Bloggu litterariu corsu

u 1mu di Dicembre 2013 - scrittu dà - lettu 225 volte

18-14


Marie a 18 ans aujourd’hui, elle s’est levé plus tôt qu’habituellement, elle refait ses nattes, met deux buches dans la cheminée, avale un bol du lait des vaches de la ferme, pousse la lourde porte d’entrée en bois et sort. L’air est vivifiant, elle voit un monde magnifique par le prisme de ses yeux de biche ; Georgette, l’oie rigolote, vient la saluer, elle rit de bonheur, le ciel est biblique, elle emprunte le chemin qui mène au grand champ parsemé de cyclamens où elle pourra rêver à celui qu’elle aime, Pierre…
 
Bien loin de là, le froid est sévère, le café transparent mais bien chaud, Pierre affute son outil les yeux pleins d’étoiles. Son camarade, Vincent, capte un peu d’espoir chez Pierre, ils sont biens rares les regards étoilés par ici.
Il faut faire le boulot, ils n’ont pas le choix.
 
Marie est assise sur un rocher plat au milieu des cyclamens, c’est ici qu’ils se sont embrassés pour la première fois, le ciel était rougeoyant.
Ils se sont promis de s’aimer pour la vie.
 
Pierre achève sa lettre à Marie, il la met précieusement dans la poche de sa capote croisée, surtout ne pas la souiller de cette maudite boue. 
Vincent a le même âge que Pierre, 21 ans, il est célibataire, il écrit a ses parents sans parler de ces maudits "totos" (poux) il y en a partout, cheveux, vêtements… Il ne parle pas des torpilles. Le déchirement produit par ces 50 kg de mélinite en éclatant est effroyable. Quand l’une d’elles tombe en pleine tranchée elle tue 15 à 20 hommes. Il ne parle pas de ces maudits rats qui bouffent les cadavres déterrés par les obus, dans des odeurs épouvantables, et mordent les vivants quand ils dorment… Il ne veut pas les inquiéter, ça lui ferait trop de peine et l’alourdirait encore plus. 
Ils ne pensent même plus à l’absurdité cruelle de cette guerre de tranchées, aucun des camps ne gagne du terrain mais ils perdent des milliers d’hommes.
Encore un café chaud, soyons fous, vivons dangereusement : de la gnôle ; cette nuit il a plu, les capotes ont gelé, il faut bien contrecarrer le mauvais sort; certains en ce moment même ont des vahinés qui dansent à portée de bras, putain…
Les allemands donnent l’assaut, les soldats sont en mode survie instinctive, Vincent est transpercé par une baïonnette, l’allemand ne peut retirer la lame coincée entre ses cotes, Pierre lui assène un terrible coup avec la pelle qu’il a consciencieusement aiguisé, il lui fend la face, le nez est ouvert en deux, comme une figue trop mûre qui va tomber au moindre souffle. Il massacre trois autres assaillants dans un bain de sang, ils sont encore tièdes que la meute de rats les entame en profondeur.
Les boches sont repoussés (achtung baïonnette fais un tour en bicyclette… dans l’au-delà…)
 
Marie va vers le lac vert et argenté, elle choisit des galets biens plats.
 - Si je fais plus de 8 ricochets mon amour reviendra très vite !
Premier essai, elle en fait onze, elle sourit à un merle chanteur.
 
L’homme est bien misérable, il suffit que quelques dirigeants soient d’humeur belliqueuse, histoire d’ego and co, pour que la meute suive aveuglément en servant de chair à canon brevetée, avec traçabilité. 
Maudite boue, de la glaise, pire que l’ennemi, ils grattent mais elle ne part jamais, il y en a jusque dans les rares aliments acheminés, gâtés eux aussi.
Alors il reste le pain de guerre et la viande de singe...
Vincent est mort, le ciel s’alourdit, la pluie arrive ventre à terre, Pierre creuse encore un peu plus son trou pour mettre le haut de son corps à l’abri. 
 
Marie plume quelques pigeons pour midi. Elle enroule les bardes de panzetta fumée autour des pigeons et ficelle le tout. Sale et poivre à l’intérieur. Badigeonne d’huile d’olive. Embroche.
Place la broche devant un feu de sarments de vigne et fait tourner régulièrement, en arrosant de temps en temps avec le jus qui tombe dans un plat.
Puis elle ôte la broche, déficèle et sert les pigeons accompagnés des flans aux oignons blancs et des tomates confites…
 
Pierre ne mangera pas ce soir, une rasade de gnôle et il se blottit dans son trou refuge, l’eau qui ruisselle sur son pantalon ne l’empêche pas de penser qu’en face l’ennemi vit le même enfer, ni de penser aux arbres fruitiers en fleurs, aux sources, aux champs de blé et aux vignes, aux siens; et surtout à Marie…
 
 
Paul, arrière petit fils de Pierre et de Marie interrompt un moment sa lecture un sanglot dans la voix, son copain, la larme à l’œil :
 - Ziva, la 18-14 !
18-14

Oghje, Maria hà diciott’anni. S’hè discitata di bon’ora oghje, più ch’è à u sòlitu. S’intriccia i capelli, mette dui ceppi in u caminu, inghjotte una cuppetta di latte da e vache di a tenuta, boga u purtone pisìu è esce. Sì disceta un aria guasgi falcone. Vede un mondu di meravìglia fra u spechju di i so ochji di cerva. Ghjurghjella, l’oca zirbulone, vene à salutà la. U celu hè bìbbiicu, li scappa una risa d’allegrezza. Piglia u caminu di u campu maiò, quellu spargugliatu di pippette, duve puderà sunnià à u so innammuratu, Petru…
 
Cusì luntanu di custì, hè aspru u fretu, hè tralucente u caffè ancu puru s’ell’hè caldu. L’ochji carchi à stelle, Petru arrota u so faru. U so cumpare, Vincenziu leghje in ellu un palmu di sperenza. Sò cusì scarsi i sguardi stillati per sti lochi.
Ci hè u travaglià à fà. Scelta ùn anu.
 
