Bloggu litterariu corsu

u 14 di Farraghju 2013 - scrittu dà - lettu 297 volte

L'arburu di a Signora Biancamaria

(Scrittu in u 1977)


A sente quelli chi avianu giratu u mondu, arburu simile ùn si ne truvava indocu. Altu quant'è un castagnone, e so fronde parianu d'argentu. Quand'ella si scatinava a timpesta è chì l'allusini schjarivanu u celu sanu, ellu s'atturnava d'un luciore virdicciu. U chjamavanu l'arburu di a Signora Biancamaria.

Biancamaria era una povera zitella orfana quandu u sgiò Antone a s'avia pigliata. Ellu suffria d'esse l'ultimu di u razzinu è d'ùn pudè avè figlioli. Bellu malatu, si ne morse qualchì mese dopu à u matrimoniu, lasciandusi à Biancamaria sola cù a so tristezza è una vechja serva, Lucia, donna à a manu è fidata. A casa, troppu grande avà, s'arrizzava luntana da u paese, à meza furesta.
Passavanu l'anni. Biancamaria si vidia pocu spessu in paese. In chjesa, ùn ci venia chè per Natale è Pasqua. U so solu piacè era d'andassine sott'à i castagni, vicinu à una funtanuccia fresca chì cantava cù l'acelli di a furesta. E' custì pusava ore sane, fin'à chì u sole si ciotti daret' à e muntagne. Cusì si ne passava una vita senza grande gioie.
Eppuru una sera di Lugliu, ùn rientrò micca. Lucia à scuprì voltu mezanotte addurmintata accant' à a surgente ; Quand'ella si discitò, li si leghjiva nu u sguardu una gioia strana. In manu tenia un arburettu biancu. U piantò in fondu à u chjosu, sott'à a casa.
Nu i primi ghjorni d'aprile di l'annu dopu, una notte, Lucia ghjunse sfiatata in paese à chjamà à Rosa Maria, ch'ùn avia u so paru per fà parturì. A nutizia misse u paese in sussuru : Biancamaria avia un figliolu. Un' s'hè mai sappiutu qual'ell'era u babu.U zitellu ingrandava è l'arburettu alzava. Più Petr'Antone ingrandava è più s'assumigliava à u poveru Antone. Quand'ellu ebbe una decina d'anni, a mamma li fece ghjurà d'ùn taglià mai l'arburu, nè ellu nè i so purfiglioli.

Più di cent'anni dopu, a casa si n' era falata, ma l'arburu, ellu, s'era sempre vivu. Di u razzinu ùn firmava più chè un ingigneru in Parigi. Maritatu quallà, ùn venia mancu più d'estate. Un ghjornu ghjunse in paese un furesteru chì s'avia compru a casa è i lochi dil'ingigneru. Per apre una strada fece lampà l'arburu.
Quand'ellu cascò fù cum'è sè à furesta avia ritenutu u so rispiru : tutti l'acelli s'arrestonu di cantà. E' po ci fubbe una ventata tremenda è u tonu si fece sente nu e muntagne. Mezu à e radiche di l'arburu, l'operai scuprinu una vechja buttiglia cù una lettera chì dicia :
"Qui, à sta funtana, u sette di lugliu 1835, Antone, u mio poveru maritu mortu nov anni fà, hè venutu da l'altru mondu, in una luce virdiccia, per dammi un figliolu. M'hà lasciatu un arburucciu ch'ò piantu è chì camperà quant'è a nostra sterpa."


U ghjornu stessu, à l'ora ch'ellu cascava l'arburu, nant'à a strada di Chartres, l'ingigneru, a moglia è i figlioli si tumbavanu in un accidente di vittura.
L'arburu di a Signora Biancamaria

L'arbre de la Signora Biancamaria

Si l'on en croyait ceux qui avaient bourlingué à travers le monde, on ne trouvait nulle part un arbre pareil. Haut comme un grand châtaignier, ses feuilles semblaient d'argent. Lorsque la tempête se déchaînait et que les éclairs illuminaient tout le ciel, il s'entourait d'une lueur verdâtre. On l'appelait l'arbre de la Signora Biancamaria.
Biancamaria était une pauvre fille orpheline quand le sgiò Antone l'épousa. Il souffrait d'être le dernier de sa lignée et de ne pouvoir avoir d'enfants. Très malade, il mourut quelques mois après le mariage, laissant Biancamaria seule avec sa tristesse et une vieille servante, Lucia, femme serviable et fidèle. La maison, trop grande maintenant, se dressait loin du village, au milieu d'une forêt.
Les années passaient. On voyait peu souvent Biancamaria dans le village. Elle ne venait à l'église qu'à la Noël et à Pâques. Son seul plaisir était de s'en aller sous les châtaigniers, près d'une petite fontaine fraîche qui chantait avec les oiseaux de la forêt. Et là, elle restait assise des heures entières, jusqu'à ce que le soleil se couche derrière les montagnes. Ainsi se déroulait une vie sans grandes joies.
Pourtant, un soir de juillet, elle ne rentra pas. Lucia la retrouva vers minuit endormie près de la source. Quand elle se réveilla, on pouvait lire sur son visage une étrange joie. Elle tenait dans sa main un petit arbre blanc.
Dans les premiers jours d'avril de l'année suivante une nuit, Lucia arriva essoufflée dans le village pour appeler Rosa Maria qui n'avait pas son pareil pour faire accoucher. La nouvelle mit le village en émoi : Biancamaria avait un garçon. On n'a jamais su qui était le père.
Le garçonnet grandissait et l'arbre poussait. Plus Petr'Antone grandissait, et plus il ressemblait à feu sgiò Antone. Quand il eut une dizaine d'années, la mère lui fit jurer de ne jamais couper l'arbre, ni lui, ni ses descendants.

Plus de cent ans plus tard, la maison était tombée en ruines, mais l'arbre, lui, était toujours vivant. De la famille il ne restait plus qu'un ingénieur à Paris. Marié là-bas, il ne venait même plus l'été. Un jour arriva dans le village un étranger qui avait acheté la maison et les propriétés de l'ingénieur. Pour ouvrir une route, il fit abattre l'arbre. Lorsqu'il tomba, ce fut comme si la forêt avait retenu sa respiration : tous les oiseaux s'arrêtèrent de chanter. Et puis il y eut un coup de vent terrible et le tonnerre se fit entendre au loin.
Au milieu des racines de l'arbre, les ouvriers découvrirent une bouteille avec une lettre qui disait :
"Ici, près de cette fontaine, le 7 juillet 1835, Antone, mon pauvre mari, décédé il y a neuf ans, est revenu de l'autre monde, dans une lueur verdâtre, pour me donner un enfant. Il m'a laissé un petit arbre, que je plante et qui vivra autant que notre famille."


Le jour même, à l'heure où s'abattait l'arbre, sur la route de Chartres, l'ingénieur, sa femme et ses enfants se tuaient dans un accident de voiture...


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...