Bloggu litterariu corsu

u 16 di Ghjugnu 2013 - scrittu dà - lettu 558 volte

Ribella, de Marie-Paule Dolovici


« Ribella », le recueil de nouvelles de Marie-Paule Dolovici, édité par « A Fior di Carta », est un petit ouvrage sans prétention au style facile et fluide, un bouquet d’histoires très variées, sans continuité d’un texte à l’autre, hors les souvenirs d’enfances, et les deux écrits sur Pasquale Paoli.
 
On saute sans difficulté d’une époque à une autre, naviguant au gré des situations, tandis que défilent des personnages auxquels on se surprend à s’attacher non sans tendresse, le temps d’une lecture, partageant leurs joies, leurs peines, leurs émotions.
 
Le style est doux et rattrape aisément les quelques faiblesses et lourdeurs de construction. Lorsque l’on ouvre ce livre, on ne plonge pas dans un abîme insondable où le sens serait si obscur qu’il finirait par être laissé à l’interprétation d’un lecteur désorienté, telle la vision d’un monde qui n’appartiendrait qu’à une toute petite élite. Non !
Au contraire, Ribella nous invite à nous promener, à travers un beau sentier passant par la mer, la forêt et la montagne, et toute la gamme de nuances intermédiaires, sans jamais lasser ni désorienter le lecteur qui passif, se laisse porter par la vague des mots qui nous guident et nous laissent pénétrer dans un imaginaire distrayant.
 
Car l’auteur, au gré de ses fantaisies et de ses inspirations, est une conteuse authentique. Elle sait rêver et nous faire partager ses songes avec une passion non feinte pour chacun de ses sujets. Rarement poussifs, ses mots nous transportent par les émotions qu’ils traduisent avec une simplicité touchante qui évoque assez l’écriture de Colette, par son style, sa douceur, et sa passion.
 
Car tel pourrait être le fil conducteur des histoires que compte ce livre : la passion. Qu’il s’agisse de passion amoureuse comme par exemple dans « Déjeuné à Argenteuil », « Chambre 12 », « Baia », de passion créatrice comme dans « Bomber heart », « Création mystique », et le très autobiographique « Instant culinaire », d’une certaine forme de nostalgie non passéiste que l’on retrouve dans les récits de l’enfance, ou de tout autre type de passion, les mots sont toujours très imprégnés de vie, comme s’ils voulaient sortir de leurs pages, dans l’unique ambition de nous divertir plus encore, de prolonger le plaisir de la lecture.
 
En dépit de la grande richesse des thèmes abordés, qui pourrait passer dans un prime abord pour de l’éparpillement, l’ensemble des personnages portent tous en eux la flamme d’une passion souvent dévorante, parfois fatale, qui constitue la plupart du temps la source même de chacune des intrigues. Les situations sont souvent tragiques, parfois comiques, quelques fois absurdes, mais la platitude n’a pas droit de cité ici. Même un court récit décrivant une banale recette de cuisine prend sous sa plume de l’intérêt.
 
Le caractère touchant de ce recueil peut également s’expliquer par le lien qu’il parvient à établir entre le régional et l’universel. Si l’on excepte les récits historiques, aucune nouvelle ne se trouve située dans un espace bien précis, et pourtant, on ressent très nettement une vraie proximité avec les protagonistes et les événements. Cela tient, je pense, dans le fait que l’on se reconnait tous dans ces personnes, qui évoquent un vécu universel inscrit potentiellement en chacun de nous.
 
Je n’en puis dire davantage, craignant d’arriver aux limites de ce que l’objectivité minimale d’une critique requiert sur la nécessaire part de subjectivité propre à chaque lecteur. Certes Marie-Paule Dolovici n’a pas la maîtrise stylistique d’un grand virtuose de l’art littéraire, d’un Proust, d’un Malraux ou d’un Gracq, mais ses écrits sont sympathiques, et on se sent bien dans la lecture de ce livre, dont on regrette de voir arriver la fin. On en veut plus, encore plus, toujours plus.
Même les nouvelles peuvent nous laisser sur notre faim tant elles nous donnent envie de les voir continuer, savoir si quelqu’un est venu au secours de Jeanne, si Ginette a enfin réussit à trouver l’amour véritable, ce qu’il advint enfin du naufragé, quelle fut la destinée de l’insolite prisonnier de cette horde féminine si avide de sa vigueur, et tant d’autres.
 
Cet agréable livre n’a pas d’autre ambition que de nous faire passer un bon moment de lecture. L’objectif est atteint.
Ribella, de Marie-Paule Dolovici

Anant’à « Ribella » di Marie-Paule Dolovici

Poche settimane fà, escia, publicatu da a casa d’edizione A Fior di Carta, una raccolta di nuvelle scritte da Maria-Paula Dolovici. Ben ch’e stu locu ùn ebbi micca per scopu di duvintà un situ di critica litteraria, vogliu scrive duie o trè parole anant’à stu bellu librettu cusì gradevule à leghje.
 
