Bloggu litterariu corsu

u 28 di Lugliu 2013 - scrittu dà Francesco - lettu 146 volte

A Furtezza


A Furtezza di a Raghjò e di u Dirittu era, dipoi millaie d’anni l’estrema fruntera di punente di l’Imperu di a Verità Incuntestevule.
Era una furtezza assai vasta, pudente, longa dicine di chilomitri, di qualessa e mura s’addrizzavanu per centinaia di metre annantu à un promontoriu sciappalescu accircundatu su tre canti da un uceanu in perpetua timpesta mentre daretu à ella si stendeva una fosca e triste piana.
Un ci eranu chì unipoche ligende chì cuncernevanu u periodu precedente à a so costruttura.
Omu sapia chì in a piazza di a furtezza ci era stata una grande cità, a cità di l’Amore fraternu di qualessa e case è e mura di un mirabile aspettu eranu state costruite da una civilizazione assai avanzata è da tempu estinta.
Era una cità assai ricca è felice è dipoi u so portu partianu e navi chì pescaianu in u vastu Uceanu di l’Incumprensione chì si stendeva davanti à ella è e navi mercantili chi andavanu a cummercià incù u luntanu Imperu di l’Irraziunale Viulenza, à u di là di l’uceanu.
Ma un ghjornu, ùn si sa cume, a cità era stata sterpata da una forza scunnisciuta è i so abitanti eranu smariti senza lascià traccia.
Annantu e so poche ruvine era stata custruita a Furtezza.
Tutti i suldati di l’Imperu di a Verità Incuntestevule eranu ubbligati à passà almenu un annu di serviziu in a guernigione di a furtezza.
Era un serviziu duru, luntanu di a so famiglia, in mezu a un desertu fisicu e spirituali. Assai pocu si sapia à propositu di l’Imperu di l’Irraziunale Viulenza : solu pochi curagiosi l’avianu raghjuntu è assai menu eranu vultati.
I so raconti parlavanu di un mondu d’angosce è d’allucinamentu induve regnavanu solu u soldu, l’individualismu, a cupidità è l’imbizione sfrinata chì quallà eranu cunsiderati cume valori.
Un ghjornu, à rompe l’attediu, l’Imperadore ellu stessu era vinutu à visità a Furtezza. Dopu avè compiu u giru di e furtificazione avia fattu una breffa discursata à a guernigione, cuncolta nantu à a piazza d’arme
« Cari suldati, figlioli mei, questa furtezza chì voi difendite hè l’ultimu riparu di a nostra civilizazione ! Noi ùn sapimu esattamente chì imbrugnata gabazione si piatta à u di là di l’uceanu ma di una cosa simu sicuri, s’è un ghjornu ella duvesse palisarsi davanti à noi, u nostru duvè murale seria di opponesi incù tutte e nostre forze, in nome di a nostra superiore civilizazione ! »
 
Poi, partitu l’imperadore, i ghjorni avianu ripigliatu à passà, attidiosi cume nanzu.
Un ghjornu i suldati aguattati vidisinu strani segni a l’orizonte : luci arcane eranu parute d’incantu qualche stonde è poi eranu smarite pocu dopu unu straniu tonu avia frombatu in l’aria per poi smarisce.
A sirena d’alarme risunnò per a furtezza è i suldati, quasgi felici per a novità, ragghjunsenu u so postu di cumbattimentu.
Ma nunda arrivò.
Torna i ghjorni, poi i mesi e in fine li anni passonu quandu ci fubbe un cambiamentu.
Era una di e tante ghjurnate grisgie però senza a pioggia cusì cummuni nantu à u territoriu induve si truvaia a furtezza incù issu celu incuncepibile chì omu ùn pudia capì si ci fussenu e nivule ò solu a nebbia à u di là di qualesse u sole, forse.
D’un colpu un fulmine schjarì u celu e un marosu tamantu apparve a l’orizonte, cume un marosu di tsunami ma centinaie di volte più altu.
I soldati di a furtezza firmaronu immobili, cume rapiti, mancu cerchendu di fughje chì tantu in realtà ùn ci era nisun locu induve fughje.
U marosu spazzò via tuttu è tuttu u mondu, durante l’agunia di l’annigamentu i suldati puderonu solu vede i grisgi vascelli nemichi passà sopra à a furtezza.
I corci suldati morironu finu à l’ultimu, molti senza mancu accorgesene, nimu li avia dettu chì davanti à l’ignotu è a i sentimi iraziunali nunda pudianu i nobili sentimi è u romanticismu è chì a vita di e persone hè cume una fiara suttrenante chì s’ammurza in una stonda di fronte à un ventu impitosu.
A Furtezza

