Bloggu litterariu corsu

u 13 di Farraghju 2013 - scrittu dà - lettu 296 volte

Bomber Heart


Il joue du palonnier et du manche. L’avion vire sur son aile. Tout est trop calme. Il a froid, très froid.
Ça va leur tomber dessus.
Les défenses antiaériennes vont sûrement canarder. Ses potes, derrière, comptent sur sa chance. Il faut juste passer à travers, en serrant les fesses. Si les Messerschmitt ne leur foncent pas dessus – ils sont opérationnels même de nuit, les salauds – ils s’en tireront peut-être.
De toute façon ils n’ont pas le choix. C’est ça ou Hitler à Londres.
Le ronron des quatre moulins de son Lancaster baigne leur cabine. Ce bruit régulier est rassurant. Mais il sait que tout ça est aléatoire.
La DCA est en action. Il fait courir son avion entre les obus, c’est probablement une question de secondes avant que tout ne soit fini.
Un appareil en flamme traverse son champ de vision… il ne sait pas lequel. Un pote, certainement. Son cœur se serre fugitivement, sept morts. Il aura le temps de pleurer après. S’il reste vivant…
Impact… La carlingue tremble, l’avion regimbe, crie sa douleur, mais il en reste maître malgré tout. Il entend les hurlements. On crie ici aussi. Il se concentre sur ses instruments, mais ils sont tachés de sang, il gicle et semble envahir la console, couvrir ses cadrans. Son copilote ? Il verra plus tard. S’il le peut.
Il a froid, mais il transpire. Il croit qu’il hurle aussi.
 
Il se réveilla.
Il calma sa respiration ses pleurs, ses peurs. Il était chez lui, dans sa maison aux volets clos et Big Ben continuait de rythmer leur vie.
Alors la phrase s’insinua dans sa tête. Celle qu’il devait écrire.
 
Cheryl se jeta à ses pieds, les mains suppliantes, le regard baigné de larmes. Son désespoir, ses regrets étaient visibles. Mais Winston était déterminé. Il devait partir.
 
Il se redressa. Alluma sa lampe, deux heures trente.
Il passa sa main sur son crâne. Ses cheveux devenus plus rares étaient encore collants de sueur.
Il savait qu’il ne se rendormirait pas. Alors, autant le faire. Écrire, chasser les démons, et faire rêver.
Il s’installa devant son ordinateur. Il avait abandonné sa vieille machine avec regret, mais il se félicitait de pouvoir s’adapter encore au progrès.
 
Elle resta à même le sol, appuyée contre un mur. Il ne devait pas partir. La petite phrase tournait dans sa tête, mais elle ne savait comment faire pour le retenir. Elle restait indécise, se tordant les mains…
 
Il hésita, elle ne devait pas paraître trop idiote tout de même, naïve, certes, mais pas stupide.
Il aimait bien cette fille. Elle méritait un meilleur sort qu’être abandonnée par un crétin.
Mais elle allait bientôt sécher ses larmes…
 
Elle finit par se redresser, faisant face à son miroir. Sa vie ne serait pas ainsi. Elle ne finirait pas vieille fille et seule.
Dès demain elle écrirait à sa cousine, qui la pressait de venir travailler à l’hôpital de fortune qui s’était ouvert au château. Les blessés s’y pressaient. Elle oublierait ses malheurs là-bas. Et puis les séjours qu’elle y avait effectués avaient été si passionnants ! En saison, ce n’était que dîner et bal. Certes, l’atmosphère y était certainement plus sombre, mais certainement rien d’affreux.
 
Peut être pas stupide, mais aveugle tout de même et égoïste. Mais elle était ainsi et il tenait à sa ligne directrice.
Le temps filait. Mais son histoire avançait.
 
Elle fixait le blessé. Figée, elle n’effectuait pas le moindre geste, avec sa bassine à la main, totalement horrifiée par ce qu’elle appréhendait. Il n’avait plus de jambes.
L’infirmière la bouscula, et lui jeta un regard noir.
Il ne fallait pas montrer son trouble au malade, jamais, mademoiselle, lui avait on dit.
Sur un autre lit, un autre invalide levait la main. Elle se précipita, tentant de se rendre utile, coûte que coûte.
 
Pourquoi avait-il placé cette histoire en 1916 ? On pleurerait dans les chambrettes. Mais lui ça le minait.
 
