serait long, mais le jour n’était pas encore terminé, et tant de choses restaient à découvrir, surtout de l’autre côté du massif, encore plus éloigné de la civilisation.
Tant mieux.
 
Cet autre versant ressemblait beaucoup au premier. La descente n’était pas beaucoup plus facile que la montée avec le risque permanent et persistant de chuter en contrebas, mais même en mesurant chaque pas, il y avait toujours le plaisir et l’amour de la vie. Plus que jamais.
Plus bas, un bosquet touffu et sombre. Le traverser rallongerait de beaucoup sa randonnée, il le savait, et il se doutait bien que la plupart des gens l’auraient contourné. Deux raisons suffisantes pour s’y rendre, pour en faire son objectif.
En dépit de son sac de cinquante kilos qu’il ne sentait même plus et du vent des cimes qui avait redoublé, Antone était comme une abeille sur une fleur. Son âme s’exaltait, son ardeur s’enflammait et sa soif de montagne ne se rassasiait pas. Il cheminait, toujours plus près de la forêt.
 
Trois quart d’heures plus tard, et voilà l’entrée du bois. A mesure qu’il s’en était rapproché, s’étaient concentrés buissons et ronciers devant ses pas, comme pour lui barrer la route, tandis que passaient les premiers pins. De près, la forêt était si impénétrable que même Antone en fut surpris. Une forêt de pins extrêmement serrés, avec ici et là, quelques châtaigniers. A leurs pieds, un réseau inexpugnable de ronciers sans le plus petit sentier. Même le soleil ne pouvait pas franchir cette barrière pour offrir ses rayons à ce sol. Impossible d’imaginer un endroit plus serré, un royaume plus défendu à toute intrusion humaine. De ce fait, nul n’aurait jamais osé rentrer là sans aucune nécessité. A part Antone.
 
Pour la toute première fois depuis de longues années, ses pas étaient difficiles. Cette forêt-là était vraiment un tout autre univers, défendu à l’homme. L’attrait d’Antone se multiplia, même s’il s’épuisa en quelques pas. Il continua en ligne droite.
Après une demi-heure de marche très difficile, il était enfin au cœur de la forêt. C’est alors qu’il vit la maison.
 
C’était une maison dans un style ancien, qui devait bien avoir quelques siècles, en partie en ruine, mais toujours debout fière et altière, comme pour défier conjointement la nature et la modernité. Sur le coup, il ne parut pas y avoir plus grand mystère que la présence de ce bâtiment en cet endroit inaccessible. Ce ne pouvait pas être une bergerie de montagne. Antone voulait comprendre. Pour cela, l’ardeur enfiévrée et aventureuse, sans même tenir compte du danger, il en franchit le seuil.
L’intérieur était encore plus sombre que l’extérieur, et seuls quelques rayons de soleil qui trouaient les murs lui rappelaient qu’il avait gardé les yeux ouverts. Il alluma sa lampe. A la recherche de quelque témoignage antique, il fut assez déçu de ne trouver, d’une pièce à l’autre, que de la pacotille. La maison était vide. Mais il lui restait encore une pièce à visiter. La dernière chambre, la seule à avoir gardé sa porte intacte. Décidé, il l’ouvrit.
Là, un meuble ; un lit. Ancien, il était de fer, sans valeur particulière, mais il tenait bon. Et dessus, dormait une jeune femme…
Seigneur !
 
 
Antone resta émerveillé au-delà de la stupeur. Il ne parvenait pas à croire ce qu’il voyait. Ça ne pouvait pas être vrai. Peut-être un rêve de sa pensée enfiévrée, ou alors, l’ivresse des cimes. Il n’y avait aucune explication possible.
La jeune fille, qui dormait si bien, semblait avoir la vingtaine, comme lui. Elle était habillée comme dans les temps, et d’une façon étonnamment légère pour un lieu aussi froid. Elle était belle, et si calme. Peut-être même trop.
Sans plus savoir s’il devait croire ce qu’il voyait, Antone se contenta d’abord de la regarder dormir. Pourtant, en y réfléchissant, il se dit qu’un tel sommeil dans de telles conditions n’était pas normal.
Pompier volontaire durant l’été, il connaissait très bien les gestes de premier secours à prodiguer pour ranimer les personnes évanouies.
 
Après avoir crié, sans succès, Antone tenta le bouche-à-bouche. Il accola sa bouche contre celle de la jeune fille, mais instantanément, il ressentit que le souffle, jusqu’alors très calme, de la demoiselle s’accélérait, alors qu’elle entamait quelques mouvements désordonnés accompagnés de gémissements presque imperceptibles. Puis, elle battit de ses cils délicats et ouvrit les yeux. Subitement, Antone lâcha ces lèvres si douces et recula.
La jeune fille, qui avait un regard d’ange pour lequel il se serait damné, ne semblait pas surprise de le voir en ces lieux. D’une voix claire et naturelle, elle demanda :
« Bonjour mon ami. Comment vous appelez-vous ? »
Antone, apeuré, le cœur sur le point d’éclater, répondit d’un seul coup :
« Moi c’est Antone. Et vous ? »
Il regretta instantanément ses paroles, bien dures pour la circonstance, mais, sans paraître s’en formaliser, elle répondit, la voix toujours aussi claire et innocente :
« Je m’appelle Rosaspina. »
Alors qu’Antone, stupéfait, n’arrivait plus à dire un seul mot, à faire un seul geste, à avoir une seule pensée, Rosaspina demanda :
« J’étais si fatiguée que j’ai dormis toute la journée. Mais aujourd’hui, je suppose que nous sommes enfin en 1913, n’est-ce pas ? »
 
L’esprit concassé dans un monde qui sombrait dans l’incohérence, et le cœur qui s’enflammait devant cette belle endormie dans le bois, enfin réveillée, après cent ans, grâce à lui, Antone flancha, privé de tout repère et de frontière rationnelle, et sombra dans le merveilleux.
 
Viens ici, ô ma folie. Je t’attends.

[Traduction française réalisée par Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci].


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

Id´île volcanique - 10/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...