Bloggu litterariu corsu

u 1mu d'Utrovi 2014 - scrittu dà - lettu 476 volte

Poésie


L'orphelin

J’ai mis mes pas dans ceux des oliviers,
J’ai chuchoté les mots
Que le maquis voulait entendre
Et les torrents m’ont appris le pourquoi
Des falaises de craie du sud.
J’ai levé la tête,
Une roche a éclaté de gel
Au sommet le plus haut
Et fissurant son nom :
Monte Cinto.

Les hommes ont rentré les bêtes,
La vie a brouillé les pistes sur les plages et les côtes,
Quelques navires ont chahuté la mer.

Puis un chant a révélé le passé itinérant
Des bergers impassibles,
Jusqu’à fouiller dans leur plus intime mémoire.
Une longue plainte m’est alors parvenue,
Celle de l’accompagnement aux morts,
Celle de la survivance,
Celle des conflits.

Puis un long silence a fait main basse sur l’île :
Jamais plus je ne pourrai l’oublier,
Puisque c’est mon silence,
Celui de mon appartenance,
Celui de ma différence,
Celui de mon enfance à jamais orpheline.



              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

Id´île volcanique - 10/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...