Bloggu litterariu corsu

u 12 di Nuvembre 2013 - scrittu dà - lettu 262 volte

Eternam


Elle regardait les étoiles… Ces milliers de petits points de repères. Ses yeux savaient les reconnaitre… Mais à ce moment là elle ne voyait plus qu’un amas lumineux et glacial. Elle s’en foutait. Elle tournait lentement sur elle même. Elle entendait encore son souffle régulier, les battements de son cœur, son sang pulser à ses tempes ; elle vivait.
 - Putain...faut libérer la capsule ! Il en faut un dehors.
 - Moi…
Elle continuait de tourner, toupie oubliée…
 
 
Elle s’était harnachée, avait pris ses outils, les avait regardés tous droit dans les yeux et était rentrée dans le sas sans rien dire. Que pouvait-elle dire ?
Elle avait ensuite travaillé rapidement. Mécaniquement ses mains avaient effectué la tâche à accomplir. Un travail sans difficulté. Elle manipulait ses pinces articulées avec dextérité, suite à son long entrainement. De toute façon, c’était bien ce qu’elle préférait, être dans l’espace, loin des disputes quotidiennes du groupe, loin de la pesanteur artificielle, loin des rancœurs accumulées.
Elle aperçut le reflet de la capsule qui s’éloignait. Étrangement, encore une fois elle ressentit la satisfaction du travail accompli.
 
« Viens… » Lui avait-il dit.
Elle était venue. Ils avaient fait l’amour dans cette petite pièce. La proximité envahissante les avait fait craquer.
Et tout était parti de là… Jalousie… jalousie…
Son corps dans ses mains, jouet perdu et éperdu. Elle en avait redemandé encore et encore...Elle ne cessait de lui dire qu’avec lui elle était vivante. Elle s’était déchainée. Elle avait laissé s’écouler le flot tant retenu.
Mais cela s’était su. On savait tout. Bien sûr.
 
Elle respira profondément. Elle ne devait pas, mais le fit quand même. C’était si bon, cet air encore dans les poumons. Elle tournoyait cul par dessus-tête, haut-bas qui n’existaient pas, nul repère...sauf ces petites lumières dans son casque qui lui indiquaient tous ses niveaux.
Elle ne les voyait pas.
Toutes les diodes clignotaient, toutes les sirènes d’alerte à fond… Ils s’activaient sur les divers claviers.
Ils cherchaient les origines des pannes simultanées.
 - Des débris… un nuage de débris ! Hurlait l’un d’entre eux.
Elle ne savait même pas lequel criait.
Et tant de systèmes étaient en panne, pas réparables pour la plupart.
 - Faut évacuer !
 
Ils avaient évacué finalement, et elle aussi en quelque sorte. Mais elle resterait ici pour l’éternité
 - Le… le… le… sas… le sas est bloqué maintenant… Tu ne peux plus… !
Elle avait souri et salué avec la main. Elle savait qu’on la voyait. Ainsi ils s’en sortiraient… Il s’en sortirait…
 
Oui, elle resterait pour l’éternité… A moins qu’elle ne rencontre un autre vaisseau, provoquant à son tour des dégâts irréparables.
Elle inspira sa dernière goulée d’air en riant légèrement.
Eternam

Eternam

Ella fighjulava e stelle… Quesse millaghje di punti di rifirimentu. I so ochji sapianu ricunosce li… Ma in stu mumentu chivi, ùn ci vedia più ch’e una cuncolta luminosa è ghjacciale. Si n’imbuzarava propiu. Pianu pianu, facia bacinella. Intindia sempre u so fiatu regulare, i pàlpiti di u so core, u so sangue pulsà à e so castagnole ; ella campava.
 - Sangu’lla miseria… ci’vole à lintà u cappisullu ! Ci ne vole unu fora.
 - Eiu…
Cuntinuava u so giru, ballarìna dimenticata…
 
 
S’era inarnisata, avia pigliatu i so strumenti, l’avia tutti guardati indì l’ochji, è si ne era vultata dentru u pòrtacu senza dì niente. Cosa pudia dì.
In sèguitu, avia travagliatu à l’affùria. Miccanicamente, e so mani avianu eseguitu u so dafà. Un travagliu senza straziu, chì manighjava e pinze incavìchjate cun destrezza per via di u so usu cusì longu è cusì pinzìu. In ogni modu, era propiu cio chì li garbava u più, esse in u spaziu, luntana di e lìtiche d’ogni ghjornu di u gruppu, luntana di a gravezza artificiale, luntana di i rancori accuzzati.
Ella sculinò u rispechju di u cappisullu chì s’alluntanava. Stranamente, una volta di più, ne risentì u suddesfu di u duvere adempiitu.
 
« Veni… » Ellu li avia detta.
Ella era venuta. Avianu fattu l’amore in sta stanzuccia. A vicinanza impachjùccula l’avianu fattu baculà.
È tuttu venia da custì… Ghjelusìa…ghjelusìa…
U so corpu dentru e so mani, ghjòculu persu è spersu. Ella ne avia  ridumandatu, sempre è sempre… Ùn si piantava di dì li ch’e cun ella, era viva. S’era scatinata. Avia lasciatu scorre si u maròsulu rifrenatu cusì longu.
Ma s’era sappiutu. Tuttu si sapia. Di sicura.
 
Rispirò à pienu. Ùn a duvia micca, ma u fece quantunque. Era cusì bonu, quell’aria dentru i pulmoni. Svulazzava u culu sopra capu, altu bassu ch’ùn esistianu micca, nisun riferimentu… fora di sti luminelli dentru u so elmu chì l’indittavanu tutti sti livelli.
Ùn e vedia micca.
Tutti sti diodi uchjittavanu, tutti i timpani di periculu à più pudè… Si davanu di rimenu nant’à e diverse tastiere.
Circavanu l’orìgine di e panne simultànie.
 - Brìsgiuli… una nuvulaghja di brìsgiuli ! Mughjava unu fra elli.
Ella ùn sapia mancu u quale stridava.
È tanti sistemi eranu lecchi, micca arranghjatoghji à maiò parte.
 - Ci’vole à evacuà !
 
Per fine, avianu evacuatu, è ella dinù, cum’è per dì. Ma ella, fermeria culà per l’eternu.
 - U… u… u… pòrtacu… u pòrtacu hè ingurgatu avà… Ùn poi più… !
Ella avia surrisu è salutatu cun a manu. Sapia ch’omu a vedia. Cusì, elli a si francherianu… ellu a si francheria.
 
Iè, fermeria cusì per l’eternu… Almenu ch’ella ùn scuntressi un altru vascellu, caghjunendu à tacca soia danni irrimedièvuli.
Ispirò a so ultima buccunata d’aria, ridendu appinuccia.

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...