Bloggu litterariu corsu

l'8 di Ghjenaghju 2014 - scrittu dà - lettu 144 volte

Dans tous mes voyages

Dans tous mes voyages


Elle pose le 45 tours sur le tourne-disque, émue…
Cela fait deux ans qu’elle n’a pas vu sa mère. Ses yeux sont saturés de lumière, elle franchit le pont malgré la mousse glissante tapissant les épaisses planches :
 - Maman je t’aime, regarde comme je suis forte pour toi, j’aimerais tant que tu me voies en cet instant !
 
Des stalactites se forment à la base de son nez, elle a trouvé son oxygène :
 - C’est la dernière fois maman, promis, regarde-moi, je remonte vers la source*
(*sa mère, son père, au temps béni où ils étaient réunis autour de la crèche).
 
C’est si près et si loin à la fois, il convient pour l’instant de retirer l’épine, la perdre à jamais, détricoter les labyrinthes de spasmes et de mauvais flashs.
Le voyage est frais et printanier, vert tendre à l’ombre, jaune de genet odoriférant, et une source résurgente…
Elle nettoie son passif, rien de mieux qu’une allégeance humble à la nature, à l’immuable cycle cosmique, se mettre à l’échelle des minéraux.
Les feuilles d’argent tombent au ralenti dans un tintement cristallin, son sourire est si large qu’il la redresse ; debout, près du grand vase en verre plein de belles roses, face au miroir elle se coiffe, comme avant…
Elle ne sait plus mesurer le temps, mais sa mère va venir incessamment, elles sont nées le même jour et voilà que le moment arrive, inexorablement; pouvoir enfin celer les retrouvailles, à jamais…
Elle retire en hurlant les hameçons plantés crochus dans ses cuisses :
« AAAARGHH ! »
 
Sa diarrhée la tenaille, la cisaille, ses yeux crient de pleurs secs, irrités…
Quand le reste se met à tourner, elle vomit à contresens d’une étoffe ou d’une virgule.
Des pierres vaseuses lui remontent douloureusement de l’estomac – maudits corbeaux qui lui piquent les orbites alors qu’elle veut voir clair…
Le dard putréfacteur n’est plus là, ce docteur en kératinisation de la peau, Satan…
Sa mère va avoir 45 ans, elle n’a pas eu la vie facile, son mari est mort depuis 10 ans, elle n’a pas lavé son oreiller depuis. Pas assez d’argent pour changer deux dents, alors elle sourit bouche mi-close ; en regardant ses jeux télévisés, quand un animateur fait une blague douteuse, elle dit "rhoo".
Elle sait enfin où vit sa fille, son bébé, de la joie pure – ce soir c’est le réveillon, demain les retrouvailles, elle aura 2 heures de route à faire pour renaître…
Sa fille, poussée par une lame de fond, franchit une barrière de corail, elle se retrouve sur la rive, ruisselante, les tendons d’Achille tranchés; elle applique des pansements de fortune « maman arrive bientôt… » Elle écrit un petit mot pour elle…
 
25 décembre, 10 heures du matin, sa mère sonne à la porte, c’est ouvert, elle entre – quel froid !
Un mot sur le frigo :
« Si je ne suis pas là, mets en marche le tourne-disque qui se trouve sur la commode ; c’est pour toi, avec tout mon amour !
Un petit grésillement… musique :
 
…Maman c’est toi la plus belle du monde
Aucune autre à la ronde n’est plus jolie
Tu as pour moi, avoue que c’est étrange,
Le visage d’un ange du paradis…

Les larmes aux yeux :
« Mon bébé tu es là ? »
Elle ouvre la porte de la salle bain – tombe à genoux – son bébé squelettique – une stalactite d’hémoglobine à la base du nez – elle git sur un lit de verres brisés et de roses en plastique dans la baignoire – au sol une seringue – sur les bras et les jambes des marques de piqures avec leurs cicatrices – sur la faïence blanche, en lettres de sang :
 
Joyeux Noël et bon anniversaire ma maman…


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

​Armistice - 14/11/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...