Bloggu litterariu corsu

u 12 di Lugliu 2014 - scrittu dà - lettu 282 volte

Sammy Lebienheureux


A Radomsk qui, comme chacun sait, à quelques cent mètres près, est situé à quinze kilomètres de Czestochowa, en Pologne, il se nommait Shlomo Glichlich. Quand on parlait de lui, il suffisait qu’on dise Shlomo le grand con pour qu’on sache de qui il s’agissait.
Un jour, il décida d’émigrer en Belgique parce que c’était un pays multiculturel, on y parlait deux langues, aussi mal l’une que l’autre à l’époque, mais pourvu qu’on n’y ennuie personne, personne ne vous y ennuyait. Il se fit prénommer Salomon puis, pour être plus intégré encore, et adoucir un peu le caractère biblique, et judaïque, de son nom, il se fit appeler Samuel qui donnait lieu à Sammy ou à Sam. Ce prénom que portaient de nombreux américains ne déterminait pas qu’ils étaient juifs – libéraux, réformés ou non – chrétiens – protestants, méthodistes ou non, ou encore adeptes des dieux de leurs ancêtres qui répondaient Ugh, en levant la main droite, aux injonctions des cow-boys qui leur disaient de foutre le camp.
Il arrivait à Shlomo de penser que deux mille ans auparavant, dans un coin de Palestine dont personne à l’exception des juifs, et encore ce n’est pas sûr, ne savait où il se situait, des romains avaient décidé que cette terre bénie des dieux n’était plus celle des juifs. Ouste, avaient-ils dit eux aussi. Rien ne change lorsqu’il s’agit de la nature humaine. Il suffit d’attendre et tout finit par arriver.
Sammy soit, mais Glichlich cela ne faisait pas goy assez. A Rome, il faut vivre comme les romains. Donc, plus de Glichlich non plus. Désormais, ce serait Sammy Lebienheureux, la traduction allait de soi.
J’ai fait la connaissance de Sammy Lebienheureux dans le magasin de confections féminines que tenait mon père à Tournai.
J’y étais vendeur parce que je ne savais rien faire d’autre. D’utile en tout cas. J’étais davantage au courant des évènements qui se déroulaient en Union Soviétique ou en Chine. Les noms de Jdanov, Mao-Tsé-toung et Chu-en-Lai m’étaient plus familiers que ceux de nos fournisseurs habituels.
 
Un jour que nous nous trouvions, mon père et moi, sur le seuil du magasin, il faisait très ensoleillé, nous étions en juillet, un monsieur qui portait deux pièces de tissus sur l’épaule, s’arrêta devant mon père.
 - Comment va un juif ?
 - Comme ci comme ça.
 - Je reviendrai vous saluer si cela ne vous ennuie pas. Cette ville est une ville très bonne pour le commerce.
 
J’ai appris que Sammy était un marchand ambulant. Ses deux pièces de tissus sur l’épaule, il les achetait chez le grossiste de l’avenue Clémenceau, il sonnait aux portes et prétendait qu’il était un marin, qu’il avait perdu tout son argent aux cartes, et que pour rentrer chez lui, là-bas, très loin, il était résigné à vendre une pièce de tissus anglais véritable au prix qu’on voudrait bien lui donner.
Il se trouvait toujours une âme généreuse pour lui acheter une de ces pièces de tissu anglais au prix d’un vulgaire chiffon qui rétrécira au premier lavage. Parfois, elle achetait les deux pièces si Sammy acceptait de réduire son prix. Personne n’était volé. Le prix donné n’était pas un prix convenable pour un tissu anglais mais le tissu anglais n’était pas anglais.
Il arrivait parfois, avait-il confié à mon père, que des veuves, sans lui acheter une pièce de tissu dont elles n’avaient que faire, lui ouvraient leur lit. Naturellement, il ne se faisait pas payer. Sammy ne paraissait pas d’une très grande intelligence mais il était manifestement robuste et honnête. En l’occurrence, c’était suffisant.
Mon père lui offrait un verre de thé brulant qu’il serrait avec précaution entre ses mains jointes et qu’il buvait à petites lampées.
 - Voyez-vous, je suis surpris qu’un juif puisse vivre ici, sans avoir un juif à qui parler. Si vous n’étiez pas juif, je ne pourrais pas penser que vous l’êtes.
C’est vrai que de juifs, ici, il n’y avait que nous. Mais je ne comprenais pas la nature de son raisonnement. Il me paraissait soit irrationnel soit d’une profondeur singulière .Il me plongeait dans une aussi profonde perplexité que lorsque j’avais lu, pour la première fois, l’Être et le Néant. En ce temps-là, ce livre passait pour le summum de la philosophie française. J’avoue que, comme beaucoup d’autres sans doute, lorsque je ne comprenais pas les détours d’un raisonnement, qu’il fut celui de Sammy Lebienheureux ou celui de Jean-Paul Sartre, je reconnaissais trop vite, comme beaucoup d’autres encore, qu’il était vraisemblablement trop subtil et qu’il méritait le respect.
Sammy appréciait ma présence. Celle d’un jeune étudiant qui avait vraisemblablement beaucoup à apprendre de la vie. Et Sammy avait beaucoup de choses à enseigner. Hélas, beaucoup de gens ignorent ce qu’ils ignorent de sorte que c’était parler en vain la plupart du temps.
 
