Bloggu litterariu corsu

u 12 di Marzu 2013 - scrittu dà Sandrinuccia - lettu 1086 volte

Je veux devenir une Hit-Girl


Je veux devenir une Hit-Girl
Eurêka ! J’ai trouvé ma voie ! Je veux devenir une Hit-Girl !
Tout d’abord, une augmentation mammaire proportionnelle à une réduction cérébrale s’impose. Histoire de me conférer de manière instantanée, une voix niaise et une propension à prendre des dumb poses, style duck face sur les photos, en étant persuadée que cela me donne un côté sexy-glam, stimulus de quasi-priapisme auprès de la gent masculine.
Pour parfaire mon look, des injections de botox dans mes rides et de collagène dans mes lèvres, me feront directement intégrer la famille des Serranidae, celle des mérous, à ne pas confondre avec celle des sirènes. Quoique, mi-femme, mi-thon, ça se discute…
Avec mon regard bovin aussi expressif que celui d’une vache atteinte de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, mon visage figé tel une statue de marbre, ma bouche disproportionnée, mon teint orange (forfait illimité) et mon maquillage posé à la truelle, j’arborerai sans complexe, mon maillot volé à Borat, pour me déhancher sur les plages à la mode, viviers de cette catégorie d’espèces hybrides.
Le soir, hissée sur mes Louputains, moulée dans une robe rose fluo ras la "salle de jeux", mes cheveux lissés et luisants (NanMaisAllôQuoi, j’ai du shampoing !), parée de mes lunettes de soleil Bling-Bling et de tous mes accessoires ostentatoires, indispensables à ma panoplie de dindasse en rut, j’irai m’exhiber à la Via Notte, invitée dans le carré V.I.P, sans oublier de me "repoudrer" le nez toutes les heures, afin de pouvoir tenir une conversation sérieuse, malgré une forte absorption de champagne, sur la guerre mondiale de 78…
 
Ceci après avoir repéré la proie idéale, le Must Have, Hit boy de la soirée, dont le poids du gel utilisé pour coiffer sa crête est inversement proportionnel à celui de son cerveau et de son sexe réunis. Donc, après m’être immiscée dans la meute de femelles pratiquant la danse du HaRem Shake autour de lui, je lui ferai miroiter une histoire d’amour sur la banquette arrière en cuir de sa Berline décapotable bleue coupante, à condition qu’il sponsorise ma consommation de coupettes et de coke toute la fin de soirée.
À la fin de l’été, ma popularité acquise, grâce à ma présence à toutes les soirées branchées, je serai certainement castée pour une émission à vocation hautement sociologique de la télé-réalité. Enfermée dans une maison, avec des membres de mon espèce, tels des poissons dans un bocal, cobayes nourris de Nutella et d’illusions, je serais considérée comme un modèle pour la nouvelle génération, majoritairement superficielle et inculte, avide de célébrité, sans posséder aucun talent pour la rendre viable. Mes idoles seront Kim Kardashian et Paris Hilton dont je partagerai au moins la vacuité intellectuelle, mes livres cultes, Le régime Dukan et le dernier Marc Lévy ou Guillaume Musso (version illustrée) et mon rêve, épouser le Bachelor#8 pour faire la Une de Closer et Voici, mes magazines préférés. Mon vocabulaire aussi riche et châtié que mon look sera élégant et chic, je serais sûre "d’avoir le Swag et foutre le Seum aux autres meufs".
 
J’atteindrai enfin mon but, quand je ferai le buzz sur Internet, pour ma énième ineptie qui sera au paroxysme du ridicule et j’obtiendrai alors mon quart d’heure de gloire, cher à Andy Warhol et le statut de Star éphémère, futur déchet de la télé-poubelle.
Dans une dizaine d’années, après une reconversion loupée en tant qu’Escort girl, quelques apparitions dans des films de Marc Dorcel, un bouquin écrit par le nègre de Tabatha Cash, un disque invendu et une surcharge pondérale de vingt-cinq kilos, je multiplierai les tentatives de suicide pour caresser l’espoir qu’on reparle de moi, en vain.
Je finirai sans doute en asile psychiatrique, où, enfermée à nouveau, je retrouverai, enfin, des réminiscences de mon passé… Moi, l’ancienne Hit-Girl, désormais Eat-Girl et surtout Hated-Girl…


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...