Bloggu litterariu corsu

u 4 d'Aprile 2013 - scrittu dà - lettu 1488 volte

La dame du lac


La dame du lac
Le garçon cherche dans la caisse son pull préféré. 
Il n'est pas trop abîmé, juste rapiécé au niveau des coudes.
C'est la reprise de l'école  après les vacances de pâques.
Demain ce sera l'anniversaire de sa mère. Il est triste de la laisser toute seule dans son fauteuil roulant.
Il va écrire un poème pour elle, ce sera son cadeau, il est fier de pouvoir le faire. Il n'a pas d'argent  mais ne désespère pas de trouver une belle fleur dans la forêt.
Il traverse la rue, passe devant la pâtisserie où les gâteaux colorés  le font  rêver. 
Il arrive dans le quartier du futur.
Les silhouettes sont plus élancées, les visages tendus, des  bouches de canards, les vêtements renvoient des images satellite,  personne ne le regarde, tout est froid, poli et inaccessible.
Dans un autre  quartier avant l'école,  il croise des porteurs d'eau, des bougnats. Il y règne une effervescence culturelle palpable,  il arrive devant le salon littéraire de madame  Geoffrin, il est fasciné. Dans une ruelle sombre, une prostituée se fait trousser par un gentleman en haut-de-forme, la moustache lissée. Une calèche passe et c'est le retour à sa réalité d'écolier.
La plupart des élèves ont des vêtements  de marque, des I Phone, les  réflexions fusent : Ah Ah! Regardez-le, comment il est habillé! On dirait un Rom! 
Sa mère lui a toujours dit de ne pas pleurer devant les moqueries des autres, de rester fier.
Il a de la peine car c'est elle qui lui a tricoté son pull  préféré.
Pendant la récréation, il prend précieusement le stylo à plusieurs couleurs, son cadeau d'anniversaire, il s'assoit et commence à écrire son poème.
Un moineau se pose sur son épaule.Depuis toujours les moineaux l'aiment bien, ils reconnaissent les raffinés.
Le ciel devient vert,  les feuilles des arbres frémissent au vent du sud, il se dirige vers la forêt. 
Les  cuisiniers d'un château ramassent des herbes et des champignons. Il passe sous les pins sylvestres, croise une vieille vêtue de haillons qui le dévisage avec bienveillance, le moineau se pose un instant sur elle.
- Mon garçon, tu ne m'oublieras pas, je le sais!
- Non madame! 
Ses larmes coulent, elle lui donne un collier d'étoiles en or.
- Mets-le autour de ton cou, tout va changer pour toi, approche du lac, adieu! Elle disparaît sous les hêtres.
Au bord du lac, des cerfs, des sangliers et des oiseaux arrivent en nombre.
Sur le plan d'eau des vapeurs colorées, puis sa mère qui marche des fleurs plein les bras.
Il pleure de bonheur, sa mère s'évapore  vers le ciel, une rose lumineuse "soleil du monde" ayant glissé de ses bras flotte jusqu'à lui.
C'est le cœur réjouit, avec son poème, sa fleur et sa pluie d'étoiles qu'il court vers l'orée du bois.
Sur la route, une berline luxueuse avec deux députés à bord le heurte de plein fouet. Tandis qu'il roule sans vie au milieu des fougères,  les deux hommes tracent leur chemin, insensibles. Ces deux glands sont pressés, il doivent émarger au parlement européen une fois tous les deux mois. Sous peine de ne pas toucher leur salaire mensuel.
 
Le moineau posé sur le poème a des spasmes désespérés.
Sur la feuille on peut lire : Maman jamais je ne te quitterai
Depuis toujours je vois avec tes yeux
Avec mes jambes nous irons marcher...
Le reste, maculé de sang, est effacé.
Sur un lac un enfant a rejoint sa mère, un moineau sur l'épaule, de plus haut en un geste lance une pluie d'étoiles, guidant l'âme apaisée d'une vieille en haillons. 
 
 
 
 
 
 
 


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...