Sammy nous rendit visite durant un an environ, il venait tous les lundis. Je suppose qu’il ne se reposait pas le reste de la semaine. Il y avait vraisemblablement d’autres villes de province qui disposaient d’amateurs de tissu anglais et de veuves en mal d’amour.
 
Surpris de ne plus le voir – il n’était plus venu depuis six mois – mon père lorsqu’il se rendit à Bruxelles, interrogea des marchands de tissus.
 - Sammy Lebienheureux ? Tu es sûr qu’il s’agit d’un juif ?
L’un d’eux leva les bras au ciel.
 - Shlomo, le grand con ? Pourquoi ne le disais-tu pas ?
Il va très bien. Il ne vend plus des pièces de tissu comme un marchand ambulant mais des costumes pour hommes qu’il fait fabriquer par des tailleurs à domicile.
Oui, Oui, il va très bien. Tu le connais ?
 - Un peu. Dis-moi, il est marié,
C’est une question quasi rituelle quand on se renseigne au sujet de quelqu’un.
 - Tu es au courant alors ? Ne le répète pas. Il va épouser la femme d’Armand.
 - Armand va divorcer ?
 - Non. Il va épouser la veuve d’Armand.
 - Veuve ? Armand est mort ?
 - Armand est très malade. Et il est très fortuné. Rita est un beau parti.
 
Deux ans plus tard, mon père apprit que Sammy ne fabriquait plus de costumes. Il avait investi une partie de son argent, celui de Rita, dans deux magasins situés dans deux des artères les plus commerçantes de la ville. La rue Neuve dont il s’occuperait personnellement, et l’avenue Louise que dirigerait Rita.
Selon les résultats, Il déciderait de la voie à emprunter. Le luxe ou le volume. Les vêtements étaient les mêmes pour la plupart mais on pouvait les distinguer les uns des autres. Ils avaient des étiquettes et des prix différents. De sorte que le client qui s’achetait un costume de semaine chez Sammy à la rue Neuve pouvait acquérir le même, plus cher, à l’avenue Louise. Compte tenu du prix, il était destiné à être porté le dimanche et les jours de fêtes.
 
Hésitant quant à la voie à suivre, les deux magasins étant rentables, l’argent qu’il gagna, plutôt que le réinvestir dans ses affaires, il l’immobilisa dans les briques, comme tout bon belge est censé le faire. Ce fut son premier appartement. Lorsqu’il en eut cinq, il cessa de vendre des vêtements pour vendre des appartements.
Au même moment, c’est un phénomène assez répandu, ses amis cessèrent de dire Shlomo le grand con pour dire : Shlomo, il n’est pas con, cet homme-là.
 
Le temps s’est écoulé. Je croyais avoir oublié Sammy Lebienheureux. Mais quelques années plus tard, j’ai rencontré un homme dont la silhouette était identique à la sienne et qui portait sur l’épaule deux pièces de tissus. Je me suis avancé, j’ai dit :
 - Vous êtes Sammy Lebienheureux ? Vous me reconnaissez ?
 Il a eu l’air surpris. Il a secoué la tête.
 - Je m’appelle Salomon. Salomon Glichlich.
 - Mais non ! Vous êtes Sammy. Vous possédez des magasins, des appartements, vous êtes fortuné, et votre épouse, la belle Rita…
 - Pauvre garçon. Oui, oui, oui. Il me semble que je vous reconnais en effet. Vous êtes le jeune garçon dont m’avait parlé un juif de province. Un garçon rêveur, m’avait-il dit, qui rêvait d’écrire des histoires. Mais qui était incapable de distinguer le rêve de la réalité.
Des magasins, des appartements, pourquoi pas ? Cela ne doit pas être désagréable que d’être riche. Sais-t-on jamais. Quand je raconterai à ma femme, Dora, ma rencontre d’aujourd’hui, je suis certain qu’elle dira :
 - Que Dieu vous entende.


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

Les vieux amants - 22/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...