Bloggu litterariu corsu

u 26 di Farraghju 2013 - scrittu dà - lettu 346 volte

Pavane pour une infante défunte


Pavane pour une infante défunte
Je me regarde dans mon miroir. Ma peau devient flasque.
Je meurs. Petit à petit, irrémédiablement je meurs.
 
Mes mains se couvrent de petites taches, ma chair se couvre de petits plis à peine perceptibles au début, mais qui deviendront des sillons, ma peau perd de sa force. Plus rien ne tient. Mes cheveux teints, mon maquillage tentent de masquer ce carnage.
Non, je dois en prendre conscience, je me meurs.
 
J’avais si souvent surpris les regards des hommes, mais cela est terminé, irrémédiablement, comme le fruit trop mûr qu’on ne convoite plus. Fruit stérile, sans avenir. Mort.
Assise devant ma cheminée face à un livre que je ne pourrais plus lire, parce que mes yeux seront morts eux aussi ?
Elles sont toutes là, brillantes de jeunesse, conquérantes.
Savez-vous que vous allez mourir comme moi ?
Que fait-on à 75 ans ? À 60 ou même 50 ? Que fait-on ?
Le cerveau trop mou pour tenir une conversation, pour lancer une quelconque riposte. Les doigts trop gourds pour jouer au trictrac, les jambes trop lourdes, pour danser…
 
Non, je me meurs.
 
Il y a pire car on se voit mourir, lentement, mais sûrement. Le sort est ainsi, on doit le supporter.
Un peu de poudre, peut-être ? Plus de couleurs sur les paupières ?
Un peu de carmin sur des lèvres devenues comme celles d’un spectre…
Jadis je brillais. On se pressait chez moi. On me trouvait belle. Ma maison est vide dorénavant, ivre de silence, bruissant de la poussière des souvenirs. Et j’entends parfois des rires alors que je me penche encore à ma fenêtre, guettant une voiture qui ne viendra plus.
 
Je me meurs.
 
Même les rois meurent. J’en ai vu mourir. Ma main aujourd’hui froissée a retenu celle d’un prince, alors que trop impatient et maladroit, il soulevait jupe et jupons, sans savoir que faire. Je me souviens…
Déniaisez-le, m’avait-on ordonné… Cela avait été chuchoté dans l’intimité d’une chambre, alors que sa main de Roi traînait sur mon sein.
 
On me faisait confiance. Point de gourgandine vulgaire, non éduquée, ou pire encore une soubrette prise à la hâte et maladroitement. Il fallait une grande dame, éduquée, experte, tout autant capable de l’enchanter avec un poème que de l’éblouir avec ses caresses.
Il ne s’agissait pas d’en faire un libertin, mais bien un homme averti aux choses de l’amour, qui serait à même de s’en méfier.
Je m’étais exécutée.
 
Ses mains sous mes jupons, dénouant rubans et lacets, retirant mes mules, mes bas… L’œil aux aguets, observant ce qui apparaissait petit à petit à son regard encore juvénile, mes cuisses laiteuses, mon sexe offert… Je lui prodiguais encouragements et conseils, lui indiquant quelles caresses pratiquer, sans précipitation, sans brutalité. Je m’amusais de son sexe tendu, de ses assauts un peu brutaux, il découvrait son propre corps, quand étendu et nu, je le chatouillais de long en large avec le bout de ma langue.
Lorsqu’enfin je l’autorisais à me visiter un peu plus en profondeur, il connut une extase si violente que je craignis lui avoir fait quelque mal.
Il me pratiqua ainsi quelques belles années, sans cependant se priver de goûter à d’autres mets, la richesse des plats ne pouvant nuire.
Je passais ainsi du lit de mon, Roi à celui de mon Prince, et vice-versa, sans que ceux-ci éprouvassent la moindre incommodité. Quelques ducs se glissèrent aussi dans ma couche, mais abondance de biens ne nuit pas, dit-on.
 
Mais aujourd’hui, Roi et Prince ne sont plus, et ma couche est vide. Seul, mon pauvre corps s’y love encore, se réfugiant dans des songes évanescents, peuplés d’ombres impalpables et de rires éteints.
 
Je me meurs.
 
Mon clavecin inutile, mes partitions oubliées, je ne puis jouer que de lentes pavanes, oubliés lestes impromptus et légères gaillardes…
Ma musique est comme mon corps, elle se meurt.
 
Il fait froid dans ce marbre trop blanc d’un futur tombeau sur lequel personne ne se recueillera, car on ne saura qui je suis.
Quelques diamants peut-être ?
Non, ils attireront l’attention sur mon cou flasque et rougeaud, lui autrefois si blanc, si pur, prémisse d’une gorge douce et généreuse. Un col montant, sûrement, fera mieux l’affaire.
Ce soir, j’enfile ma tenue mortuaire… Ma dernière apparition dans le monde, un adieu sans importance, mon monde a disparu et celui-là m’ignore.
 
Je suis morte.

Mi fideghju dentru u mio spechju. A mio pelle diventa fiacca.

