Bloggu litterariu corsu

l'11 d'Utrovi 2013 - scrittu dà - lettu 355 volte

Mur


Mur
Il se figea. Encore un… Se baissant, il passa sa main parcheminée sur les pierres bouleversées. Il n’aimait pas. Il n’avait jamais aimé. C’était pour lui synonyme de fin et il voulait l’immuabilité.
 
Il gratta le sol de son pied. Un sol abandonné, comme le mur. Il ferma les yeux. Il sentait le soleil échauffer ses joues, comme il échauffait ses joues il y a 50 ans, 100 ans. Il ne savait plus.
Celui la aussi, il le referait. Il sentait ses muscles fatigués se regimber face à ce travail inutile, excessif… Mais c’était son obsession. Reconstruire encore et encore. Pour rien. Même les petits oiseaux et les lézards s’en foutaient…
Il posa son bâton, enleva sa veste la plia et la posa avec soin. Puis avec une lenteur programmée, il commença par déblayer, puis tria les pierres : forme, couleur, taille.
Il commença son puzzle en trois dimensions avec obstination et calme. Son souffle ne variait pas, même quand les roches soulevées étaient plus lourdes. Les muscles finirent par se plier à sa volonté.
 
L’odeur acre du schiste, de la terre ocre, des herbes foulées l’environnaient. Il sentait la sueur sur son dos, sur son front, lui piquer les yeux.
Il essuyait ses mains sur son pantalon, qui de toute manière, avait perdu toute couleur. Non, en fait, il avait la couleur du schiste, gris, vert, ocre, luisant par endroit comme piqueté de mica…
La poussière sur sa langue, dans son palais, dans ses narines… Le goût du quartz battu, envahissait ses papilles.
Il continuait. Il finirait ce mur avant la nuit.
Il l’avait décidé ainsi.
Il ne mangea pas, ne s’autorisant que quelques rasades d’eau fraiche, cette eau le lavant de l’intérieur. Il ne ressentait nul autre besoin, même pas de cette fille qui l’avait rendu fou plus jeune. Pourtant elle l’avait obsédé durant des années. Des cuisses fermes, un corps se tordant de plaisir, il avait eu cette jouissance là. Jusqu’à ce qu’elle parte, ne supportant plus cette vie de pierre comme elle disait.
 
Des nuages s’amoncelaient là haut… du tonnerre au loin. Il ne s’effraya pas. Il aimait quand il pleuvait. La pluie ravivait les couleurs de ses pierres. Son mur devenait tableau.
Parfois, il avait aussi l’impression décrire une histoire avec ses cailloux. Une histoire, il le savait, que chacun d’entre eux pouvait raconter… L’histoire de la main qui, il y avait deux siècles, l’avait saisi pour le mettre là, pour délimiter ce terrain, sur lequel vivaient quinze personnes. C’était il y a une éternité...
 
On le retrouva là, presque comme assoupi, appuyé contre son mur refait à neuf, dans la satisfaction du travail accompli.

Muru

Ellu s’intustò. Unu di più… Calendu si, passò a so manu incartapicurita nant’à quesse petre scatavultate. Ùn li piacia. Ùn l’era mai piaciutu. Era per ellu sinònimu di fine, è ellu, bramava l’immuabilità.
 
Di u so pedi, ruspò u terrenu. Un terrenu abbandunatu, quante u muru. Chjose l’ochji. Sentia u sole riscaldà e so guancie di a stessa manera ch’ellu avia riscaldatu e so guancie, cinquanta o cent’anni fà. Ùn a sapia più.
Tandu quessu dinù, u riferia. Sentia i so mùsculi stanchi riuffà si in fàccia à stu travagliu inghjuvèvule, sprupusitatu… Ma era propiu a so ussissione. Ricustruì sempre è sempre. Per niente. Mancu si ne primuravanu l’acelluccii è l’acciàrtule.
Cappiò u so bastone, cacciò a so ghjacchetta, è a pone cun tutti l’assetti. Pò, incù un àsgiu di circunstanza, principiò per sgumbrà pò si messe à cerniglià e petre : forma, culore, maiurezza.
Tandu iniziò u so rumpicapu in trè diminsione cun ustinezza è calmu. U so fiatu ùn svariava micca, nemancu quandu i scòglii aisati eranu più pisii. Per fine, i so muscùli si sottumessenu à a so vulintà.
 
L’odore acru di u mattìcciu, di a terra ocra, di l’arbe calpistate l’ingiravanu. Risentia u sudore corre nant’à u so spinu, anant’à u so fronte, è pugnà li l’ochji.
S’asciuvò i mani nant’à i so pantaloni, chì d’altronde, avianu persu u so culore. Innò, in fatti, tenia u stessu culore ch’e u mattìcciu, grisgiu, verde, ocru, lucichendu à paesi, cume s’e fussi picchittatu di miccà…
A pòlvera nant’à a lingua, dentru u so palatu, dentru e so narice… U gustu di u quarzu battutu invadia e so papille.
Perseguitava. Compieria stu muru ante a notte.
L’avia decisu cusì.
Ùn manghjò micca, arrimbendu si solu qualche tasate d’acqua fresca, quell’acqua u puliscendu da l’internu. Ùn risentia nissun’altru bisognu, mancu di quessa femina chì l’avia inscimitu quandu era più ghjovanu. Èppuru, ella l’avia ussiditu mentre anni è anni. Coscie sode, un corpu torcendu si di piacè, avia avutu dinù quessu gudè custì. Fin ch’ella parti, ùn pattendu più quessa vita di petra, cum’e ella dicia.
 
Nìvuli s’accògliianu insù… tonu à u luntanu. Ùn si spavintò micca. Li piacia quand’ellu piuvia. A piossa rinvivia i culori di e so petre. U so muru duvintava pittura.
Spessu li paria dinù di scrive una storia incù e so boccie. Una storia, a sapia, ch’e ognunu d’elli pudia cuntà… A storia di a manu chì, dui seculi fà, l’avia presu per mette lu custì, per mette i quatri à stu terrenu nant’à u quale campavanu quindeci persone. Tandu, era un eternità nanzu…
 
Fù ritrovu custì, guasgi cum’è pinciulatu, appughjatu contr’à u so muru rifattu di novu, in u suddesfu di u travagliu compiu.

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...