Bloggu litterariu corsu

u 16 di Farraghju 2013 - scrittu dà - lettu 426 volte

Dancernapping


Je suis ici depuis deux jours
 
Une des filles a eu la bonté de me jeter ce petit carnet hier. Le tout avec un rictus moqueur.
Je vais essayer de retracer les événements. Ça m’aidera à ne pas devenir fou.
Un soir, je suis entré ici pour demander mon chemin, je m’étais perdu. Je cherchais cette salle de muscu qui devait se trouver dans le coin.
Mais, égaré dans cette espèce de no mans land de zone industrielle où tout se ressemble, je me suis arrêté ICI…
J’étais cool pourtant : « Bonsoir, savez vous où se trouve la salle de sport ? C’est ici ? »
Une dizaine de filles étaient là, silencieuses. Elles se sont regardées. Une a fait un signe. Et j’ai senti la douleur, fulgurante. Puis plus rien. Le trou noir.
 
Je me suis retrouvé dans cette espèce de caveau entièrement capitonné. Ma cheville était prise dans un anneau relié au mur par une chaîne. Solide. J’ai testé.
J’ai un matelas posé au sol, mais il est bien garni d’oreillers et couvertures.
Et aucune fenêtre pour égayer ma prison.
Des chiottes et un lavabo à l’autre bout. La longueur de la chaîne me permet tout juste d’y accéder.
Cependant, je peux me doucher à chaque fois qu’elles m’utilisent. Une tient la laisse, comme elles disent gracieusement et une autre me met en joue avec un flingue.
Impossible de tenter quoi que ce soit.
 
Je suis en vie, mais j’ai une putain de trouille…
 
 
Les semaines défilent. J’ai un petit poste de radio. Elles ont eu pitié de moi. Mais, je ne capte pas grand-chose.
Si j’ai bien compté, ça fait trois putains de semaines que je suis ici. Je commence presque à m’y faire. Elles ne veulent pas ma mort. Peut-être plus tard cependant.
Je ne dois pas être le premier. D’autres sont probablement passés par là. Après s’être lassées, elles ont dû les zigouiller. Ou bien alors ils n’étaient pas assez performants. Par chance, je suis sportif. Mes heures de muscu, de courses, de stretching m’aident à rester en vie.
Hier, j’ai même eu droit à un compliment de leur chef, une espèce de virago infernale. Je me suis surpris à la remercier.
Autre événement inquiétant, je commence à me regarder de plus en plus dans ces foutus miroirs – il y en de partout – pour vérifier si mes positions sont bonnes. Et pire encore, j’essaie de me corriger.
Il faut dire que je mets du mien.
Ça leur plaît un max.
 
Et moi je reste en vie…
      
 
Elles m’ont offert une nouvelle tenue. Celle-ci doit plus les inspirer. J’ai de la chance, elles ont du goût, j’évite les paillettes.
J’ai commencé avec les treize, quatorze ans. Elles sont plus légères, mais plus maladroites.
Dieu merci, je ne prends pas les plus petites. Elles sont trop jeunes.
Le pire, ce sont les vieilles. Il y en a une de quarante-cinq ans qui me saute dessus avec une énergie démente. Celle-là va probablement me tuer. D’ailleurs, souvent c’est elle qui tient le flingue quand je me douche. Son regard me fait peur. Je sens de mauvaises ondes en elle.
Et de mauvaises odeurs aussi…
Mais c’est étrange, elles prennent soin de moi. Hier j’ai eu droit à un petit gâteau, et un paquet de pastilles vichy. Ne me demandez pas pourquoi je n’en ai aucune idée.
 
Je m’inquiète pour mes parents. Ils doivent se demander ce que je suis devenu.
 
Mais je suis toujours en vie !
     
