Bloggu litterariu corsu

u 16 di Maghju 2014 - scrittu dà Christophe Ottavi - lettu 319 volte

La femme à barbe


C’est l’histoire d’une femme à barbe noire !

N’ayant pas voulu entonner la Marseillaise au concours de l’Eurovision, ne se considérant pas comme une esclave de la musique, elle refusa de chanter sur une estrade de karaoké.
De retour à Paris, pénétrant dans une rame du métro elle remarqua la présence d’hommes portant un gilet jaune.
Les hommes fluorescents, intrigués par son étrange faciès sombre et son système pileux fort développé, lui demandèrent ses papiers.
« Ramirez ! Police Française ! Vérification d’identité ! Hop Hop Hop ! » Intima le petit moustachu tout de jaune vêtu.
Barbe noire s’exécuta.
Papiers entre les mains suspicieux, la moustache demanda l’avis de ses collègues.
Jean-François un homme à face de lézard fût immédiatement choqué.
« Ses papiers sont faux ! » S’écria-t-il.
« Votre faussaire doit démissionner sur le champ ! » Hurla-t-il.

Néanmoins, "Ramirez Police Française" en homme consciencieux demanda l’avis de sa partenaire Lou Boudin, une petite boulotte qui portait une calotte mais jamais de culotte ce qui facilitait la tache à son cousin germain pour la mettre en cloque.
« Horreurs et Damnations ! » Gloussa dans un cri d’effroi la vilaine boulotte.
« Cette chose est un homme ! » Elle s’agenouilla et pria.
L’homme-lézard lui murmura d’une voix étranglée :
« Mais alors cet homme est Copé ! »

Alertée par la situation, la cheftaine des flashos euh pardon des flashis, une grande blonde aux épaules de paras et au visage de chauffeur routier intervint :
« Que se passe t-il dans ce wagon ? » Dit-t-elle de sa voix d’éducateur canin.
« Nous avons les moyens de vous faire parler chose à barbe ! »
La dame à barbe s’exécuta :
« Je ne sais pas Madame la Caporale, ces personnes doutent de mon identité, et puis moi je suis pressée, je dois me rendre sur l’île de beauté afin d’épouser mon fiancé, un malgache exilé ! »
La blonde au physique de bûcheron norvégien reprit la parole :
« Un malgache exilé ? Mais comment… pourquoi… mais enfin, vous ressemblez à ce personnage interprété par cet intermittent du spectacle, vous savez ce judéo-sionisto-maçoniquo-démoniaque, ce Hoffman… voila c’est cela, vous ressemblez à cette "tutsis", mais en plus noire ! »
Détendant l’atmosphère, les occupants du wagon se mirent à rire très grassement.

Un petit monsieur, au fond, excédé par les cris, interpella les bruyants jaunâtres :
« Moi je m’en moque de vos histoires, il faut que je machette ma baguette. »

EXFILTREZ-MOI DE CE PAYS FACHOLAND, JE CRAQUE !!!!!!


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...