Bloggu litterariu corsu

u 7 di Nuvembre 2013 - scrittu dà - lettu 93 volte

Pigeonnier, temple


Pigeonnier

Pigeonnier, temple
Certains, loin du monde vivent cachés
Dans leurs pigeonniers, seuls emprisonnés
Cachant leurs défauts collés, étiquetés
Le sourire sur les lèvres sèches, effacé

Ils sont là broyant du noir à longueur de journée
Les langues déliées crachant sur le monde entier
Croyant être les meilleurs pour juger
Les autres qui pour eux sont des damnés

D'autres se servent du verbe pour se montrer
Leurs bontés qu'ils étalent aux gens médusés
Montrant le mauvais côté pour tromper
La galerie qu'ils surveillent d'un œil effronté

D'autres ouvrent toutes grandes les portes
De leurs cœurs pour montrer leurs pigeonniers
Vivant en simple cherchant le bonheur
Qui vient et laisse le soleil les pénétrer

D'autres encore vivent les misères
Oubliés là sur les trottoirs tristes plongés
Leur fierté d'hommes toujours gardées
Sur leurs visages brûlés bronzés marqués

D'autres encore font la pluie et le beau temps
Et d'autres clament les bonnes actions qu’ils font
Oubliant le bien qu’ils font espérant au printemps
De leur vie qui s’écoule en suivant le temps

Certains ont peur de montrer leur volière
Emplies de chimères et de rêves
Les poussant à vivre sans trêves
Sur le théâtre de la vie qui continue la vie entière

D'autres mitigés cherchent le salut de leurs âmes
Avançant sûr d'eux laissant les traces de leur passage
La tête haute, fiers ils marchent avec un grand courage
Pour atteindre leur pigeonnier et l'ouvrir à leur entourage.


Tous droits réservés 31 Octobre 2013.

Temple

Pigeonnier, temple
Sur les murs du temple le temps
A laissé les traces des joies et des peines
Des passants qui vécurent les désirs d'antan
Qui ont aimé la vie sans pour autant oublier

Sur le temps qui a fait les plaisirs partagés
J'ai vu le rêve s’inscrire sur feuilles
Qui jaunissent qui tombent une à une
Déshabillant l'arbre le laissant nu grisé

Sur le passé des reliques qui instruisent
Les visiteurs pour leur raconter l'histoire
Qui un jour a fait des heureux plein d'espoirs
Pour se retrouver ensemble pour se faire valoir

Sur les traces des sentiments dispersés
Semé à pleine volée pour faire les moissons
Des siècles qui s'écoulent pour rejoindre le passé
Que font vivre les traces sur temple laissées

Le temps est parti emmenant avec lui
Les souffrances de ce qui ont vécu
Le marasme des moments qui chutent
Pour joncher le sol de l'histoire qui s'écoule

Et doucement le rêve m'entraîne
Pour apercevoir dans le brouillard qui se lève
Le passage des hommes comme les étoiles qui filent
A travers le temps qui se glisse pour faire le souvenir

Sur les murs du temple j'ai lu les traces laissées
Sur leur chemin qui passe et qui repasse
Sinueux rampant à travers la campagne
Pour aller se perdre au loin pour s'oublier.


Tous droits réservés 1er Novembre 2013.


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...