 
Hier, je me suis défoncé. Sérieux, j’y prends goût. Surtout quand je suis avec la beauté blonde de vingt ans aux jambes d’une infinie longueur et dont elle fait ce qu’elle veut. Elle monte sa jambe jusqu’à l’oreille avec langueur tout en me fixant dans les yeux. Inutile de vous dire que je suis passablement excité. Cette nuit, je me suis surpris à me masturber en pensant à elle.
Je dois de toute façon faire des exercices même dans ma chambre. Elles m’ont refilé de quoi travailler. Une espèce d’élastique assez barbare. Il faudra qu’elles me montrent comment bien m’en servir. J’ai peur de trop forcer, il ne faudrait pas que je me blesse.
Sinon, la vieille ne me lâche pas. Un enfer. En plus elle a encore grossi.
J’ai fait toute une série avec elle. Elle se jette de tout son poids et elle n’essaie même pas d’amortir. Je n’arrive pas à la soulever correctement.
Elle m’a amené aussi une série de bouquins. C’est assez sympa. Sauf que ses goûts me font un peu chier, trop littéraire pour moi. Je ne suis pas certain de tout comprendre… Un bon SAS me ferait bien mieux passer le temps qu’un foutu Goncourt. Enfin, je vais peut-être finir par aimer.
 
De toute façon tout est bon pour me garder en vie.
Je lis, je lis, je lis.
Bon, au final ça me plaît. Pas très réjouissant certes, mais vu ma situation, rien ne peut vraiment me faire rire.
 
Ce soir, elles étaient excitées comme des puces. Elles essayaient leurs costumes… Un véritable défilé. Et à qui s’extasiait sur la couleur du jupon, à qui comptait les couches de tulle, d’autres caressaient d’un doigt rêveur les paillettes et rubans.
 
Tout devait être prêt pour le 30 juin.
Et moi ? Elles m’ont donné le mien… J’ai dû enfiler collant, tunique, le tout orné de galon d’or, de sequins et de perles. Mais j’étais assez à l’aise et j’avais de l’allure.
Je ferai peut-être illusion sur scène.
Elles avaient un mec pour leurs portés.
 
Elles ne me lâcheront jamais…
Dancernapping

Facenu dighjà dui ghjorni ch’o sò serratu quì dentru stu chjaccone.
Una di e zitelle m’hà lampatu per bravezza stu taccuinu eri, incù un sgrignu scherzosu.
Aghj’à pruvà à discrive l’avvenimenti. M’aiuterà à ùn diventà scemu.
 
Una sera, sò entratu quì per dumandà a mio strada, chì m’eru persu. Circava sta sala di muscù chì si seria trova in stu cantu.
Ma persu in sta spezia di no-man’s-land di zona industriale duve tuttu s’assumiglia, m’eru piantatu QUÌ…
 
Sò statu calmu puru : « Bonghjornu, a sala di sportu ? »
Una decina di femine eranu custì, silenziose. Sì sò fighjulate tra d’elle. Una hà fattu un segnu. È aghju sentitu u dulore, punghjente. Pò, più nunda. U bughju neru.
 
Mi sò ripigliatu dentru sta spezia di tumbinu imbuttitu sanu sanu. A mio cavichja era ammagliata dentru un chjerchju riligatu à u muru da una catena. Solida. Aghju pruvatu.
Ùn c’hè nisun finestra, nunda.
Aghju una strapunta posta in terra, ma hè bellu furnitu di piumazzi è cuvartoghji.
Cacatoghji è un lavatoghju à l’altru fondu. A lunghezza di a catena mi permette pelu pelu di ghjunghjecci.
Eppuru, mi possu duscià ogni volta ch’elle facenu usu di mè. Una tene a funa – cum’elle dicenu graziosamente – è un altra mi minaccia incù un fucò.
Impussibile di pruvà qualunque cosa.
 
Sò in vita, ma ostia parata, chì cacagliula !
 
 
E settimane scorrenu. Aghju un picculu postu di radiò. Anu avutu pietà di mè. Ma ùn cattu tant’affare.
S’o aghju calculatu bè, facenu trè porche madone di settimane ch’o sò quì. Principiu quasi à adattàmmi. Ùn mi volenu micca mortu. Forse dopu, tuttavia.
Ùn devu esse u primu. D’altri sò prubabilmente passati per chivi anzi mè. Dopu esse si sbramate, l’averanu stuppulati. O allora, forse ùn eranu à bastanza capace. Per furtuna, sò un spurtivu. E mio ore di muscù, di corse, di stretching m’aiutanu à firmà in vita.
Eri, aghju ancu avutu u drittu à un cumplimentu da a so capizzone, una spezia d’umesca infirnale. Mi sò ancu surpresu à ringraziànnella.
Altru fattu affannosu : principiu à fighjulàmmi sempre di più dentru sti maladetti spechji – ci n’hè dapertuttu – per cuntrullà s’e e mio pusizione sò bone. È ancu peghju, cercu d’amendàmmi.
Ci tocc’à dì ch’o ci mettu u meiu.
Li piace un massì.
 
