Bloggu litterariu corsu

u 30 di Lugliu 2013 - scrittu dà - lettu 245 volte

Saturnin et Frise Poulet font du cinéma


Saturnin et Frise Poulet font du cinéma
Saturnin et Frise Poulet, à l’ombre d’un olivier, sirotent un flan (pastis bien tassé), les cigales jouent leur musique. Ils ont chacun un magazine d’actualités.
Saturnin :
 - Ô fan, ché figure de zénitude ce moine bouddhiste !
Frise Poulet :
 - Vouaie, pourtant il a encouragé le lynchage de musulmans, cette figure d’angoisse, et a applaudi quand d’autres ont été brulés vifs !
Saturnin :
 - Ô fan, personne n’a le monopole de l’intolérance, vé le Dalaï Lama il ne représente qu’un pourcent des bouddhistes, en plus dans la branche la moins spirituelle, vé, la preuve, il discute avec Richard Gere et Isabelle Adjani.
Frise Poulet :
 - Ô ché misère, c’est vrai, il parait un grand lapin avec une robe ; et cette mondialisation, ché angoisse, la libre circulation des personnes et des biens, qué régression !
Saturnin :
 - Eh vouaie, les cons de gauchistes font le jeu du patronnât, en mettant tout en œuvre pour faire circuler des populations prêtes à travailler au rabais, tout est tiré vers le bas. Vé, regarde Mélanchon le franc-maçon, avec sa bouche haineuse, elle me paraît une bouche d’égout !
Frise Poulet :
 - Ô ché malédiction, mon oncle Mange Punaises il est obligé de prendre la nationalité Suisse, mais la bas y a pas de cigales, ché malheur !
Saturnin :
 - Vouaie, et ces féministes de pacotille, elles veulent pas d’enfants car ça leur rappelle leur condition animale, et ça déforme leurs corps, ché misère !
Frise Poulet :
 - Vé, ils ont même inventé le mariage pour tous, que les gays ils en voulaient même pas, juste pour satisfaire une intelligentsia parisienne, tu crois que je peux me marier avec le hamster dame de Tronche Bobine ?
Saturnin :
 - Ô vaïe, ché fada ! Le drame c’est qu’on peut pas sortir de l’euro, ché malheur, fallait pas y entrer !
Frise Poulet :
 - Éh vouaie, et ces américains, ils prennent tous les autres pour des Indiens, ils bottent le cul à tout le monde !
Saturnin :
 - Vouaie, et ces gens du showbiz, ché prétentieux, des bienpensants sans talent, avec leurs grosses têtes et leurs épaules étroites, ils semblent des monstres.
Frise Poulet :
 - Et tous ces réseaux pédophiles, ils sont protégés c’est pas possible !
Saturnin :
 - Vouaie, et de plus en plus tordus, ils font des rites sataniques, ché pourritures !
Frise Poulet :
 - Et si on faisait de la politique ?
Saturnin :
 - Ô ché malheur, on deviendrait aussi cons et corrompus que les autres, il n’y a aucun espoir !
Frise Poulet :
 - Et les Corses ?
Saturnin :
 - Ô fan, le Corse est très tolérant, si tu penses exactement comme lui !
 
Ayant purgé leur conscience politique, ils reparlent de choses simples, comme des chèvres qui sentent le romarin, où de Sylvie la parisienne, avec ses jupes courtes.
Ils imaginent de nouveaux animaux, des trolls parlant allemands, des arbres pouvant marcher…
Saturnin :
 - Vé, je vais me lancer dans le cinéma, je vais bouleverser les consciences !
Frise Poulet :
 - Ô ché bonheur ! Je pourrais faire l’atteur ?
Saturnin :
 - Vouaie, tu seras un buisson !
Frise Poulet :
 - Oh ché fierté !
 
Saturnin, sur sa bonne mine et surtout grâce à un projet inventif, trouve le financement de son film.
Ce seront des Américains, ô ché excentricité !
Le film doit être exotique pour plaire aux amerloques, donc l’histoire traversera les deux guerres mondiales, une bonne dose de cul, pour satisfaire toutes les peuplades, de nouvelles légendes, des œufs, des vieilles pierres, une histoire d’amour avec un bateau qui part sous le vent, une réorganisation géographique, chaque habitant de la planète aura une résidence dans un pays chaud, une dans un pays froid, une où il est né et une sur une planète de son choix.
Il n’y aura plus d’argent mais des crédits virtuels pour des objets concrets. Les fausses sceptiques laisseront la place aux vraies optimistes, les tuiles seront toutes patinées et pleines de mousse.
 
Le jour de la diffusion en avant-première, à New York, Saturnin est cloué au lit dans sa bergerie en Provence, une méchante grippe.
Frise Poulet est devant le Radio City Music Hall, il a oublié son accréditation, le service d’ordre l’empêche d’accéder.
Frise Poulet :
 - Mais ô tronche de figuier, je joue dans le film, je fais un buisson !
Agent sécurité :
 - What ?
Frise Poulet :
 - Ô fan attend, j’ai Google traduction sur li foune ! I am a bush on the movie !
Agent sécurité :
 - He is crazy !!!


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...