Bloggu litterariu corsu

u 15 di Ghjenaghju 2015 - scrittu dà - lettu 280 volte

Parallèles


Une onde a effleuré les ailes
Des cœurs qui volaient en parallèles
Sur les collines qui dessinent les contours
Des esprits qui se rencontrent au détour
 
Les rêvent s’installent sur les pourtours
Pour oublier les non-retours
Pour aller vivre au loin les contre-jours
En parallèles des instants qui font le jour
 
Sur les chants ont commencé les labours
Qui font connaître et avouer les amours
Qui invitent à aller en avant sans faire demi-tour
En suivant les parallèles qui font les détours
 
Les cœurs entendent au loin les tambours
Qui battent la campagne oubliant les jours
Qui passent et qui s’en vont sans retour
Sur les parallèles des vies qui s’entourent
 
Combien de temps faudra-t-il aux troubadours
Pour raconter ce qui se fait à contre-jour
Pour laisser aux parallèles
De rester toujours fidèles
 
Le temps comme un vautour
Plane les ailes déployées
Scrute de ses yeux perçants
Les parallèles de l’instant qui se fait agaçant
 
Au loin se dessine le mont des libertés
Des âmes qui se viennent de se séparer
Pour venir se retrouver dans la cour
Et vivre dans la solitude leur désamour
 
Sur les chemins qui s’arrêtent au carrefour
Les sentiments naissent et revoient le jour
Heureux en parallèle ils font de l’humour
Le sourire affiché saluant en disant bonjour.

Amour céleste d’hier et qui dure toujours
J’ai fait mille et un rêves qui ont fait le tour
De mes sentiments brodés qui restent et qui durent
Sur les souvenirs érodé qui parfois pleurent
 
Toi rêve infini qui hante mes nuits d’insomnie
Qui passe mon temps contemplant l’espace infini
Traversant les couloirs des grottes suintantes de l’oubli
Cherchant le chemin qui longe les rêves et les éconduit
 
Demain sera loin comme le passé le sera aujourd’hui
Errant, suivant les illusions qui révèlent ce qui suit
Les déferlantes qui viennent et qui amènent les pluies
Qui inondent le sentiment évitant l’ennui
 
Célestes sont tes gestes qui passent leur chemin
Ne laissant leur trace sur aucun parchemin
Dispersant le sable des vies sur les sentiers
Sur la face de la terre effaçant tous les tracés
.
Heureux celui qui a trouvé ici-bas son envolée
Se laissant planer par les vents emporté
Buvant, ivre se laissant doucement bercé
Par le chant des sirènes aux murs adossées
 
Sur tes lèvres à la couleur mandarine
J’ai tissé les tresses de notre avenir
Chassant le rêve devenu inutile
Pour longer la grotte obscure et laisser les dires.

Chante mon âme les saisons
Qui écrit le passé qui s’en va
Sur les livres qui complimentent
Les cœurs qui récitent les oraisons
 
Chante mon âme les parfums
Qu’exhalent les parterres fleuris
Imprimant sur les chemins
Des altruistes qui font les lendemains
 
Chante mon âme ceux qui restent
Toujours égal à eux même et qui aiment
Leur prochain devenant ainsi des amants
Unis par le cœur se faisant les compliments
 
Chante mon âme l’amitié qui confirme
Les règles de la vie qui va et qui vient
Pour faire le bonheur des hommes
Qui convergent vers le soleil qui se lève
 
Chante mon âme l’amour qui naît
Au fil des jours et qui grandit
Pour entretenir la flamme des amours
Entretenu par le temps qui fait l’infini
 
Chante les compliments qui viennent
Enrichir les sentiments qui plein d’amour
S’en vont par les sentiers et font tout le tour
Des jours et des vies qui restent toujours.
 
Chante mon âme, chante mon âme,
Toi que le temps a toujours laissée
Comme les souvenirs gravés sur les cœurs
Qui battent et qui restent pleins de soupirs


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

Id´île volcanique - 10/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...