Bloggu litterariu corsu

u 10 di Marzu 2013 - scrittu dà Pierrette Orsucci - lettu 295 volte

A l'ombre de mes nuits blanches...


A l'ombre de mes nuits blanches...
La nuit, sourde aux cris du jour,
Me souvient de mes amours,
Elle rêve, douce, à demain,
A ce que seront mes matins,
Elle dessine les pourtours
D'un nouveau troubadour

Il murmure une promesse
Inachevée, des peut-être, caresse
Et me demande pourquoi pas
Les mots vibrent, tournent
Et je me demande pourquoi pas
Puis il virevolte, ajourne

Alors revient l’hésitation,
Est-elle réelle l’invitation ?
De nouveaux mots, un nouveau jeu
Le désir de toucher au feu
D’en sentir la brûlure
Quitte à en être d’une autre blessure

Est-elle partagée cette attente
Cette envie qui grandit, latente,
Et me fait dire pourquoi pas
Les mots vibrent, tournent
Dira-t-il pourquoi pas ?
Mais la nuit est là, elle détourne

Au jour venant les interrogations
Toutes mes fragiles et subtiles questions
Que faire ? Se hasarder, abdiquer,
Tenter, déserter, s’aventurer, s’abandonner
Redessiner les contours
S’essayer à un nouvel amour…


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

​Armistice - 14/11/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...