Il avait des yeux bleus comme le ciel, aussi clair et lumineux, et le plus incroyable c’est qu’il lui souriait. Charles, Charles Pinkerton, avait-il précisé.
 
Quatre heures. Il n’avait cessé d’écrire. Il pleuvait dehors, l’humidité était palpable.
Malgré le thé, et sa robe de chambre molletonnée, il frissonnait.
Il devait se recoucher.
Mais il savait que les mêmes images d’horreur allaient envahir son esprit. Celles-là, et d’autres.
Il prit la vieille photographie qui trônait sur son bureau : son appareil et son équipage.
Le seul survivant avait pris la photo.
 
Il n’était pas dessus.
 

(Ce texte rend hommage de manière modeste et certainement maladroite à un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, appartenant au célèbre Bomber Command, un corps composé d’Anglais, mais aussi d’engagés venus des autres pays d’Europe. Ils étaient chargés, entre autres, de bombarder l’Allemagne. Ils subirent des pertes effroyables. Cet homme Bill Spence, après avoir écrit 36 westerns et 25 romans dits « à l’eau de rose » sous le pseudonyme de « Jessica Blair », vient, du haut de ses 89 ans, de révéler à la presse son incroyable supercherie… Seul, son premier livre paru sous son nom en 1959 fait vraiment référence à ce qu’il a vécu : Enfer noir. Bravo Monsieur !)
Bomber Heart

Maneghja u bilancinu è e cummande. L’avione vultula nant’à a so ale. Tuttu hè calmu. Hà fretu, assai fretu. Li hà da succede.
E difese antiàerie anu da muschittà da sicuru. I so cumpagni, daretu, contanu nant’à a so furtuna. Ci vole solu francà si la prichendu. S’e i Messerschmitt ùn l’incuccianu micca adossu – chì quelle rubaccie, sò uperaziunale ancu di notte – si ne surteranu forse.
D’altronde, scelte ùn ne anu tante. O què, o Hitler in Londra.
U bufunime di i quattru mutori di u so Lancaster inciccia a so cabina. Stu rimore regulare hè rassicurante. Ma ellu sà ch’è tuttu què viaghja à l’incertu.
A DCA si mette in ballu. Face corre u so avione à mezu à l’obusi, hè prubabilmente un affare di siconde nanzu chì tuttu sia compiu.
Un apparechju infiaratu atraversa u so campu di l’ochju… ùn sà micca u quale. Un amicacciu, di sicuru. U soc ore si stringhje à scappera, sette morti. Piglierà u tempu di pienghje dopu. S’ellu ferma vivu…
Impattu… L’abitàculu trema, l’avione elzicula, mughja u so dulore, ma ne ferma maestru puru puru. Sente i stridi. Si briona quì dinù. Si cuncentra anant’à i so ardigni, ma elli sò macagnati di sangue, schizza, è pare invadì a cunsola, copre e so mostre. U so copilotu ? Vederà dopu. S’ellu a pò. A u fretu, ma suda. Li pare di rughjà, dinù.


Si svegliò.
Calmò u so rispiru, i so pienti, e so paura. Era ind’è ellu, dentru a so casa à e lembre chjose, è Big Ben cuntinuava à scandì a so vita.
Tandu a frasa si ficcò in a so mente, quella ch’ellu avia da scrive.

Cheryl sì lampò à i so pedi, e mane supplicante, u sguardu empiitu di lacrime. U so addisperu, i so rimpienti eranu vedèvuli. Ma Winston era risulutu. Avia da parte.

S’aisò. Accese a so lampana, duie ore è mezu.
Si passò a manu nant’à a chjocca. I so capelli, duvintati più scarsi, eranu firmati impicciati da u sudore.
Sapia ch’ùn si riadruminteria più. Tandu, megliu à fà la. Scrive, caccià si a picòndria, è fà sunnià.
Sì stallò à u so urdinatore. Avia tralasciatu a so vechja màcchina da scrive à malincore, ma sì rallegrava di pudè adattà si fin’ora à u prugressu.

