Bloggu litterariu corsu

u 15 di Sittembre 2013 - scrittu dà - lettu 117 volte

Sanglot


Seul, solitaire, il avait élu domicile sur ce monticule loin du monde perdu au milieu des arbres de la forêt qui lui soufflait à l’oreille les douceurs du soir .Il avait atterri là un jour où l’armée l’avait démobilisé. Il s’était réfugié là le cœur plein de souvenirs
Là retranché dans sa solitude qui remplissait son cœur de souvenirs qui lui remontaient et qui lui faisaient mal. Il voyait ses camarades tomber sous le balles et lui toujours debout continuait viser et tirer sur cet ennemi insaisissable qui sortait des entrailles de la terre et qui s’évaporait dans la nature.
Parfois quand quelqu’un lui rendait visite, ils s’asseyaient tous deux sous à l’ombre s’adossant au mûr, les pieds allongés se racontant les petits détails de toute une vie, alors il se lançait dans un de ses récits qui lui tenait à cœur, il racontait ses fait d’armes, il se souvenait des détails de la campagne qu’il avait faite, des combats qu’ils avaient livrée, lui et ses camarades là-bas au Viêt-Nam qu’il avait rejoint après s’être engagé.
Dans son récit qui le faisait retourner sur ses pas, on sentait parfois ses cordes vocales vibrer par les sentiments qui remontaient en lui.
Par moment lorsqu’il sentait les souffrances lui monter, il se souvenait de son camarade touché à bout portant blessé à mort et qu’il avait transporté à travers la forêt appelant au secours, mais personne ne l’avait entendu ce jour là si bien que le blessé mal en point criblé de balle avait trépassé dans un derniers souffle sur son dos sans qu’il ne s’en aperçu.
L’angoisse le prenait à la gorge se mettait à transpirer et éclatait en sanglot, et tout son corps se mettait à trembler. Alors les larmes perlaient puis glissaient sur ses joues, la vision de ce corps sur son dos lui faisait mal, vivant au fond de tout son être le désarroi de ce souvenir qui continuait de le marquer.
Et chaque fois qu’il racontait ces histoires, il ressentait toujours la même souffrance qui le faisait toujours éclater en sanglot et jusqu’à sa mort ce souvenir le hanta.
Sanglot


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

​Armistice - 14/11/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...