È eiu, fermu in vita…
 
 
M’anu rigalatu una tenuta nova. Quessa custì a l’ispirerà di più. Sò furtunatu ch’elle sianu gustevule ; cansu e lustrine.
Aghju principiatu incù quelle di tredeci è quatordeci anni. Sò più lesule, ma più sgalabate.
 
Ancu di grazie, ùn mi pigliu micca e più chjuche. Sò troppu ghjovane.
U peghju, sò e vechje. Ci n’hè una di quaranta cinqu’anni chì mi saltà annantu incù una forza pazza. Quessa, m’hà da tumbà cusì. D’altronde, spessu, hè ella chì tene a pistola quandu mi dusciu. U so sguardu mi face paura. Sentu onde nucive in ella.
Puzza dinù…
Ma, hè straniu, piglianu gran primura di mè. Eri, aghju avutu drittu à un picculu pastadolce è un pacchettu di pastiglie vichy. Ùn mi dumandate micca perchè, ùn a sò mancu per more.
Mi frastornu per i mio parenti. Si dumanderanu cosa sò duvintatu.
Ma sò sempre in vita !
 
 
Eri, mi sò impiazzatu à più pudè. Da veru, ci pigliu piacè. Sopra tuttu quandu sò incù a bellezza bionda di vint’anni chì tene ghjambe d’una lunghezza infinita, è da e quale face cio ch’ella vole. Colla a so ghjamba fin’à l’arechja cun langore attempu appinzendummi dentru l’ochji. Ùn vale à pena di dìvvi ch’o sò abbastanza in bullore. Sta notte, mi sò ritrovu à fàmmi una sega pensendu à ella…
Inoltre, aghju da fà esercizii ancu in a mio camera. M’anu stallatu di ch’è travaglià in a mio camera. Una spezia di stinzarinu à bastanza barbaricu. Ci vuleria ch’elle mi mostrinu cumu ghjuvàssinne à u megliu. Aghju paura di troppu furzà, ùn ci vuleria micca ch’o mi ferisca.
 
È pò, c’hè a vechja ch’ùn mi cappia micca. Un infernu. In più di què, hè torna ingrassata.
Tutt’una successione cun ella… Sì lampa di tuttu u so pesu senza mancu pruvà d’amurtì. Ùn ci ghjunghju micca à pisàlla à currezzione.
M’hà purtatu dinù una mansa di libri. Hè propiu simpà. Fora chì i so gusti mi facenu un pocu cacà, troppu littirarii per mè. Ùn sò certu di capì tuttu.
Un bon’SAS mi feria assai megliu passà u tempu ch’una rubaccia di Goncourt.
Infine, forse chì ultimeraghju per apprezzà.
 
In ogni modu, tuttu hè bonu per tenemmi in vita.
 
Leghju, leghju, leghju,…
Bon, in fatta fine, mi piace. Micca assai ralegrante, di sicuru, ma à u vistu di a mio situazione, nunda ùn pò veramente fàmmi ride.
Sta sera, eranu azzizzate quante puce. Pruvavanu e so vistura… una sfilata verace ! À quale s’estasiava per u culore di a gunella, à quale cuntava i soli di tullu, d’altre accarizzavanu d’un dittu distrattu lustrine è frisgetti.
 
 
Tuttu devia esse prontu per u trenta di ghjunghju.
È eiu ?
M’anu datu u meiu…
Aghju devutu infilà u strettu, a tunica, u tuttu fiuritu di gallone d’oru, di zicchinu, di perule.
Ma eru assai cun asgiu, è aviu bell’andatura.
Illuderaghju podasse nant’à a scena.
Avianu un tipu per e so purtate.
 
Ùn mi cappieranu mai…


[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...