Mi ne morgu. Pocu à pocu,irrimidievulmente, mi ne morgu.
E mio mani s’imbazzaglianu di macule, di piccule riviglie appena percettibile, ma chì duvinteranu solchi, a mio pelle perde di a so forza, di a so dulcezza, di a so finezza.
Ùn ci hè più un palmu di nettu. I mio capelli sò tinti, mentre chì u mio mascara prova di piattà stu scumpientu.
Innò. Ne devu piglià cuscenza, mi ne morgu.

Aviu cusì spessu chjappatu i sguardi di l’omi, ma quessa hè oramai compia, per u sempre, cume u fruttu troppu maturu ch’ùn sì ghjustra più. Fruttu sterile, senza più avene.
Mortu.

Cosa mi fermerà ?
Pusata davanti à u mio caminu, in faccia à un libru ch’ùn puderaghju più leghje, perchè i mio ochji seranu morti, elli dinù ?

Seranu tutte quì, sta sera, tralucendu di ghjuventù, cunquistatriccie.
A sapete, voi dinù, ch’e avete da more, quante mè ?
Cosa ferete à settanta cinque anni ? À sessanta anni, o ancu à cinquant’anni ?
Cosa possu fà, fora di scantàmmi ?

U ciarbellu troppu fragnulu per sustene una cunversazione, per sframbà una qualunque riposta.
I diti troppu tronchji per ghjucà à u tricutraccu, e ghjambe troppu pisie per ballà…
Innò, mi ne morgu.
È u peghju custì, hè di vedessi more, pianu pianu, ma cun certezza. Tale hè a sorta, a devimu pate.

Un pocu di polvara, podasse ? Di più culori anant’à e palpebre ?
Un pocu di carminiu anant’à labbre duvintate cume quelle d’un fantomacu.


Tempi fà, lucicavu.
Omu s’abbandava ind’è mè. Omu mi stimava bella.
A mio casa hè viota. È sentu talvolta rise mentre chì mi ghjimbu torna à a mio finestra, cuttighjendu una vittura ch’ùn venerà più.

Mi ne morgu.
Ancu i rè morenu. Ne aghju vistu more.
A mio manu oghje gravigliata hà ritenuta quella d’un principe, mentre chì, troppu impaziente è sgalabatu, movia gunelle è turbetti senza sapè chì fà.
Mi ne ricordu… Sgrunchjulitellu, ellu m’avia cumandatu… Mi l’avia chjuchjulatu in l’intimità d’una camera, mentre chì a so manu di Rè indusgiulava nant’à a mio puppula.
Avia fede in mè. Nisun purghjena vulgare, mal’educata, o ancu peghju, una sirvetta chjappata in furia è à strampalera. Ci abbisognava d’una grande donna, educata, sperta, senza para capace d’affascinàllu cun una puesia è d’abbagliacàllu cun e so carezze.
U scopu ùn era micca di fànne un libertinu, ma propiu un omu accortu à e cose di l’amore, per esse ancu prontu à sfidàssine.
M’eru adempiita.
E so mane sott’à e mio gunelle, snudendu frisgetti è curdoni, cacciendu e mio ciavattine, e mio calze… L’ochju à l’agguattu, fighjulendu cio chì si palisava pocu à pocu à u so sguardu sempre ghjuvanile, e mio coscie lattose, u mio sessu rigalatu… Li sparperava incuraghjimenti è cunsiglii, indettendulli chì carezze praticà, senza pricipitazione, senza crudezza. Mi divertiu di u so sessu tesu, di i so assalti un pocu vispi. Scopria u so propiu corpu, quandu, stracquatu è nudu, u billizzicavu sanu sanu incù u capu di a mio lingua.

Quandu per fine l’autorizaiu à visitàmmi un pocu più prufondu, ne cuniscì un estasa cusì viulente ch’o temì d’avèllu fattu qualchi male.
Mi praticò cusì qualche annate deliziose, senza tuttavia privàssi si paspà à altri magnà, a ricchezza di i piatti ùn pudendu noce.
Passaiu cusì da u lettu di u mio Rè à quellu di u mio Principe è viciversu, senza ch’e quessi quì ne sentessinu a più minima scumudità. Qualchi duchi sì ficonu dinù dentru u mio vaghile, ma si dice ch’e divizia di bene ùn noce.

Ma oghje, Rè è Principe ùn sò più, è u mio vaghile hè viotu. Solu u mio corciu corpu s’achjirchjacci sempre, rifughjendussi dentru sonnii evaniscenti, pupulati d’ombre impalpevule è di rise spinte.
Mi ne morgu.
U mio clavicembalu inutile, e mio partizione scurdate, ùn possu più sunà ch’e pavane attimpate, scorse in u scordu sò sgualtre impruvise ligere gagliarde…
A mio musica hè cume u mio corpu, si more.

Face u fretu nentru stu marmaru troppu biancu d’una tomba à vene sopr’à u quale nimu ùn s’arricoglierà, chì omu ùn saperà quale sò.

Qualchi diamanti, podasse ?
Innò, attraeranu l’attenzione nant’à u mio collu fosciu è rubicondu, ellu tandu cusì biancu, cusì puru, primessa d’una gola dolce è ghjinirosa.
Una culaghjola alta, seria sicuramente assai più pertinente.
Sta sera, u fantomia infila a so tenuta murtuaria per pavanàssi,… A mio ultima affaccata, un addiu senza impurtanza, chì u mio mondu hè smaritu, è quessu quì m’ignura.

Sò morta.

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...