Bloggu litterariu corsu

u 26 di Lugliu 2013 - scrittu dà - lettu 124 volte

Agriate


Une terre de pierre…abandonnée, disgraziata, parcourue de courts buissons odorants, depuis longtemps ravagée par le feu, arbustes aux lignes tourmentées, s’accrochant à leur socle de racines noueuses, envers et contre tout.
 
Et pourtant…Je fixe avec les jumelles cette côte déchirée et il me semble déceler des signes d’humanité au milieu de ce chaos de roches et de maquis. Signes bien cachés sous des siècles d’abandon mais qui émergent ça et là.
D’anciennes cultures, devenue friches folles, s’étagent le long de certains coteaux et au fond de certains vallons plus verts que d’autres, et où l’on devine la présence infime d’eau.
Ici, des excroissances de pierres étranges, se dressent vers les cieux, comme autant de suppliques muettes, restes probables d’anciennes masures, voir d’une vieille chapelle, oubliée et perdue, au crucifix longtemps disparu, clamant la foi de quelques fidèles cherchant à imposer Dieu dans les moindres replis que la nature leur offre, imposant un saint quelconque à ces lieux, afin de s’attirer une aléatoire protection.
Il me plait d’imaginer aussi la présence d’un fortin, autour duquel quelques échauffourées sanglantes se seraient déroulées, quelques luttes contre des envahisseurs venus prendre leur quota d’esclaves.
 
Mais il est un signe qui ne trompe pas et qui ne vient pas de mes délires visuels dus à une imagination débordante, ce sont les murs qui strient cette terre devenue inculte.
Des serpentins de pierres qui s’insinuent entre les collines, les falaises, les affleurements rocheux, les vallées et les rus, murs élaborés par des mains calleuses et rudes, par la sueur des hommes courbés, sous les rayons torrides d’un soleil parfois sans pitié, ou sous les bourrasque de neige, alors que le vent arrache des plaintes aux rochers de granit, sentinelles immuables et indifférentes au sort des êtres qui s’acharnent, se partageant leur sol en parcelles étriquées, lopin défendu jalousement, que l’on gratte avec les ongles pour une maigre récolte qui plus tard, sera battue dans l’aghja mystique, dont il ne reste plus aujourd’hui qu’un cercle de cailloux, envahi de ronces folles, ce lieu sacré où les récoltes subissaient leur ultime transformation avant de rejoindre les greniers.
Malgré mes jumelles, je ne vois plus rien de ceci, à part ces épines dorsales, ces murs patiemment élevé, année après année, toujours visibles, un peu comme des dizaines de minuscules murailles de Chine vues du ciel.
 
Les hommes ont fini par perdre, et par fuir cette terre trop exigeante, de leur présence, il n’en reste plus que quelques restes refroidis, et les touristes prennent possession des lieux en foulant de leurs pieds ignorants des siècles d’occupation et nommant ce lieu désert, alors qu’il ne l’est devenu que par oubli.

Agriate

Una terra di petre… abbandunata, disgraziata, percorsa d’alti sèpali adurosi,  sterpata da u focu dipoi cusì longu, arbusti cun linèe straziate, appittichendu si à u so zòcculu di ràdiche nudose, à dispettu di tuttu.
 
È puru… incù i cannùchjali, appinzu l’ochji nant’à sta costa strappata, è mi pare di spanticà qualchi segni d’umanità à mezu à quellu scempiu di rocche è di machja. Segni cusì bè nascosi sott’à tanti seculi d’abbandonu, ma chì spuntanu quì è culà.
Anziane culture, duvintate sòdule tonte, disposte à scalinu u longu di certi poghji, è in fondu di certi valli più verdi ch’e l’altri, è induve si strulaga a presenza infima d’acqua.
Custì, crisciture di petre stranie s’alzanu versu i celi, quante tante sùppliche mute, vistiche probàbile d’antichi casalotti, anzì d’una vechja cappella, dimenticata è persa, incù u so crucifissu smaritu dapoi longu, cume per rughjà a fede di qualchi cristiani, bramendu d’impone Diu in e più minime sinuosità rigalate da a natura, sottumittendu quelli lochi à un qualunque santu, per pudè assicurà si una prutezzione incerta.
Tandu mi piace à imaginà dinù a presenza d’un castillettu, in giru à u quale si serianu svultugliate qualchi sanguinosi azzuffi, qualche lotte contr’à invasori venuti à piglià u so quota di schjavi.
 
Ma ci ferma un segnu ch’ùn falta micca, è ch’ùn hè micca per via di i mio delìrii visuali nati d’un imaginazione strapiena, sò i muri chì riganu sta terra duvintata aspriva.
Serpentini di petre chì si ficcanu tra e culline, i teppali, a vinuta à fiore di u scogliu, e valle è i guadelli, muri fatti da mani caghjosi è aspre, da u sudore di l’omi chjimbati, sott’à a sciappittana d’un sole certe volte spietatu, o sott’à l’imburrascate di neve, mentre chì u ventu munghje à i scoglii di granitu, sintinelle immutèvule è indiffarente à a sorte di l’essàri chì s’azzippanu, spartendu si a so terra in fette rinstrinte, linzette diffese cun ghjelusìa, ch’omu ruspa à grinfiate per ottene una corcia racolta chì più tardi serà battuta dentru l’aghja mìstica, da a quale ùn ferma più oghje ch’ùn cerchju di pitrùccule, invaditu da a lamaghja scatinata, quellu locu sacru duve e racolte subianu a so ultima trasfurmazione prima di raghjunghje i granaghji.
À discàpitu di i mio cannuchjali, ùn vecu più nunda di tuttu què, fora di quesse schjene, quessi muri alzati cun pacienza, un annu dopu à altru, sempre visìbile, assumigliendu si appena à decine di muragliette di China chjuculelle, viste da u celu.
 
Per fine, l’omi anu persu, è sò scappati di sta terra cusì esigente, mentre chì di a so presenza, ùn ferma più ch’e qualchi resti rifriddati, è chì i turisti piglianu pussessu di sti lochi, sfragichendu di i so pedi gnurenti seculi d’uccupazione, è chjamendu stu locu disertu allora ch’ellu ùn l’hè duvintatu ch’e per scordu.
 


[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci]


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...