Bloggu litterariu corsu

u 14 di Nuvembre 2014 - scrittu dà - lettu 166 volte

​Armistice


Sur les montagnes usées par l’érosion où gisent les arbres déracinés, sur les chemins qui s’en vont se perdre dans le lointain, le temps a gravé sur ses pages jaunies, l’histoire des hommes en guenilles, pataugeant dans la boue chargeant leurs vieux fusils visant et tirant sur l’ennemi. Sur les souvenirs à jamais sculptés sur les fronts tannés et ridés, la peur au ventre passant leur nuit dans ces tranchées sordides et gluantes, bravant le froid et la pluie, les Poilus, le visage hirsute et méconnaissable attendent que le destin s’accomplisse pour monter à l’assaut de la forteresse qui tient encore debout malgré la saignée profonde qui laisse les corps meurtris, désemparés, fondant en larmes dans cette discorde qui dure, et qui dure.
Sur les sentiers qui mènent au cataclysme, la mort est là, et ni les hommes ni les bêtes ne sont épargnés. Ils font payer un lourd tribut aux hommes qui cherchent la suprématie pour montrer leur force, ne tiennent même pas compte du malaise de l’autre, et qui cherchent le salut pour rester en vie, pour pouvoir faire le récit de leurs déboires aux enfants qui les écouteront les yeux ébahis. 
Là, dans ce bourbier, le sang coule à profusion, les blessures s’ouvrent sur les cœurs souffrants en silence de peur de déranger, ceux qui expirent leur dernier souffle. 
La guerre faisait rage emporte son lot quotidien de morts aux corps charcutés, réduits en charpies, par les grosses pièces qui crachent le feu de l’enfer de cet apocalypse mal contrôlé qui continue à brûler la terre. 
Sales, crasseux ils tiennent tête envers et contre-tout à ce carnage qui emportent par dizaines leurs camarades laissant dans le deuil leurs amour, leur famille.
Sur les têtes qui du jour au lendemain deviennent blanches, la mort plane arrachant les pans de vie de ces valeureux combattants qui offrent leur chair aux canons grondant, envoyant des salves de boulets qui détruisent tout sur leur passage.
 
Enfin un matin la nouvelle tombe. L’armistice… L’armistice… Et la joie éclata dans les rangs des soldats fatigués, exténués usés. La tuerie cesse comme elle avait commencé, les hommes qui hier encore étaient belliqueux pansent leurs blessures en pleurant de joie. Ils sortent un à un de leurs terriers creusés laissant à jamais derrière eux la terre anéantie, les cœurs brisés, les corps disloqués pour toujours.
La guerre est finie, l’enfer cède la place à l’Histoire, pour raconter aux générations à venir la folie des hommes.


              



Dà leghje dinù

Heure H comme Haine - 10/10/2017

Haro sur la miss - 22/09/2017

Panique - 05/04/2017

Cœur de pierre - 12/03/2017

L'esprit des lois - 02/08/2016

Gordon Evans - 20/06/2016

Triptyque - 26/05/2016

Alice - 31/03/2016

Alep I love you - 18/09/2015

Je l'ai connu - 29/05/2015

Ponte Novu - 15/05/2015

1981 - 18/03/2015

Section 84 - 10/12/2014

Le passant - 25/10/2014

Ponte Novu - 17/10/2014

Le demi-pas - 23/09/2014

Mada et Veè - 05/09/2014

Neptudi - 24/07/2014

Commis d'office - 21/06/2014

Ultime étreinte - 16/06/2014

La Fée verte - 14/06/2014

Le sniper - 26/05/2014

Amour explosé - 20/04/2014

La mort de mon père - 02/04/2014

Ursule Dupont - 01/04/2014

1 2 3

Negru | Rossu | Biancu | Ghjallu | Critica | Feuilleton




Anima Cappiata !

Torna altri rumpistacchi chì ci impuzzicanu incù i so testi, vulendu propiu esse letti per sperà ottene una qualunque gloria ch'elli ùn anu micca in a so vita viota è senza intaressu. Bon... forze chì ghje vera. Ma ci n'impippimu. È pò, a mi diciarete, bloghi litterarii, nant'à a tela, è sopra tuttu nant'à a tela corsa, ci n'hè ghjà à buzzeffa ! Tanti scrivanetti pumposi ! È bè tantu peghju ! O tantu megliu ! Hè solu una vitrina di più per fà scopre qualchi testi scritti, senza pritenzione, incù u core, incù e trippe, o incù e viscere chì vi cunveneranu...