La forteresse

La Forteresse du Droit et de la Raison était, depuis des milliers d’années, la frontière de l’extrême ouest de l’Empire de la Vérité Incontestable.
C’était une vaste et puissante forteresse, d’une longueur de dizaines de kilomètres, dont les murs se dressaient sur plusieurs centaines de mètres sur un promontoire rocheux entouré sur trois côtés par un océan en perpétuelle tempête et derrière laquelle s’étendait une plaine sombre et triste.
Il n’y avait que quelques légendes relatives à la période antérieure à sa construction.
On savait qu’à la place de la forteresse, il y avait eu une grande ville, la ville de l’Amour Fraternel, dont les maisons et les murs, d’une apparence admirable, avaient été construits par une civilisation hautement avancée qui s’était éteinte depuis longtemps.
C’était une ville riche et heureuse et de son port partaient les navires qui pêchaient dans le vaste Océan de l’Incompréhension qui s’étendait devant elle et les navires marchands qui commerçaient avec le lointain Empire de la Violence Irrationnelle, au de là de l’océan.
Mais un jour, personne ne sait comment, la ville avait été anéantie par une force mystérieuse et ses habitants avaient disparu sans laisser aucune trace.
Sur ses quelques ruines, la forteresse avait été construite.
Tous les soldats de l’Empire de la Vérité Incontestable étaient obligés de passer au moins une année de service dans la garnison de la forteresse.
C’était un dur service, loin de sa famille, au milieu d’un désert, physique et spirituel.
On savait très peu à propos de l’Empire de la Violence Irrationnelle : seulement quelques courageux l’avaient atteint et encore moins étaient rentrés.
Leurs histoires parlaient d’un monde de cauchemar et d’hallucination où il ne régnait que l’argent, l’individualisme, la cupidité et l’ambition effrénée qui là-bas étaient considérés comme des valeurs.
Un jour, pour briser l’ennui, l’Empereur lui-même avait effectué une visite au Fort.
Après avoir terminé la visite des fortifications il avait fait un bref discours à la garnison, réunie sur la Place d’Armes
« Chers soldats, mes enfants, cette forteresse que vous défendez est l’ultime rempart de notre civilisation ! Nous ne savons pas exactement quelle sombre menace se profile au de là de l’océan, mais d’une chose nous sommes sûrs : que, si elle un jour comparaîtra devant nous ce sera notre devoir moral de s’y opposer de toutes nos forces, au nom de notre supérieure civilisation ! »

Mais, parti l’empereur, les jours avaient recommencé à passer, ennuyeux comme avant.
Un jour, les soldats de guette avaient vu des signes étranges à l’horizon : des lumières mystérieuses avaient apparu comme par magie quelques instants, puis avaient disparu peu après, le tonnerre avait grondé étrange dans l’air et puis s’était lui aussi évanoui.
La sirène d’alarme retentit à la forteresse et les soldats, presque heureux de la nouvelle, avaient atteint leurs postes de combat.
Mais rien ne s’était passé.
Les jours, puis les mois et enfin les années passèrent quand il y eut un changement.
Il était l’un de ces nombreux jours gris, mais sans pluie si commun sur le territoire où se situait la forteresse avec ce ciel inconcevable qui, ce n’était pas compréhensible s’il n’y avait que des nuages ou du brouillard au-delà duquel le soleil, peut-être.
Soudain un foudre s’éclata dans le ciel et un vague gigantesque apparut à l’horizon, comme une vague de tsunami mais des centaines de fois plus haute.
Les soldats de la forteresse restèrent immobiles comme ravis, ne cherchant pas même de s’en fuir puisque en réalité il n’y avait aucune place pour s’en fuir.
La vague balaya toute chose et tout le monde, pendant l’agonie de la noyade les soldats purent seulement voir les gris vaisseaux ennemis passer au dessus de la forteresse.
Les pauvres soldats étaient morts jusqu’au dernier, souvent sans même s’en rendre compte, personne ne leur avait dit que face à l’inconnu et aux sentiments irrationnels rien ne pouvait le romantisme et les nobles sentiments et que la vie des gens est comme une flamme vacillante qui s’éteint dans un instant devant un vent impétueux.

[Traduzzione fatta da l'autore]


              



Dà leghje dinù

Mambo Italiano - 01/11/2017

Pace hè pace - 13/07/2017

Le miroir - 13/04/2017

Barbares - 29/03/2017

La chasseresse - 03/01/2017

Voile de soie - 18/06/2016

Stronzu Maé - 02/05/2016

Amour dévidé - 17/04/2016

Pour le bien de tous - 27/03/2016

Un train vers le sud - 17/03/2016

Passé antérieur - 27/12/2015

Scalpel - 14/07/2015

Trader démasqué - 27/11/2014

La guerre du Brocciu - 25/11/2014

Offrande - 10/10/2014

Sammy Lebienheureux - 12/07/2014

La mort de Thérèse - 13/06/2014

La répétition - 29/05/2014

Gentleman driver - 28/05/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...