Parlendu prima di u stilu, vogliu dì ch’ella si leghje faciulmente, ch’e a scrittura hè linda linda, senza nisun straziu. Si voga cun piacè nant’à e parole, nant’à e frase, da u principiu à a fine. Puru, ùn vole manc’appena dì chì a so scrittura sia banale o troppu prividìbile. À u cuntrariu, nunda ùn hè mai certu mentre a lettura di l’una o l’altra di ste nuvelle chì ci facenu viaghjà in u tempu, da l’epica rumana fin’à a Corsica paolina indipendente passendu per a Rinascita taliana, u seculu baroccu, è, di sicuru, l’epica muderna.
U viaghju si face dinù in u spaziu d’una manera più suttìle chì, ben chì certi testi ebbinu un cuntestu particulare, tale a so « Merenda in Argenteuil », a maior’parte di sti raconti ùn si passa in nisun locu precisu à tal puntu ch’elli toccanu l’universale, l’intimu d’ognunu di noi. Quelli ricordi di zitellina, probabilmente i scritti i più persunali di l’autore, ben ch’e trascurrendu si in Castagniccia, chjamanu i ricordi fondi d’ognunu di noi, di i nostri tempi scorsi di e nostre zitelline cusì care in e nostre memorie.
Aldilà di a disparità di pruforma di sta raccolta di nuvelle indipendente l’une di l’altre (fora di e duie chì sò dedicate à a storia di Pasquale Paoli incù una femina sicretta), ci sò propiu più d’un puntu cumunu in tutte ste deliziose fole.
U primu di quessi puderia esse a cumpassione. I raconti di Maria-Paula Dolovici sò cusì vivi sott’à a so penna ch’e ci pigliemu subitu in simpatia tutti i so persunaghji. Ella tene un arte per entre è per fà entre i so letteori in a mente di i so prutagunisti è altre ghjente, per fà ci risente empatia per elli, guasgi fin’à l’identificazione à elli, ch’elli sianu pudenti o miserevule. Ella ci face amà tutte ste ghjente di i so raconti, incù tutte e so qualità, ma dinù, tutti i so diffetti.
À contu meiu, hè propiu u segnu – s’ùn ne devia mintuà ch’e unu – ch’e a so scrittura hè riescita.
U secondu puntu cumunu di tutte ste belle storie hè propiu a passione. È si puderia dì chì quessa passione hè doppia. Prima quella di l’autore, chì tene in ella a fiamma autentica di a vera passione à u serviziu di l’imaginazione, è dopu a passione di i so prutagunisti. Passione d’amore, di sicuru, chì si ritrovanu in a maior’parte di e so storie, da a passione innamurata tra Pasquale Paoli è una femina, à a passione tra Tullia è Caius, passendu per Jeanne, Ginette, è tant’altri è altre. Sò storie d’amore bellissime è pugnente, storie d’amore incompie, impussibile, generalmente dramàtiche, cume tante storie d’amore impussibile.
Passione di l’arte, dinù, chì l’arte, ch’ellu sia musicale, pitturale o culinariu, si ritrova dinù à bastanza spessu in e so opere, ritruvendu si certe volte intricciate incù l’amore, o u sonniu d’amore.
 
Contr’à certe persone chì, avendu forse lettu un pocu troppu prestu a raccolta, o simpliciamente ch’ùn averia ch’e parlatu senza cunosce, chì dicenu è anu dettu ch’e u libru ùn parla ch’e di storie di culu, vogliu solu ramentà ch’e a sessualità ùn hè presente ch’e in un numaru scarsu di raconti, è chì, à ogni volte, u racontu ùn hè micca scrittu in giru à l’erotisimu, ma in giru à un altru scopu. In « Par delà le bien et le mal », per esempiu, malgratu e descrizzione di u piacè sessuale tra un omu è una donna, u racontu ùn hè manc’appena « pornografficu », postu ch’ellu si tratta prima di tuttu d’un omu in piena crisa di culpevulisazione.
 
Per chjode è riassuntà u mio tintu dettu nant’à stu cusì bellu libru tarribulmente cummuvente, vuleria dì ch’e i testi di Maria-Paula Dolovici, intempurali è universali parlanu à ognunu di noi chì s’aggriganu senza malìzia à l’umanu di sempre è di e so passione, dentru tuttu u so caratteru nòbile è sdrughjidore, senza mai nisun arbìtriu.
 
Per mè, hè propiu unu di i mio libri favuriti di l’annu 2013.


              


Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...