Bloggu litterariu corsu

u 3 di Farraghju 2013 - scrittu dà Pierrette Orsucci - lettu 212 volte

Chanson pour une guitare


Chanson pour une guitare
Quand tu caresses la douceur de sa peau
Que tu la serre contre toi
Je suis jalouse

Quand j’entends les mots que tu lui murmures
Qu’elle te fait hurler
Je suis jalouse

Quand ses courbes se glissent au creux de tes mains
En déliés et pleins
Je suis jalouse

Quand elle est blottie contre toi, étroite étreinte,
Qu’elle se colle à ta peau
Je suis jalouse

Quand j’écoute sa voix gémir, crier,
Se mêler à la tienne
Je suis jalouse

Quand tes mains l’effleurent, la frôlent
L’agrippent corps accord
Je suis jalouse

Quand tu lui dis ces choses que je ne sais pas
Cœur à cœur
Je suis jalouse

Je suis jalouse
Du temps qu’elle passe dans tes bras
Des secrets qu’elle connaît
Des touchés inédits
Des promesses inconnues
Que tu inventes pour elle
Je suis jalouse…

 


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...