Bloggu litterariu corsu

u 18 di Sittembre 2013 - scrittu dà - lettu 285 volte

Face à face


Il se regardait dans le miroir. Il avait soudainement la nausée. Il entendait son épouse qui parlait, racontant sa journée, des babioles diverses qui émaillaient une vie… Mais il ne voulait plus l’entendre. Cela lui faisait mal. Il avait trop honte. Elle ne devinait pas son mal être soudain. Toujours gaie et lumineuse. Il l’aimait pour ça. Pourtant sa résolution, sa fidélité, il l’avait brisé. D’un coup d’un seul.
 
Elle chantait dans le lointain, changeant le petit garçon qui babillait. Il ferma les yeux.
 
Elle se tordait en gémissant alors qu’il la caressait. Ses seins dressés vers le ciel étaient une invite permanente. Il était devenu comme fou. Il ne voulait pas… Il ne voulait pas… De ses lèvres il avait plongé entre ses cuisses, s’y perdant avec ivresse.
Oui cette femme l’enflammait. Il ne savait même pas pourquoi. Pas une de ces femmes qui éblouissaient les hommes, mais simplement ce regard qui l’avait perdu. Oui il était perdu. Il ouvrit le robinet regardant couler l’eau dans la bonde dans un tourbillon ininterrompu, comme pour emporter ses souvenirs qui l’envahissaient jusqu’à le rendre dingue.
 
Ses mains posées sur son corps, elle s’était collée à lui, cherchant à l’envelopper pour mieux l’aimer, elle s’était donné de tout son corps. Cette bouche le cherchant le happant, cette chaude sensation de sa langue, sa chevelure blonde sur son torse, son souffle rauque alors qu’elle jouissait.
Non non nonnnnnn… L’enlever de sa mémoire… Était-il possible de l’effacer ?
 
Bien qu’elle n’ait pas hésité une seconde, ce n’était pas une fille facile. Pas une de celle qu’on se faisait rapidement dans les toilettes d’un bar pour se faire mousser devant les copains. Non, certainement pas. Cela était presque pardonnable, mais elle… C’était différent.
 
Et maintenant il avait perdu, il était perdu.
 
Le regret, les remords, ça le rendait malade.
 
Les mensonges, la trahison, les cachotteries… Tout ce qu’il exécrait. Tout ce qu’il refusait depuis toujours. Les compromissions, les faiblesses de la vie. Il les pardonnait aux autres, mais pas à lui même.
 
Pourtant il en était arrivé là.
Il était dans une impasse.
Face à face

Pettu à pettu

Si fighjulava dentru u spechju. Di colpu li ghjunse l’anticòriu. Sentia a so sposa chì parlava, cuntendu li a so ghjurnata, è tante minùzie varie chì machjavanu una vita… Ma ellu, ùn vulia più sente nunda. Li arrecava dulore. Era troppu vergugnosu. Ella, ùn parcipia micca u so malestà subbitàniu. Sempre allegra è luminosa. A tenia tantu cara per quessa. È puru, a so risuluzione, a so lealtà, l’avianu truncate. D’un colpu, solu ùnicu.
 
Ella cantava, à u luntanu, mutendu u zitellucciu chì chjacculava. Ellu chjose l’ochji.
 
Si stòrcia gemendu di piacè mentre ch’ellu l’accarizzava. A so pùppula alzata versu u celu era un invitu sempiterna. Era duvintatu guasgi cume scemu. Ùn vulia micca… Ùn vulia micca… Cun e so labbre, s’era ciuffatu tra e so còscie, perdendu ci cun briachina.
Da veru, quessa femina l’infiarava. Ùn sapia mancu perchè. Ùn era di ste femine chì abbagliacavanu l’omi, ma solu simpliciamente stu sguardu chì l’avia persu. Iè, era persu. Aprì u rubinettu, fighjendu corre l’acqua fin’à u mànfanu figliulendu un sbòllaru inintarrotu, cume per purtà via i so ricordi chì l’inguaravanu fin’à rende lu mattu.
 
E so mani, poste nant’à u so corpu, s’era abbuchjata à ellu, circhendu à abbucinà lu per amà lu à u megliu, s’era data di tuttu u so essàre. Quessa bocca, pruvendu lu, chjappendu lu, quella sensazione cusì calda di a so lingua, a so capillera bionda sparta nant’à u so bustu, è u so fiatu arghitu mentre ch’ella gudia.
Innò ! Innò ! Innòooooo… Caccià la di a so memoria… Seria statu solu pussibile di sguassà la cusì ?
 
Ben ch’ella ùn sturzulatu per dicè si, ùn era micca una donna fattoghja. Micca una di quelle ch’omu ne tirava a cinghja in i cabinetti d’una ragnola per spaccunà si davanti à l’amicaccii. Quessa pò nò. Ne seria statu guasgi pardunèvule, ma ella… era propiu sfarente.
 
È avà, avia persu, era persu.
 
U rimpientu, i rimorsi, tuttu què l’amalatava.
 
E bùcie, u tradimentu, e piattatillere… Tuttu cio ch’ellu abuminava. Tuttu cio ch’ellu riccusava dipoi sempre. E cumprumissione, e debbulezze di a vita. E perdunava à l’altri, ma micca à ellu stessu.
 
Puru, ne era ghjuntu à quessu puntu.
Ingurgatu à labirentu.

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

​Armistice - 14/11/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...