Hè pusata Maria nant’à un tighjale à mezu à e pippette. Hè chivi ch’elli sì sò basgiati per a prima volta. Tandu era infiaratu u celu.
S’eranu prumessu di tene si cari tutta a vita.
 
Petru compie a so lettera à Maria. A mette cun cura in a stacca di u so mantellu incruciatu per ùn  spurcà la micca incù sta fangaccia.
Vincenziu hà u stessu età ch’e ellu, vint’unu anni. Hè figliu. Hà scrittu à i so genitori senza parlà di sti "toto" maladetti (i pidochji) chì s’inficcanu dapertuttu, da i capelli à i vestiti… Ùn parla micca di e turpiglie. Di a strappera spavintèvule chì nasce di sti cinquanta chilò di melinite schjattendu. Quand’una casca in piena fossa, tomba da quindeci à vint’omi. Manc’una parolla per parlà di sti tupaccii chì manghjanu i corpi scavati da l’obusi in una puzza stumachèvule, i stessi topi chì mursighjanu i vivi addurmintati… Innò. Ellu, ùn vole micca inchietà li, chì l’impenseria assai troppu, è l’abbughjeria ancu di pi.
Un pensanu mancu più à l’assurdità crudella di sta guerra di e fosse. Un si vince pezzi di terra di nisun latu. Ma si perdenu millaghje di vite.
Torna un altru caffè caldu, è pò, focu à a ceppa, qualchi surpi d’acquavita. Hà piossu assai sta notte, incutrate sò i mantelli, è tandu, ci vole à scunghjurà a sorte ; è ci ne sò, in stu mumentu, chì sò ingirati da vahiné ballendu sott’à a manu, sangu’lla miseria…
Lampanu l’assaltu i tedeschi, è per i suldati ùn ferma più ch’è u stintu per sopravvive. Vincenziu hè trapanatu da una baiunetta. U tedescu ùn pò caccià u farru inchjuvatu tra duie coste. Petru li manda un colpu tremendu incù a vanga ch’ellu avia arrutatu cun tamanta cuscenza, li spacca a faccia, u nasu apertu quante un ficu troppu maturu chì s’hà da cade à u minimu soffiu. Ammazza torna trè altri assaltadori, subitu spizzati da a mansa di topi.
Sò rispinti i boscii (achtung, baiunetta, fà un giru in bicicletta… in l’aldilà…)
 
Sì ne tramuta Maria versu u lagu verde inarghjintatu. Si piglia còtuli piatti piatti.
 - S’o riesce à fà più di ottu ribàttule, tandu rivenerà u mio caru !
Prima prova. Ne face ondeci. Surride à una mèrula cantendu.
 
Poca robba ch’è l’omu. Basta qualchi dirigenti d’estri carnazzeri, per qualchi bugie d’ego and co, è u rochju seguita senza riflette, per ghjuvà di carne da macellu attestata è tracciabile.
Fangaccia maladetta ! Un arzilla peghju ch’e u nemicu. Ancu raspendu, mai ùn parte. Ne buscanu fin’à e poche marcanzìe arrecate. Fruste anc’elle.
Tandu, ùn ferma ch’è u pane schiettu è carne crudìccia…
Si n’hè mortu Vincenziu. U celu s’abbughja, ghjunghje a piossa, tutti in terra. Petru zappa torn’una cria di più per mette si à l’aggrondu.
 
Maria spiuma qualchi culombu per u meziornu. Avvinghja e fette di panzetta fumata in giru à i culombi, è appicca tuttu. U sale, u pèvaru. Qualchi cuchjara d’oliu alivetu. Imbrocca. Piazza u spetu davanti à un focu di putizze, ch’ella gira di manera regulare, annacquendu la talvolta incù u sughju chì cade in un piattu. Pò, caccia u spetu, sciòglie i culombi ch’ella serva guarniti da pastizzi à a cipolla è da pumate cunfitte.
 
Petru ùn manghjerà micca sta sera. Solu una tasata d’acquavita è s’aghjupperà in u so tuvone arrembu. L’acqua chì gucciula anant’à i so calzoni ùn l’impediscerà micca di pensà ch’e di fronte à ellu, u nemicu campa in u stessu infernu, o di pensà à l’arburi fruttaghjoli fiuriti, à e surghjente, à i campi di granu, à e vigne, à i soii, è sopra tuttu, à Maria.
 
 
Paulu, archifigliulinu di Petru è di Maria, pianta una cria a so lettura, a voce carca à singhjozzi. U so amicu, a làcrime pronte à cascà :
 - Chì scumpientu sta diciottu quatordeci !

[Traduzzione fatta da Pedru-Felice Cuneo-Orlanducci].


              



Dà leghje dinù

Quercus ilex - 20/04/2017

Le savoriste - 22/02/2017

La Madonne Sibilla - 29/01/2017

Le Patriote - 21/06/2016

Le reflet - 29/05/2016

La boîte à mutisme - 18/05/2016

La tour - 23/07/2015

Février 1769 - 16/06/2015

Vertige - 27/04/2015

A rivredda di Natale - 07/01/2015

Love kamikaze - 19/11/2014

Pointure 38 - 11/11/2014

Ses yeux noirs - 07/11/2014

L’enlèvement - 17/09/2014

Académique maraude - 12/09/2014

Polpa Vaccina - 08/09/2014

Le secret - 30/08/2014

Lettre de son moulin - 05/08/2014

Prédatrice - 01/08/2014

Bertrand - 17/06/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...