Bloggu litterariu corsu

u 21 d'Aprile 2013 - scrittu dà - lettu 426 volte

L'ultimi Corsi


Quella matina, à bon'ora, mi n'era andatu à piscà in barcella. U mare era lisciu lisciu, è u celu principiava à culurissi. Ma, appena più in dà, si ne stava nantu à l'acqua una nebbia pagna è russiccia. Subitu, ùn ci avia fattu casu, ma, cum'ellu si pisava u ghjornu, a nebbia criscia è s'avvicinava. Mi sintia fiaccu fiaccu. A nebbia inturniò a barcella, è m'addurmintai...


Quandu mi discitai, u celu era porgu è u sole digià bellu altu. Quallà, in a luce, si stindia a costa di u Capicorsu. Ma, più bugava voltu ella, è menu mi si paria di cunnoscella. Induv'ellu ùn ci eranu chè paisoli è qualchì case, s'arrizzavanu casali di parechji piani, di tutti i culori. Centinaie è centinaie di casali.
Ghjuntu in terra, aghju avutu à ammette l'impussibile : avia fattu un saltu in i tempi futuri...

Eramu d'estate, è à chì era vestutu da salvaticu, à chi era mezu spuliatu. Nimu ùn fece dùnque casu à me. Cridia d'esse scimitu o di fà un gattivu sonniu. Parlendu cù a ghjente, amparai chè no eramu bell'è bè in Corsica, ma 50 anni dopu...

A Corsica, un isulella cinta di cità è di paesi chì si tuccavanu tutti, porti cù miraculi battelli, strade longhe è larghe cù millaie di vitture. E' in aria, spezie d'aviò è di chì ne sò eiu...

Subitu feci capu pè a mio casa è a mio famiglia : nunda ! Nimu parlava più corsu. A`chì francese, à chì allemanu, à chì inglese ! Di corsu, manca una stampa... Cerca è cerca... In vanu !

Allora mi n'andai ind'è a pulizza. Mi mustronu futografia è filmi, mi spiegonu chì u populu corsu s'era spentu cù a so lingua, annigatu à mez' à i ghjunghjiticci. Mi dissenu ch'ellu ne firmava quantunque dui o trè milla, spapersi in una vintina di paesi muntagnoli, è prutetti da e legge, cum'è e muvre o l'acule. Andavanu à vedeli i turisti è à studialli i sapienti...

U lindumane, u core strintu, mi ne cullai, cù uni pochi di furesteri, à vede l'ultimi Corsi...

Carlu B. (scrittu in u 1977)

Capi Corsu, estate 2063
Capi Corsu, estate 2063

Les derniers Corses

Ce matin là, de bonne heure, j'étais parti à la pêche avec ma barque. La mer était très calme et le ciel commençait à se colorer. Mais un peu plus loin, une brume épaisse et rougeâtre se tenait sur l'eau. D'abord, je n' y avais pas fait attention, mais comme le jour se levait, la brume s'épaississait et se rapprochait. Je me sentais de plus en plus fatigué. La brume entoura la barque, et je m'endormis.

Quand je me réveillais, le ciel était pur et le soleil déjà bien haut. Là-bas, dans la lumière, s'étendait la côte du Cap Corse. Mais plus je voguais vers elle, et moins il me semblait la reconnaître.Où n'avaient été que des hameaux et quelques maisons, se dressaient des immeubles de plusieurs étages, de toutes les couleurs.Des centaines et des centaines d'immeubles.
Une fois débarqué, je dûs admettre l'impossible : j'avais fait un bond dans le futur...

Nous étions en été, et certains étaient habillés comme des sauvages, d'autres étaient à peine habillés. Personne ne me remarqua donc. Je pensais être devenu fou ou faire un cauchemar. En parlant avec les gens, j'appris que nous étions vraiment en Corse, mais 50 ans plus tard.

La Corse, une petite île entourée de villes et de villages qui se touchaient tous, des ports avec d’innombrables bateaux, des routes longues et larges avec des milliers de voitures. Et en l'air des espèces d'avions et de je ne sais quoi.

Je me mis aussitôt à la recherche de ma maison et de ma famille : rien ! Plus personne ne parlait le corse. Du français, de l’allemand, de l'anglais. Mais pas un mot de corse. Je cherchais en vain.

Alors je me rendis au commissariat. On me montra des photos et des films. On m’expliqua que le peuple corse s'était éteint avec sa langue, noyé au milieu des nouveaux venus. On m'indiqua qu'il restait encore deux ou trois milles Corses, éparpillés dans une vingtaine de villages de montagne, et protégés par les lois, comme les mouflons ou les aigles. Des touristes allaient les visiter, et des savants les étudier.

Le lendemain, le cœur serré, au milieu de nombreux étrangers, je montais voir les derniers Corses...



              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...