Bloggu litterariu corsu

u 13 d'Utrovi 2013 - scrittu dà - lettu 151 volte

Géographie d’un enfant juif


Les gares comme les ports sont pour celui qui débarque un petit morceau de son pays. Juste le temps de ressentir avec une sensation de déchirure que tout lui est étranger parce que sorti du brouhaha de la gare il sait à peine dire bonjour.
Pour certains, entrer dans une gare, c’est le premier pas pour l’exil. Pour d’autres c’est le sceau infamant de l’émigration. Ni les uns ni les autres n’en reviennent intacts.
 
Un soir, Janus, un ami d’enfance de mon père qui était membre de la police était venu le prévenir. Mon père était un militant syndical.
 - Demain, on va venir te cueillir, il vaut mieux qu’on ne te trouve pas. Un mort, Léon, un mort au coin d’une rue! On sait bien que tu n’y es pour rien Mais tu es gênant. Désormais, la Pologne est trop petite pour toi.
 
Le lendemain, il était en Allemagne sans avoir embrassé ni son père ni sa mère ni ses sœurs. Il ne les reverrait jamais. Il voulait rejoindre la France qui, chacun le sait, est la seconde patrie de ceux qui sont épris de liberté.
Bruxelles est la première ville dont je me souvienne.
 
Mon père ne voulait pas rester à Bruxelles. « C’est comme si nous étions toujours en Pologne », disait-il. A Bruxelles, nous ne connaissons que des juifs, même l’épicerie est juive. Nous construisons nous même un mur que nous avons reproché aux non juifs de Pologne d’avoir érigé entre nous et eux, soyons ouverts aux autres ».
Je ne pas sûr évidemment que c’est en ces termes là que mon père s’est exprimé devant ma mère mais l’esprit de son discours devait être celui-là.
 
A Tournai, où mes parents s’étaient installés, ils m’avaient inscrit à l’Ecole de la Justice. Curieux nom pour une école ! Monsieur Richard en était le directeur et cumulait cette fonction avec celle d’instituteur des classes de cinquième et de sixième. En outre, il était le patron de la troupe scoute laïque qui faisait partie des Boys scouts de Belgique.
Cela aurait pu être une époque formidable. Mais en 1939, les Français déclaraient la guerre aux Allemands. C’était une année importante, je le sens bien, mais il faut que je creuse mon imagination plus que mes souvenirs pour la reconstituer.
Les Allemands étaient les maîtres du pays. Et moi, mon père me l’a expliqué du mieux qu’il a pu, j’ai appris que j’étais juif, que je devais m’endurcir, et parler le moins possible. Sauf, bien sûr, quand le professeur m’interrogeait et que je connaissais la réponse
Il me semble que j’aurais pu en vouloir à mon père d’être juif. Je n’avais rien demandé, et lui-même ne semblait pas y être tellement attaché. Alors? C’était quoi : être juif ? Je remis cette discussion à plus tard.
 - Lorsqu’on se tait, on ne risque pas de dire des sottises, apprends à te taire. Et n’oublie pas, tu es juif mais il n’est pas nécessaire de le crier sur les toits.
J’ai appris à me taire.
 - Le nom, ce n’est rien. Il parait qu’ils te demandent d’ôter ton pantalon pour regarder ta quéquette. Et pour les filles, comment ils font ?
Tournai est une ville en étoile mais facile à lire. Nombreuses sont les routes qui de Tournai mènent à d’autres villes clairement indiquées : chaussée de Bruxelles, chaussé de Lille, chaussée de Valenciennes… Vivre à Tournai, c’est vivre dans une partie, infime peut être, d’un monde vraisemblablement plus grand.
 
En 1942, munis de faux papiers, avec l’aide d’amis résistants, nous partions pour la France dite libre.
A cette époque j’ai connu d’autres villes. Un cours entier de géographie suffirait à peine à les décrire.
Paris dont j’ai appris plus tard qu’elle ne se limitait pas ni à la gare du Nord ni à celle de Lyon. Dieu sait pourtant qu’elles étaient grandes.
Tours où une femme, professeur le Lycée nous a fait traverser le Cher. Elle avait un accent curieux : le plus pur de France. J’ignorais bien sûr que les accents, eux aussi, étaient divisés en plus et en moins purs. En moins que rien, comme les juifs ? Puis ce fût Châteauroux, et la France libre.
Maréchal, nous voilà ! chantaient les enfants des écoles.
Et enfin une halte provisoire ; Châteauneuf les Bains. Le fils de boulanger ne m’a pas reproché d’être juif mais de venir manger le pain des Français. Il n’a pas compris pourquoi je lui ai dit merci.
A Châteauneuf les bains, il y avait un camp destiné aux réfugiés juifs ou non, et aux militaires qui souhaitaient rejoindre l’Angleterre pour continuer de se battre.
Il était géré par un officier français qui, parait-il, était juif.
 
Un peu plus tard nous avons quitté Châteauneuf pour Clermont Ferrand lorsque les allemands ont occupé le reste de la France. Le camp a disparu après que des Allemands étaient venus un soir avec plusieurs camions pour emmener tous ceux qui n’avaient pu s’enfuir, le colonel Lisbonne en tête. Et en uniforme. Son képi étoilé qu’un soldat avait arraché, a été retrouvé le lendemain sur les marches du camp. Son képi de colonel français.
Nous sommes restés à Clermont jusqu’à la libération.
 - Nous allons retourner chez nous.
Mon père parlait de la Belgique. C’était quoi la Belgique ? Il voulait dire Tournai, je suppose. Nous voulions rejoindre la Belgique.
 
Moi, j’avais pris conscience que le monde ne se limitait pas aux frontières d’une ville, que les routes qui s’écartent des villes traversent d’autres villes et se perdent au loin sans qu’on puisse en voir le bout, et par une étrange métamorphose où se mêlent le temps, l’histoire et la géographie, font qu’un jeune garçon sort définitivement de l’enfance.
Géographie d’un enfant juif


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

​Armistice - 14/11/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...