Bloggu litterariu corsu

u 13 di Ghjugnu 2014 - scrittu dà - lettu 373 volte

La mort de Thérèse


Annegitte Jacobsen
Annegitte Jacobsen
Thérèse, ma femme, a perdu la raison avant de mourir. Cela s’est fait lentement. Au début, elle s’obstinait sur des détails sans intérêt, je le lui disais, et nous finissions par nous disputer. Un jour cependant, à un carrefour, alors que nous nous apprêtions à traverser parce que les feux étaient passés au vert, elle m’a retenu par le bras.
 - Il y a quelque chose ?
 - Non. Mais où va-t-on ?
 - Voyons, Thérèse, ne me dis pas que tu as oublié. Nous allons chez le chausseur. En face.
Elle s’est accrochée plus fort à mon bras.
- Je veux rentrer.
Elle a répété : je veux rentrer, et j’ai vu son regard vaciller.
 
Depuis une zone d’ombre s’était installée entre nous. C’est ainsi que je définissais nos silences et nos regards qui se fuyaient. Je me disais: il faut que nous nous parlions sinon notre couple va se défaire rongé par notre peur de parler, et d’autant plus vite que nous avons peur de nous blesser.
Le comportement de Thérèse se modifiait. Ce n’était pas de la distraction, c’était plus que cela. Par exemple, elle qui était d’une minutie quasi rituelle elle mettait les couverts dans un ordre parfait mais elle oubliait de cuire le repas. Elle devenait imprévisible dans les actes les plus simples.
Un jour je suis rentré du bureau au début de l’après-midi, Thérèse était en pyjama, et elle s’est serrée contre moi.
- Fais-moi l’amour.
 
Jamais elle ne s’était conduite de cette manière. Elle dont il m’arrivait de regretter qu’elle soit si pudique avait eu des gestes qui m’avaient surpris et exaltés tout à la fois. C’est elle qui nous avait conduits jusqu’à la jouissance.
Désormais je rentrais du bureau de plus en plus tôt pour des retrouvailles dont il faut bien reconnaitre qu’elles étaient d’abord sexuelles.
C’était une période étrange. Un jour j’ai acheté en même temps que mon quotidien une revue pornographique. Nous l’avons feuilletée côte à côte. Jamais je n’ai ressenti avec autant de vigueur à quel point Thérèse était à la fois ma femme et ma propriété, et ma maîtresse. A la pensée qu’elle pourrait accueillir un autre homme dans son lit, la rage me soulevait la poitrine. J’avais envie de la tuer.
La plupart du temps c’était elle qui décidait du jour et de l’heure où nous faisions l’amour. On eut dit tant elle y mettait d’invention, qu’à chaque fois elle se livrait à une expérience. J’avais le sentiment de devenir un objet sexuel qu’elle découvrait avec surprise.
 - Thérèse, tu ne penses pas…
Je ne savais pas comment le dire et elle, elle me regardait comme si j’étais un étranger qui s’efforçait de lui faire des propositions inconvenantes.
Un jour alors qu’à moitié nue elle m’avait poussé sur le lit mais qu’elle s’était refusée à moi au moment où je m’étendais sur elle, je me suis écartée en l’insultant.
 - Tu agis comme une pute. Ou comme une folle, et moi, j’en ai assez.
Elle s’est mise à pleurer.
Je l’ai violée ce jour-là. C’est elle qui ne voulait plus que je m’écarte.
Je me répétais : elle est malade, elle est malade, il faut l’obliger à consulter un médecin. En même temps, je me demandais si c’était vraiment nécessaire.
Je me disais qu’un peu d’organisation, un peu de vigilance de ma part, l’amour que je luis portais, aboutiraient à rendre notre vie aussi naturelle que possible. Je me disais que chez de nombreux couples, ce qui me paraissait hors de la normalité convenue était le lot quotidien depuis toujours et n’étonnait personne.
Une nouvelle vie s’offrait à nous. Je ne pouvais plus me passer de Thérèse. Il n’y a pas si longtemps, je me demandais si la routine n’était pas en train de ronger notre union. Je comprends aujourd’hui le sens de ces mots qui me faisaient sourire: je l’ai dans la peau.
 
Thérèse est morte sans s’en rendre compte. Elle a eu un léger soubresaut, puis elle s’est raidie. Durant des jours entiers, je ne suis pas sorti de chez moi. J’étais prostré et je pleurais. J’espérais que si je m’efforçais de pleurer et de rester sans bouger, moi aussi je deviendrais fou.


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

Les vieux amants - 22/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...