Ella firmò in àbitu à a terra, appughjata contr’à un muru. Ùn devia micca parte. A piccula frasa vugava dentru u so capu, ma ùn sapia cumu fà per ritene lu. Firmava indicisa, torcendu si e mane…

Esitò ; ùn avia micca da sembrà troppu sciocca quantunque, niscentre, di sicuru, ma micca zòtica.
A tenia bè, sta femina. Ella meritava una mèglia sorte ch’e d’esse abbandunata da una nàrpia simile.
Ma fra pocu, averia da assicà e so lacrime…

Per fine, s’addirizzò, fendu fronte à u so spechju. A so vita ùn seria micca cusì. Ùn a compieria micca figlia è sola. Sùbbitu dumane, scriveria à a so cucina, chì a chjamava per vene travaglià à l’uspitale di furtuna chì era statu apertu in u castellu. I feriti si ci affullavanu. Si scurderia di e so disgrazie quallà. È pò i sighjorni ch’ella ci avia fattu eranu statu cusì passiunanti ! Di stagione, ùn eranu ch’e pranzi è balli. Di sicuru chì l’èmbiu ci seria duvintatu assai più scuru, ma nunda d’orrìbile, senza in forse !

Zòtica, podasse micca, ma quantunque ceca, è eguista. Ma ella era cusì, è ellu, ci tenia à a so andatura.
U tempu scappava, ma a so storia avanzava.

Appinzava l’ochji nant’à u feritu. Intustata, ùn eseguia u più minimu gestu, incù a so conca in manu, propiu innuridita da cio ch’ella temia. Ùn avia più anche.
L’infirmiera a scuzzulò, è li mandò un uchjata gattiva.
Ùn ci vulia micca palisà u so tòrbidu à u malatu, mai ch’ella sia, o damicella, li era statu detta.
Nant’à un altru lettu, un altru invàlidu alzava a so manu. Sì ci lampò, pruvendu à rende si ghjuvevule à ogni costu.

Perchè avè situatu sta storia in u 1916 ? Sì piinghjeria in e camaruchje, ma à ellu, u cunsummava.

Tenia ochji turchini quante u celu, cusì chjari è luminosi, è u più incredìbile era ch’ellu li surridia. Charles, Charles Pinkerton, ellu avia pricisatu.

Quattr’ore. Ùn avia piantatu di scrive. Piuvia fora, è u mullume era palpèvule.
À discàpitu di u té, è di a so vistàglia mullittunata, ellu frizzinava.
Sì duvia chjinà di novu.
Ma sapia propiu ch’e e stesse màgine d’orrore avianu da prende torna a so mente. Quesse quì, è pò d’altre.
Pigliò u vechju ritrattu chì trunighjava nant’à u so tavulinu : u so apparechju è u so equipàghju.
L’unicu sopravvivente avia fattu u ritrattu.

Ùn era micca nantu.


(Stu testu rende ommàgiu, di manera sèmplice, è certamente sgalabata à veteranu di a Seconda Guerra Mundiale, chì appartenia à u famosu Bomber Command, un corpu cumpostu d’Inglesi, ma dinù di vulintàrii venuti di l’altri paesi d’Auropa. Eranu incaricati, fra altru, di bumbardà l’Allimagna. Subinu pèrdite spavintose. Quest’omu, Bill Spence, dopu à avè scrittu 36 westerns è 25 rumanzi, detti « di fiori », sott’à u fintunome di « Jessica Blair », vene, da sopra à i so 89 anni, di svelà à a stampà u so ingannu incredìbile… Solu u so primu libru, escitu sott’à u so nome, in u 1959, parla propiu di cio ch’ellu hà campatu : Infernu neru.)


(Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci)


              



Dà leghje dinù

Ritornu - 03/05/2017

Sagapo - 29/10/2016

Parapachja - 11/06/2016

Ballu di rime - 08/06/2016

Mondu - 09/05/2016

Microcosme - 19/04/2016

Tobby - 12/02/2016

Le net a disparu - 01/11/2015

Scontru - 04/03/2015

Démission - 11/02/2015

Deus ex machina - 08/02/2015

Parallèles - 15/01/2015

L'omu di Cagna - 11/12/2014

Bogue - 09/10/2014

Sourire blanc - 03/10/2014

Poésie - 01/10/2014

Nature Loving - 04/09/2014

Mise au vert - 28/08/2014

Au revoir Maurice - 18/08/2014

Sous son aile - 13/08/2014

Recherche - 18/07/2014

Vols en écaille - 02/07/2014

Chant d'étoiles - 19/06/2014

Vertigo - 15/05/2014

Cavernes - 29/03/2014

L’esiliatu - 21/03/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...